Des amours bo­hèmes

«Je n’étais pas bon pour elle» Avec son re­gard fa­rouche et sa gueule d’ange, John­ny mul­ti­plie les conquêtes dans les an­nées 1980-1990. Char­mées par le cha­risme du «bad boy», de nom­breuses femmes tombent dans ses fi­lets… jus­qu’à ce qu’il rencontre Va­nes­sa.

Biographies Collection - - Dépendances -

Son pre­mier ma­riage dure deux ans

À l’âge de vingt ans, il épouse la ma­quilleuse Lo­ri Anne Al­li­son, soeur du bas­siste de son groupe, le 24 dé­cembre 1983. Sans em­ploi stable, le gui­ta­riste vend des sty­los par té­lé­phone pour ga­gner sa vie, mais sa si­tua­tion change quand sa femme lui présente l’acteur Ni­co­las Cage qui lui ar­range une en­tre­vue avec son agent: «J’ai ren­con­tré John­ny il y a de nom­breuses an­nées. Il était gui­ta­riste et ve­nait de dé­bar­quer à Los An­geles de­puis la Flo­ride. Nous avions un ami com­mun. Nous jouions au Mo­no­po­ly un jour, et je lui ai dit qu’il de­vait s’es­sayer à la co­mé­die. Je lui ai pré­sen­té mon agent. Le len­de­main, il a été re­çu à sa pre­mière au­di­tion et a eu son pre­mier rôle. Les choses sont si simples par­fois , a ra­con­té Ni­co­las Cage à la ra­dio Heart FM.

Cette rencontre per­met à John­ny de dé­cro­cher son pre­mier rôle au ci­né­ma dans Les griffes de la nuit de Wes Cra­ven. Son groupe se sé­pare peu de temps après et Depp se tourne vers le sep­tième art. Tou­te­fois, sa re­la­tion avec Lo­ri com­mence à battre de l’aile, et le couple di­vorce en 1985: «J’étais très jeune quand j’ai épou­sé Lo­ri Anne et c’était pro­ba­ble­ment parce que j’es­sayais jus­te­ment de créer une re­la­tion. Nous nous sommes ma­riés en 1983, mais ça n’a pas du­ré, sans doute parce que je n’étais pas prêt à l’époque pour un en­ga­ge­ment aus­si im­por­tant » , confie-t-il en en­tre­vue.

Un ma­riage ra­té

She­ri­lyn Fenn (1986-1988)

De 1986 à 1988, il a une re­la­tion avec l’ac­trice She­ri­lyn Fenn avec qui il a joué dans Dum­mies. Quelques mois après leur rencontre, John­ny tourne dans Pla­toon, un film sur la guerre du Viet­nam, et grave le nom de sa fian­cée sur son casque de sol­dat. En 1988, alors que son amou­reuse sou­haite res­ter à Los An­geles pour sa car­rière, lui doit re­tour­ner à Van­cou­ver sur le pla­teau de 21 Jump Street. Le couple se sé­pare. She­ri­lyn de­vient en­suite cé­lèbre en in­ter­pré­tant le rôle d’au­drey Horne, la femme fa­tale dans la sé­rie culte Twin Peaks, rôle qui lui vaut une no­mi­na­tion aux Em­my Awards ain­si qu’aux Gol­den Globes. Par la suite, Da­vid Lynch lui offre un pe­tit rôle dans Sai­lor et Lu­la ( Wild at Heart, 1990) aux cô­tés de Ni­co­las Cage et de Lau­ra Dern. Elle y joue une jeune fille vic­time d’un ac­ci­dent de voi­ture vi­vant les der­nières mi­nutes de sa vie. Elle ap­pa­raît éga­le­ment dans l’édi­tion de dé­cembre 1990 du ma­ga­zine Play­boy et est choi­sie l’an­née sui­vante comme l’une des 50 plus belles per­sonnes du monde par le ma­ga­zine People.

Sa pre­mière fian­cée: Jen­ni­fer Grey

En 1988, il tombe amou­reux de Jen­ni­fer Grey, ac­trice prin­ci­pale de Danse las­cive ( Dir­ty Dan­cing) aux cô­tés de Pa­trick Swayze, alors qu’elle vient tour­ner un épi­sode de 21 Jump Street. Ils se

Quatre fian­cées

fiancent deux mois après leur pre­mière rencontre, mais se montrent ra­re­ment en­semble en pu­blic. Le couple se sé­pare au prin­temps de 1989. De toutes les re­la­tions de John­ny Depp, ce se­ra la plus dis­crète, à tel point qu’elle reste en­core au­jourd’hui au­réo­lée de mys­tère.

Wi­no­na Ry­der, sa se­conde fian­cée

De 1989 à 1993, il est en couple avec l’ac­trice amé­ri­caine Wi­no­na Ry­der qu’il a ren­con­trée à l’avant-pre­mière du film Great Balls of Fire! C’est le coup de foudre. Ils se re­trouvent en­suite dans Ed­ward aux mains d’ar­gent de Tim Bur­ton où elle joue la fian­cée d’ed­ward, in­car­né par Depp. Ils en­tament leur re­la­tion amou­reuse peu de temps après et se fiancent cinq mois après leur rencontre. À ce mo­ment, elle est pour lui la femme de sa vie et Depp dé­cide de se faire ta­touer «Wi­no­na Fo­re­ver» sur le bras. Ils se suivent mal­gré les tour­nages et vivent une his­toire pas­sion­nelle, presque sans do­mi­cile fixe, pen­dant trois ans. Mais leur car­rière et leurs dif­fé­rences vont fi­nir par les me­ner à la rup­ture. L’acteur mo­di­fie son ta­touage après leur sé­pa­ra­tion en «Wi­no Fo­re­ver», ce qui si­gni­fie «al­coo­lique pour tou­jours».

Ju­liette Le­wis, la fian­cée numéro trois

Après sa rup­ture avec Wi­no­na Ry­der, il fré­quente l’ac­trice Ju­liette Le­wis alors qu’il tourne Gil­bert Grape avec Leo­nar­do Di­ca­prio. Le couple va même jus­qu’à se fian­cer, avant de rompre quelques se­maines plus tard.

Kate Moss oc­cupe la 4e place

En 1994, il en­tre­prend une re­la­tion très mé­dia­ti­sée avec le man­ne­quin bri­tan­nique Kate Moss, qui est alors l’égé­rie du par­fum Opium d’yves Saint Laurent. Du­rant cette pé­riode, il est très proche du groupe bri­tan­nique Oa­sis et par­ti­cipe à l’al­bum Be Here Now où il joue de la slide gui­tare sur la chan­son Fade In- Out. Il se fiance avec Kate et mène avec elle une vie to­ta­le­ment désor­don­née pen­dant trois ans.

Élus le Couple le plus mar­quant de la dé­cen­nie par Va­ni­ty Fair, les amou­reux s’en­ferment dans les hô­tels et consomment abon­dam­ment al­cool et drogue: « Tous deux avaient un ap­pé­tit dé­vo­rant pour l’al­cool, les mé­di­ca­ments, les ci­ga­rettes, le sexe. Ils bu­vaient, pre­naient de la coke et re­tour­naient dans la chambre d’hô­tel de John­ny Depp où ils se ter­raient sous une tem­pête de neige le len­de­main […] Kate était sou­vent sur le fil du ra­soir avec John­ny, elle avait peur de ses crises, mais en­core plus de le perdre» , écrit Mau­reen Cal­la­han dans Cham­pagne Su­per­no­vas.

Se­lon elle, en­semble, ils ont cau­sé 10 000 $ de dé­gâts dans une chambre d’hô­tel au cours d’une dis­pute par­ti­cu­liè­re­ment vio­lente. Connue pour ses crises de ja­lou­sie, Kate mul­ti­pliait les soi­rées ar­ro­sées et, d’après l’au­teure de sa bio­gra­phie, John­ny ne pou­vait plus suivre son mode de vie. La rup­ture était inévitable: «Je n’étais pas bon pour elle. Nous avons fait ce qu’il y avait de mieux à faire» , avoue l’acteur au Dai­ly Star. En 1997, le couple se sé­pare pen­dant le Festival de Cannes, où Depp était ve­nu pré­sen­ter son pre­mier film en tant que réa­li­sa­teur, The Brave: « John­ny lui a bri­sé le coeur. Elle est de­ve­nue folle» , af­firme Mau­reen Cal­la­han. Se­lon elle, lorsque le man­ne­quin bri­tan­nique ap­prend en 1998 que John­ny Depp est en couple avec Va­nes­sa Pa­ra­dis et que cette der­nière est en­ceinte de leur pre­mier en­fant, elle part se dé­fon­cer deux se­maines en­tières à Ibi­za… À son re­tour, elle entre en cure de dés­in­toxi­ca­tion pour cinq se­maines, mais re­com­mence à se dro­guer quelques jours après sa sor­tie. Elle doit se faire hos­pi­ta­li­ser d’ur­gence après une sé­rie d’ex­cès en Thaï­lande quelques mois plus tard.

De nom­breuses aven­tures

L’en­fant ter­rible du ci­né­ma en­tre­tient de nom­breuses liai­sons moins sé­rieuses. Il s’af­fiche entre autres aux cô­tés de l’ac­trice El­len Bar­kin, de neuf ans son aî­née. On mur­mure qu’il au­rait eu aus­si une liai­son avec Nao­mi Camp­bell, le top­mo­dèle Tat­ja­na Pa­titz et bien d’autres jo­lies jeunes femmes. Tout ce­la change quand il rencontre Va­nes­sa Pa­ra­dis dans le hall d’un hô­tel pa­ri­sien alors qu’il tourne en France La Neu­vième Porte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.