LE RE­NARD VÉ­LOCE

Biosphere - - La Vie Qui Bat -

Vulpes ve­lox

De la taille d’un chat do­mes­tique et su­per agile, le re­nard vé­loce mé­rite bien son nom. Il uti­lise son ter­rier toute l’an­née, ce qui est rare pour un re­nard et s’ex­plique par le fait qu’il ne to­lère pas de se trou­ver dans des condi­tions ven­teuses. C’est pa­ra­doxal puis­qu’il a évo­lué dans la prai­rie mixte ou­verte, à la vé­gé­ta­tion clair­se­mée, où rien ne bloque sa vue ou son agilité. Au­tre­fois ré­pan­du dans les plaines ca­na­diennes, cet ani­mal est au­jourd’hui consi­dé­ré en voie de dis­pa­ri­tion.

LA BUSE ROUILLEUSE

Bu­teo re­ga­lis

Sou­vent con­fon­du avec l’aigle do­ré, à cause des res­sem­blances dans leurs ap­pa­rences et leurs com­por­te­ments, ce ra­pace dis­cret sé­journe dans les herbes et les buis­sons de l’ouest de l’Amé­rique du Nord. Au Ca­na­da, son aire géo­gra­phique n’a ces­sé de di­mi­nuer de­puis plus d’un siècle : elle n’oc­cupe plus que 48 % de son ex­ten­sion ori­gi­nale, et la ma­jeure par­tie de ce ter­ri­toire est af­fec­tée par l’agri­cul­ture, l’ex­ploi­ta­tion pé­tro­lière et ga­zière et d’autres en­va­his­se­ments an­thro­piques. La buse rouilleuse est consi­dé­rée en voie de dis­pa­ri­tion.

LE TÉTRAS DES ARMOISES

Cen­tro­cer­cus uro­pha­sia­nus

De la taille d’une grosse dinde, c’est le plus grand tétras (ou gé­li­notte) d’Amé­rique du Nord. L’ex­tré­mi­té sud du Ca­na­da re­pré­sente la li­mite nord de son aire géo­gra­phique. L’es­pèce est as­sié­gée, en par­ti­cu­lier par l’ac­ti­vi­té agri­cole et l’in­dus­trie pé­tro­lière et ga­zière. La po­pu­la­tion se sta­bi­lise tou­te­fois : en 2016, on es­ti­mait la po­pu­la­tion ca­na­dienne de tétras des armoises à 340 oi­seaux (dont 38 fe­melles im­por­tées du Mon­ta­na). C’était dé­jà beau­coup mieux que les der­nières an­nées, même si c’est 50 % de moins qu’il y a 20 ans, quand la po­pu­la­tion était dé­jà com­pro­mise.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.