Hors piste

Biosphere - - Contents - — WAYNE LYNCH

Le nom scien­ti­fique de la mouette blanche, Pa­go­phi­la, si­gni­fie « qui aime la glace » et c’est vrai­ment une es­pèce nor­dique, qui passe la ma­jeure par­tie de son temps dans le Haut-Arc­tique. Photo et ré­cit de Wayne Lynch

NOM SCIEN­TI­FIQUE

Pa­go­phi­la ebur­nea

DIS­TRI­BU­TION

Se re­pro­duit dans l’est du Haut-Arc­tique et hi­verne au large du La­bra­dor et de Terre-Neuve

ÉTAT DE CONSER­VA­TION

En voie de dis­pa­ri­tion

QU’EST-CE QUI LA REND UNIQUE?

Une des plus rares et sep­ten­trio­nales par­mi les es­pèces de la­ri­dés (mouettes et goé­lands) du Ca­na­da.

IN­TÉ­RES­SANT À SA­VOIR

Le nom scien­ti­fique du genre, Pa­go­phi­la, si­gni­fie « qui aime la glace », et il s’agit vé­ri­ta­ble­ment d’une es­pèce nor­dique, qui passe la ma­jeure par­tie de son temps dans le Haut-Arc­tique, ha­bi­tuel­le­ment au nord du 70e pa­ral­lèle. Des cher­cheurs sur un brise-glace russe ont même ob­ser­vé cette mouette au pôle Nord. Les mouettes blanches se nour­rissent de pe­tits poissons et crus­ta­cés, mais agissent sou­vent en cha­ro­gnards, par­ti­cu­liè­re­ment sur les car­casses de phoques tués par les ours po­laires, au point même de suivre les ours. Le bio­lo­giste russe Sav­va Us­pens­kii écrit : « Tôt au prin­temps, dans l’ar­chi­pel Fran­çois-Jo­seph, chaque ours avait son groupe de mouettes blanches, de quatre à six oi­seaux. Il était évident que les mouettes ne vou­laient pas ris­quer d’être sé­pa­rées de « leur » ours, et quand il s’éloi­gnait du sec­teur, elles dis­pa­rais­saient avec lui. » De­puis les an­nées 1980, la pe­tite po­pu­la­tion ca­na­dienne de mouettes blanches a dé­cli­né de 80 %, et il ne reste au­jourd’hui que moins de 1 000 oi­seaux. Les rai­sons de ce dé­clin sont in­cer­taines, mais le ré­chauf­fe­ment mon­dial et des chan­ge­ments dra­ma­tiques dans la ban­quise arc­tique sont en cause.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.