Jar­di­nage

INTRIGUÉE PAR LES ÉCHANGES DE PLANTES AUX­QUELS PAR­TI­CI­PAIENT SES COL­LÈGUES,

Biosphere - - Mot De La Fcf - Par Mi­reille Bour­ret

Re­créer la na­ture : pour deux jar­di­niers qué­bé­cois, des émo­tions pro­fondes comme l’émer­veille­ment et l’amour du vi­vant font émer­ger leur sens ar­tis­tique dans la créa­tion de leur jar­din.

Na­tha­lie Ma­rois a com­men­cé à y par­ti­ci­per: « Ça m’a don­né la pi­qûre! » s’ex­clame-t-elle. In­té­res­sée au point de prendre des cours au ser­vice des loi­sirs de sa mu­ni­ci­pa­li­té, elle a en quelques an­nées chan­gé com­plè­te­ment le pay­sage de son jar­din. « Il n’y avait ab­so­lu­ment rien au dé­but, dit-elle, et je me suis fa­bri­qué un pa­tri­moine vé­gé­tal. »

Ce pa­tri­moine, elle l’em­porte avec elle lors­qu’elle em­mé­nage avec son conjoint Serge Pi­vin. À ce mo­ment-là, dans leur cour ar­rière de 16 m par 30 m, il n’y avait qu’un pom­me­tier et du ga­zon. Na­tha­lie Ma­rois et Serge Pi­vin par­tagent le fait d’avoir tous deux gran­di dans la na­ture, ce qui les amène évi­dem­ment à conce­voir un jar­din qui en est ins­pi­ré. Pui­sant dans des émo­tions pro­fondes comme l’émer­veille­ment et l’amour du vi­vant, la créa­tion de leur jar­din fait émer­ger leur sens ar­tis­tique : « Nous sommes tous deux ins­pi­rés par la na­ture et nous avons un cô­té créa­tif, alors nos idées pour le jar­din foi­sonnent. »

Leur ter­rain est plein sud, de sorte que la cha­leur y de­vient in­te­nable l’été. Dans le but d’y créer un sous-bois, ils y ont plan­té beau­coup d’arbres et d’ar­bustes, dont trois érables pa­na­chés, un érable ja­po­nais et, bien sûr, ils ont conser­vé le pom­me­tier du dé­but. Ils ont ajou­té au moins dix es­pèces d’ar­bustes (li­las, ifs, wei­ge­las, etc.) et une grande va­rié­té de fleurs : un peu plus d’une cen­taine d’es­pèces de vi­vaces et de bulbes, al­lant du perce-neige au chry­san­thème. « Notre jar­din fleu­rit pen­dant toute la sai­son. » Ils ont ins­tal­lé un bain et une man­geoire pour les pe­tits oi­seaux, et re­çoivent la vi­site de plu­sieurs es­pèces : des ro­se­lins, des mé­sanges, des car­di­naux et des char­don­ne­rets pour les­quels ils laissent mon­ter en graines les échi­na­cées afin qu’ils s’en nour­rissent. « À chaque prin­temps, des geais bleus viennent s’ins­tal­ler sur les po­teaux de la ga­le­rie : ils crient et nous leur don­nons des pea­nuts. Et vers la fin de l’été, un pe­tit pic vient dor­mir dans notre ca­bane à oi­seaux », dit Na­tha­lie Ma­rois. Les oi­seaux qui veulent ni­cher sont les bien­ve­nus. Il y a aus­si un pe­tit la­pin à queue blanche qui vient par­fois!

Na­tha­lie Ma­rois et Serge Pi­vin se sont créé une oa­sis de fraî­cheur et ils passent toute la sai­son de­hors. Ils se sont ins­tal­lé un pa­villon de jar­din et un spa. « Ça n’est pas un tra­vail pour moi, mais une thé­ra­pie… ça fait par­tie de mon équi­libre », dit Na­tha­lie.

Ils gardent une ap­proche éco­lo­gique : pas de fer­ti­li­sants chi­miques, mais du compost, pas d’in­sec­ti­cides pour les four­mis, mais de l’eau bouillante quand elles me­nacent l’équi­libre, ré­cu­pé­ra­tion de l’eau de pluie et ar­ro­sage goutte à goutte pour ne pas gas­piller l’eau. Et ils es­pèrent que la bio­di­ver­si­té qu’ils ont im­plan­tée leur per­met­tra de contre­car­rer des pa­ra­sites comme l’agrile du frêne.

« Nous sommes tous deux ins­pi­rés par la na­ture et nous avons un cô­té créa­tif, alors nos idées pour le jar­din foi­sonnent. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.