Cham­pagne et ca­viar avec Michel Gi­rouard

Allô Vedettes - - SOMMAIRE -

Quand j’ai aper­çu notre my­thique Do­mi­nique Michel en cire au Mu­sée Gré­vin, ça m’a drô­le­ment ému parce que cette femme, tou­jours ado­rée de la na­tion qué­bé­coise, a été la toute pre­mière idole de ma jeu­nesse. La pre­mière fois que je l’avais re­mar­quée - je m’en sou­viens, je n’avais que 12 ans -, elle avait été in­vi­tée par Mi­chelle Tis­seyre et Paul Ber­val; elle fai­sait par­tie de cette troupe qui fai­sait cra­quer l’as­sis­tance des ca­ba­rets et qui avait pour nom Le beu qui rit. Comme mes pa­rents, je l’avais tou­jours trou­vée drôle à mou­rir avec sa bi­nette sym­pa, et j’en suis de­ve­nu im­mé­dia­te­ment fan. Puis, Ray­mond Lé­vesque lui a écrit, par la suite, des chan­sons comme La fa­mille et La pe­tite Ca­na­dienne, qui ont eu un suc­cès fou sur nos ondes ra­dio. En 1956, je de­man­dais même à ma mère de veiller un peu plus tard pour la re­gar­der ani­mer Au p’tit ca­fé, à Ra­dio-Ca­na­da, avec Nor­man Hu­don et Pierre Thé­riault, une émis­sion qui de­vait en faire une star du pe­tit écran. C’est à cette époque que Ca­mille An­dréa lui a com­po­sé En veillant su’l per­ron, une chan­son qui de­vait se vendre à plus de 100 000 exem­plaires, du ja­mais vu dans le do­maine du disque qué­bé­cois! Puis, il y a 50 ans, elle a fait ex­plo­ser les cotes d’écoute avec le pre­mier Bye Bye, et que dire de Moi et l’autre, avec De­nise, que per­sonne ne vou­lait ra­ter!

Ado­les­cent, j’étais chro­ni­queur à l’heb­do­ma­daire La Pa­trie, et sou­vent Do­mi­nique m’ac­cor­dait des en­tre­vues; j’ado­rais me re­trou­ver en sa com­pa­gnie parce qu’elle était drôle et vraie. Elle était toute jeune quand elle épou­sa à l’église Sa­cré-Coeur de Mon­tréal le joueur des Ran­gers de New York Ca­mille Hen­ry; une union qui ne du­ra que deux ans. Puis elle tom­ba

amou­reuse du coif­feur ve­dette Jean-Claude Ve­lez, et j’ai été té­moin de son coup de foudre pour le «bo­gosse» Hen­ri Heus­dens, que l’on sur­nom­mait le Roi des nuits de Mon­tréal et que je connais­sais bien. À l’époque où elle fré­quen­tait Hen­ri, je la vi­si­tais à son ap­par­te­ment Le Car­tier, rue Sher­brooke, à Mon­tréal. On ri­go­lait en­semble. C’est même Chez Zou­zou, cette boîte dont elle était la co­pro­prio avec Hen­ri, que j’ai épou­sé le pia­niste Ré­jean Trem­blay en 1972. À l’époque où j’ani­mais Le jardin des étoiles, à TVA, elle était in­vi­tée au show, et c’était tou­jours la même fas­ci­na­tion. C’était Dodo. Une ar­tiste unique.

Au tout dé­but des an­nées 1970, elle m’avait drô­le­ment amu­sé au ci­né­ma dans ce film où elle par­ta­geait la ve­dette avec Yvon Des­champs, et qui avait pour titre Tiens-toi bien après les oreilles à pa­pa. Il y a une quin­zaine d’an­nées, elle avait été vrai­ment re­mar­quable dans Les in­va­sions bar­bares, avec une dis­tri­bu­tion ex­tra, dont Sté­phane Rous­seau. En plus de nous faire ri­go­ler, elle pou­vait même nous émou­voir dans cer­taines scènes dra­ma­tiques. Je ne pour­rai ou­blier ses pas­sages au Festival Juste pour rire qu’elle a ani­mé avec Daniel Le­mire… Quand je pense à Do­mi­nique Michel, oui, je parle d’un phé­no­mène unique dans notre in­dus­trie. Elle est au Qué­bec ce que Fer­nan­del a été pour la France et Lu­cille Ball pour les USA. D’être au gé­né­rique de la 50e du Bye Bye, ça lui re­ve­nait de droit, à cette femme par­ti­cu­lière et à cette ar­tiste qui a mar­qué tant de gé­né­ra­tions. On t’aime, Dodo…

DA­VID HAL­LY­DAY A DÉ­CI­DÉ D’IN­VES­TIR DES MIL­LIONS $$$ AU POR­TU­GAL

Da­vid Hal­ly­day n’est pas sim­ple­ment un chan­teur et le fils de l’idole re­gret­tée John­ny; il est, en plus, un homme d’af­faires dont la for­tune personnelle est éva­luée à près de 250 mil­lions d’eu­ros. Ma­rié de­puis 15 ans à l’hé­ri­tière Alexandra Pas­tor, la mère de son fils, Ca­me­ron, dont la for­tune fa­mi­liale est éva­luée à plus de 30 mil­liards d’eu­ros - oui, vous avez bien lu! -, Da­vid vient d’in­ves­tir des mil­lions $$$ au Por­tu­gal, où il ha­bite main­te­nant. Et il est de­ve­nu le pro­prié­taire d’un ré­seau de salles de ci­né­ma lu­si­ta­niennes. À 52 ans, le fils du chan­teur dis­pa­ru et de Syl­vie Var­tan n’a ja­mais été mê­lé à au­cun scan­dale de la presse people. Voi­là que 13 mois après le dé­cès de Hal­ly­day, em­por­té par un cancer vi­ru­lent, c’est au tour du my­thique Michel Sar­dou de lut­ter, à 71 ans (bien­tôt 72 ans), contre un grave cancer des pou­mons. Un ter­rible mal qui n’a rien à voir avec La ma­la­die d’amour, l’une de ses plus cé­lèbres com­po­si­tions.

La fille de la su­perbe Cin­dy Craw­ford, Kaia, ac­tuel­le­ment l’une des top-mo­dèles les plus en vue de la pla­nète, vient de re­nou­ve­ler son en­tente avec le gé­nial créa­teur Karl La­ger­feld. Et il y a quelques jours, en en­tre­vue à Ex­tra, la beau­té de 17 ans a ex­pli­qué qu’elle ne pour­rait ja­mais ou­blier ce mes­sage que sa cé­lèbre ma­man lui a fait par­ve­nir pour son anniversaire et qui di­sait: «Je suis fière de toi et je t’aime très fort…» Tou­chant.

Avec son spec­tacle Cow­girl do­rée, c’est mon his­toire!, Re­née Mar­tel se­ra en ve­dette au Ca­si­no de Mon­tréal au prin­temps, et dé­jà, on parle de sup­plé­men­taires. La po­pu­la­ri­té de Re­née est fas­ci­nante.

CHARLES LA­FOR­TUNE, ÉMOU­VANT QUAND IL PARLE DE SON FILS AU­TISTE

On sait tous que Charles La­for­tune et So­phie Pré­gent sont les pa­rents d’un fils au­tiste qu’ils adorent, Ma­this, et qu’ils ont tou­jours af­fi­ché une at­ti­tude po­si­tive par rap­port à ce­la. Ré­cem­ment, en en­tre­vue, Charles, que l’on re­ver­ra bien­tôt à La Voix, a dit que Ma­this ne se­ra plus obli­gé d’al­ler à Sainte-Jus­tine et qu’il pour­ra consul­ter un mé­de­cin de fa­mille. Mais le bon­heur, c’est que le jeune homme de­vra faire face à la res­pon­sa­bi­li­té d’un pre­mier em­ploi à Mois­son Mon­tréal. BRAVO!

Mo­ment émou­vant quand j’ai aper­çu notre Cé­line y al­ler d’un duo avec Dan Bi­gras, dans l’émis­sion Les grands re­por­tages, à RDI, qui était consa­crée au chan­teur. Son Show du Re­fuge était tou­chant, et l’im­pli­ca­tion de Bi­gras, main­te­nant gué­ri, dans une cause ex­cep­tion­nelle, est à sou­li­gner…

Plein de bi­sous…

Son ma­riage avec Ca­mille Hen­ry, en 1958.

La co­mique en cire…

… avec Mi­chèle Ri­chard.

Do­mi­nique, d’hier à au­jourd’hui.

Rose Ouel­lette et Do­mi­nique.

Avec son pro­té­gé Pa­trice.

Dodo et moi, à l’époque.

Avec De­nise.

Les in­va­sions bar­bares… avec Sté­phane.

Da­vid Hal­ly­day et son épouse mil­liar­daire.

Cin­dy et sa fille, Kaia.

Charles, fier de Ma­this.

Le duo Dion-Bi­gras.

Sar­dou, condam­né comme John­ny.

La Re­née au top.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.