Jar­di­nage

Pour cette jar­di­nière terre-neu­vienne, le pay­sage est la me­sure de tout

Biosphere - - Contents - Par l’équipe

Puis­qu’elle a tout un monde dans sa cour, la Ter­re­neu­vienne Ca­rol Lee­hane y trouve d’abord de la joie

« J’adore la na­ture, et j’adore jardiner », dit Ca­rol Lee­hane, ré­si­dente de East­port à Ter­reNeuve. Il n’y a rien qu’elle aime mieux que jardiner. Et ça tombe bien parce qu’avec en­vi­ron un de­mi-hec­tare, il y a beau­coup à faire dans le jar­din, tout le prin­temps et tout l’été.

La pro­prié­té est dé­li­mi­tée par un ruis­seau vi­gou­reux et par un pe­tit boi­sé aux grands arbres : des aulnes, des trembles, des bou­leaux, des épi­nettes et des mé­lèzes. « Je suis dans un es­pace clos ici, c’est comme un pe­tit éco­sys­tème, c’est presque ma­gique », dit Ca­rol.

Il y a beau­coup à voir : un jar­din « de cu­ré », avec no­tam­ment de la mé­lisse, de la sauge, de l’ori­gan, de l’ama­rante et du mil­le­per­tuis. « Beau­coup sont des herbes mé­di­ci­nales, mais je les cultive parce que je les aime. Je les rentre à l’in­té­rieur en bou­quets que je fais sé­cher, sus­pen­dus aux so­lives de la cui­sine. C’est sur­tout parce que j’aime bien les voir. Oh, et la ti­sane de mé­lisse est dé­li­cieuse ».

En vous pro­me­nant dans les sen­tiers si­nueux, vous iden­ti­fie­rez dif­fé­rentes plantes : cas­sis, amé­lan­chiers, ce­ri­siers sau­vages et quelques bleue­tiers au bord du ruis­seau. Des fleurs aus­si, comme des lu­pins, de la mé­lisse ci­tron­nelle, des del­phi­niums, des char­dons, de l’aco­nit et plu­sieurs autres vi­vaces. « Les pivoines sont fan­tas­tiques. Mes ro­siers vont très bien, un par­fum si agréable ! Et il y a un chèvre­feuille près de ma ter­rasse ar­rière dont le par­fum est par­fois étour­dis­sant. »

Le jar­din at­tire la faune aus­si. On y re­trouve des oi­seaux en abon­dance : des sit­telles, des pics mi­neurs et des pics che­ve­lus, des mer­le­bleus et des gé­li­nottes. « Les cor­neilles sont mes pré­fé­rées; elles viennent vers sept heures tous les ma­tins. » Il y a aus­si de tout, des écu­reuils aux ours. « Des ours viennent nous vi­si­ter tous les mois de mai, puis à nou­veau au mois d’oc­tobre. J’aime beau­coup les voir mais pas au point de sor­tir le leur dire. Quelles créa­tures mer­veilleuses! »

À Terre-Neuve, on ne bé­né­fi­cie pas de la plus longue sai­son au pays : « Peut-être vais-je pou­voir uti­li­ser une pelle vers la fin d’avril. Mais cer­taines an­nées, la terre est ge­lée jus­qu’en juin. Rien n’est ga­ran­ti en termes de météo dans nos ré­gions. Comme nous sommes sur une île de l’At­lan­tique, nous avons par­fois la chance d’avoir deux se­maines en juillet qu’une per­sonne rai­son­nable pour­rait qua­li­fier de tem­pé­ra­ture es­ti­vale. »

Quand on lui de­mande pour­quoi elle aime jardiner, Ca­rol Lee­hane ré­pond : « Ma mère m’a ap­pris l’amour de la terre (elle a 94 ans et elle aime en­core jardiner) comme je l’ai ap­pris à ma fille et à ma pe­tite-fille. En ce qui me concerne, c’est la paix, la pré­sence de la na­ture. Toutes les bonnes odeurs, de la terre chaude au par­fum de l’herbe cou­pée et à la fra­grance des fleurs. C’est spi­ri­tuel, c’est la joie. J’adore la lu­mière ta­che­tée des après-mi­di de la fin de l’été. C’est comme si le jar­din me pre­nait dans ses bras. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.