VUE DU HAUT DE L’ÉCHELLE À POISSONS

Ce qu’un pro­jet de la FCF au Yu­kon peut nous en­sei­gner sur l’état de la fraie du sau­mon.

Biosphere - - La Vie Qui Bat - — K. BANKS

Juste en de­hors de Whi­te­horse se trouve la plus grande échelle à poissons au monde : 366 m de long et 15 m de dé­ni­ve­lé. Elle per­met aux sau­mons chi­nook en frai de contour­ner les bar­rages hy­dro­élec­triques de Whi­te­horse. Ici, dans le ru­gis­se­ment du fleuve Yu­kon, des cher­cheurs de la Fé­dé­ra­tion ca­na­dienne de la faune baguent le sau­mon pour ré­col­ter des don­nées qui leur per­met­tront, es­pèrent-ils, de ré­soudre le mystère qui en­toure la ré­duc­tion de la mon­tai­son du sau­mon chi­nook dans le fleuve Yu­kon.

C’est dans le fleuve Yu­kon que la mon­tai­son du sau­mon est la plus longue au monde. En­vi­ron 100 frayères sont ré­par­ties le long de ses af­fluents dans la par­tie ca­na­dienne du fleuve. Les sau­mons chi­nook qui voyagent le plus loin doivent na­ger pen­dant 3 200 km à contre-cou­rant pour re­joindre leur lieu de frai.

Avant 1997, une moyenne de 300 000 chi­nook en­traient dans le Yu­kon chaque an­née. En 2013, seule­ment 37 000 sau­mons sont re­ve­nus. Ré­sul­tat : en 2014 puis à nou­veau en 2015, la pêche ré­créa­tive du chi­nook fut com­plè­te­ment in­ter­dite des deux cô­tés de la fron­tière Alas­ka-Yu­kon, pour la pre­mière fois de l’his­toire. En 2016 et 2017, 62 000 sau­mons ont re­mon­té le fleuve jus­qu’aux lieux de frai, lé­gère amé­lio­ra­tion qui a re­don­né de l’es­poir, mais cer­taines res­tric­tions à la pêche n’ont pas été le­vées. Par le pas­sé, 10 000 sau­mons étaient cap­tu­rés chaque an­née en amont de Whi­te­horse, mais, de­puis quelques di­zaines d’an­nées, seule­ment 1 200 passent le bar­rage. Les poissons conti­nuent de là vers leurs lieux de frai, et dans cer­tains cas doivent en­core fran­chir 200 km pour les re­joindre. « Nous es­sayons de com­bler les la­cunes de nos connais­sances des deux cô­tés de l’échelle », dit Nick La­pointe, bio­lo­giste prin­ci­pal de la conser­va­tion à la FCF. « Nous pré­voyons connaître tous les en­droits où les sau­mons chi­nook fraient en amont de Whi­te­horse et dé­cou­vrir la ré­par­ti­tion des sau­mons dans leurs dif­fé­rentes frayères. Nous es­pé­rons aus­si sa­voir com­bien de sau­mons passent l’échelle par­mi ceux qui l’ap­prochent, com­bien de temps ce­la leur prend et si les dé­lais à l’échelle ont un im­pact sur le suc­cès de la mi­gra­tion. »

La plus longue échelle à sau­mons du monde contourne le bar­rage hy­dro­élec­trique de Whi­te­horse.Les bar­rages sont l’une des causes de la crise du sau­mon. Les sau­mons ont be­soin d’eau froide pour sur­vivre. Les bar­rages pro­voquent le ré­chauf­fe­ment des ri­vières en ra­len­tis­sant le dé­bit de l’eau et en créant d’im­menses ré­ser­voirs quiab­sorbent la cha­leur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.