Hors piste

Biosphere - - Contents - — WAYNE LYNCH

Les so­li­fuges de l’Ouest ca­na­dien sont des pré­da­teurs ar­més de grandes man­di­bules et d’une agres­si­vi­té pro­por­tion­nelle Texte et pho­to de Wayne Lynch

NOM SCIEN­TI­FIQUE

Ere­mo­bates spp.

DIS­TRI­BU­TION

Ré­gions arides du sud de la Co­lom­bie-Bri­tan­nique, de l’Al­ber­ta et de la Sas­kat­che­wan.

SI­TUA­TION DE CONSER­VA­TION

Pas de pré­oc­cu­pa­tion

QU’EST-CE QUI LES REND UNIQUES?

Ils portent les plus grandes man­di­bules, en pro­por­tion de leur taille, par­mi tous les in­ver­té­brés ter­restres.

AMU­SANT À SA­VOIR

Les so­li­fuges sont éga­le­ment ap­pe­lés scor­pions du vent, arai­gnées du so­leil, arai­gnées à dix pattes. Ce ne sont ni des arai­gnées ni des scor­pions, mais ils en sont proches, comme membres de la classe des arach­nides. Les so­li­fu­gi­dés — d’une ra­cine qui si­gni­fie « qui fuit le so­leil » — com­portent 1 100 es­pèces. Ce sont des chas­seurs de 2 à 3 cm, très agres­sifs, et ar­més de deux grandes man­di­bules, ap­pe­lées « pé­di­palpes », que l’on confond vi­suel­le­ment avec une cin­quième paire de pattes. Leur agres­si­vi­té les a fait dé­crire comme « les grands re­quins blancs du monde in­ver­té­bré ». Leurs pé­di­palpes peuvent me­su­rer jus­qu’à un quart de la lon­gueur de leur corps et fonc­tionnent comme de puis­sants ci­seaux pour dé­chi­rer et écra­ser leurs proies. Ils peuvent en­suite as­pi­rer les fluides res­tants. Les so­li­fuges chassent des in­sectes, spé­cia­le­ment des fourmis, des ter­mites et des co­léo­ptères, de même que des es­pèces proches comme des arai­gnées, des scor­pions et des mille-pattes. Mal­gré leur ap­pa­rence me­na­çante, ils ne pré­sentent au­cun dan­ger pour les hu­mains.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.