Voi­sins sau­vages

La spec­ta­cu­laire val­lée de la Bow, en Al­ber­ta, et la ré­gion en­vi­ron­nante, ont beau­coup à nous en­sei­gner sur la co­ha­bi­ta­tion des hu­mains et de la faune. Pou­vons-nous dé­co­der le mes­sage avant qu’il soit trop tard?

Biosphere - - Contents - Par Fra­ser Los Pho­tos de John E. Mar­riott

La spec­ta­cu­laire val­lée de la Bow, en Al­ber­ta, et la ré­gion en­vi­ron­nante ont beau­coup à nous en­sei­gner sur la co­ha­bi­ta­tion des hu­mains et de la faune. Pou­vons-nous dé­co­der le mes­sage avant qu’il soit trop tard? En plus : comment res­pec­ter la faune — et vous pro­té­ger dans la na­ture

J’AR­RÊTE MA VOI­TURE SUR UN AC­CO­TE­MENT BA­LAYÉ par le vent de l’au­to­route trans­ca­na­dienne à 4 voies, à quelques ki­lo­mètres à l’ouest du confluent des ri­vières Bow et Ka­na­nas­kis. Je ne suis pas loin de la Route 40 vers les parcs du Pays de Ka­na­nas­kis, et de la sor­tie vers la Route 1A, le che­min de la val­lée de la Bow. Alors que les voi­tures et les ca­mions passent en trombe, je sens le sol vi­brer et gron­der. Je sta­tionne hors de l’ac­co­te­ment et j’es­ca­lade une col­line écra­sée de so­leil. Vers l’est, je vois les contre­forts val­lon­nés qui s’étendent jus­qu’à Cal­ga­ry, à une heure d’ici; vers l’ouest, tout près comme vers l’ho­ri­zon, se dresse un mur de mon­tagnes ap­pa­rem­ment im­pé­né­trable, ta­pis­sé du vert des épi­nettes et des pins, in­ter­rom­pu seule­ment par les fa­laises sans vé­gé­ta­tion.

Tout semble coin­cé dans d’étroits in­ter­stices, entre ces puis­sants mas­sifs — le ré­seau des routes, les villes et vil­lages in­ter­re­liés, et le che­min de fer trans­con­ti­nen­tal acha­lan­dé qui trans­porte des mar­chan­dises entre des com­mu­nau­tés re­cu­lées et les ports de la côte. L’ha­bi­tat de la faune aus­si est coin­cé dans ce pay­sage, éti­ré le long des pentes moins à pic, là où les ani­maux es­saient de suivre leurs an­ciens sen­tiers qui lon­geaient les cours d’eau.

Ici comme par­tout, les ani­maux sont conti­nuel­le­ment en mou­ve­ment, à la re­cherche de nour­ri­ture, de par­te­naires, de ter­ri­toire pour éle­ver leurs pe­tits. C’est pour­quoi le gou­ver­ne­ment d’Al­ber­ta en­vi­sage de construire une pas­se­relle pour la faune à l’en­droit exact où je me trouve — un en­droit que les mi­li­tants éco­lo­gistes de la ré­gion sur­nomment le Bow Val­ley Gap (le fos­sé de la Val­lée de la Bow) — à en­vi­ron 20 km à l’est des bar­rières du Parc na­tio­nal de Banff. Les pro­mo­teurs af­firment que la pas­se­relle ré­dui­rait le nombre de col­li­sions entre ani­maux et vé­hi­cules et pro­cu­re­rait aux wa­pi­tis, loups, grizz­lys et autres créa­tures une voie de pas­sage sé­cu­ri­taire pour fran­chir la route où cir­culent en moyenne 22 000 vé­hi­cules par jour.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.