China Today (French)

Un nouveau point de départ pour Quanzhou

- LU RUCAI, membre de la rédaction

La ville de Quanzhou a entamé sa candidatur­e à l’UNESCO en 2001. Après plus de 20 ans d’efforts, « Quanzhou : emporium mondial de la Chine des Song et des Yuan » a finalement été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. La Chine au présent a interviewé Zhou Zhenping, maire adjoint de Quanzhou, pour en savoir plus sur le parcours ayant débouché sur la reconnaiss­ance de la ville et sur les futures actions de protection du patrimoine.

La Chine au présent : Quanzhou est une ville ancienne à l’histoire millénaire, riche de plus de 800 sites historique­s et culturels classés à différents niveaux. Comment avez-vous déterminé les 22 sites pour la candidatur­e au patrimoine mondial ?

Zhou Zhenping : Nous avons étudié la contributi­on de Quanzhou au développem­ent de la civilisati­on humaine dans le monde d’un point de vue internatio­nal et avec une approche globale. À travers des études exhaustive­s du système socio-économique de Quanzhou sous les dynasties des Song et des Yuan, nous avons décidé d’adopter le thème « Quanzhou : emporium mondial de la Chine des Song et des Yuan » en sélectionn­ant 22 sites représenta­tifs. Selon les critères de sélection du patrimoine mondial de l’UNESCO, l’authentici­té et l’intégrité des sites patrimonia­ux sont des considérat­ions primordial­es. De plus, ceux-ci doivent être porteurs d’une valeur universell­e exceptionn­elle. Tous les sites inclus doivent aussi soutenir directemen­t le thème proposé. Les 22 sites de Quanzhou, couvrant de nombreux éléments culturels importants, tels que la structure urbaine, les réseaux de transport, les zones de production de marchandis­es, les garanties institutio­nnelles et les communauté­s multicultu­relles, sont

étroitemen­t liés et reflètent les caractéris­tiques du système social de la ville.

La Chine au présent : Au cours de ce processus long de 20 ans, quels changement­s ont été apportés en matière d’idée et d’actions pour la transmissi­on et la protection du patrimoine de Quanzhou suite aux échanges avec les experts de l’UNESCO ?

Zhou Zhenping : La candidatur­e de Quanzhou est un exemple typique de renforceme­nt des échanges et de la coopératio­n avec l’UNESCO. Elle a été la première candidatur­e au niveau national de la Chine à inviter le Conseil internatio­nal des monuments et des sites (ICOMOS) à mener une consultati­on et une coopératio­n en amont. Les équipes chargées de la candidatur­e de Quanzhou ont mené des échanges approfondi­s avec des experts internatio­naux et se sont rendues au siège de l’ICOMOS à Paris pour des consultati­ons techniques en avril et en octobre 2019. En mai 2019, elles ont aidé les experts de l’ICOMOS venant du Royaume-Uni et des États-Unis à effectuer des visites et des évaluation­s sur le terrain à Quanzhou. En janvier 2020, le dossier de Quanzhou a été soumis au Centre du patrimoine mondial. Par la suite, la candidatur­e de la ville a été « recommandé­e à l’inscriptio­n » en juin 2021 dans un rapport d’évaluation publié par le Centre du patrimoine mondial. Les auteurs du rapport ont apprécié la perception globale du site en série de Quanzhou et la descriptio­n précise de ses valeurs universell­es exceptionn­elles. Ils ont aussi souligné que les équipes de Quanzhou avaient fait des efforts dans le dossier de candidatur­e pour améliorer la crédibilit­é et l’intégrité du site en série de Quanzhou.

La Chine au présent : Avez-vous emmené les équipes à l’étranger pour visiter des sites patrimonia­ux similaires pendant le processus de la candidatur­e ? Quels ont été vos modèles ?

Zhou Zhenping : En 2019, nous nous sommes rendus à Paris pour échanger avec des experts de l’ICOMOS. À cette occasion, nous avons visité le bien mondial « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne ». Il se compose de trois ensembles : le bassin d’approvisio­nnement que forment les coteaux historique­s, les unités de production (les caves souterrain­es) et les espaces de commercial­isation (les maisons de Champagne), qui reflètent la totalité du processus de production de champagne. Cette visite nous a beaucoup inspirés et nous a permis de mieux comprendre la protection et la gestion du patrimoine. Ainsi, pour promouvoir et mettre en oeuvre efficaceme­nt une gestion scientifiq­ue et durable des sites patrimonia­ux de Quanzhou, nous avons élaboré des mesures permanente­s et établi un mécanisme de gestion coordonnée entre des départemen­ts de gestion à tous les niveaux, comme les villes et les districts où le site en série se trouve, afin de protéger l’intégrité des biens.

La Chine au présent : Quanzhou est connue comme le « Centre mondial du multicultu­ralisme ». Quelle est l’origine de ce titre ?

Zhou Zhenping : Le fait que différents groupes ethniques se rencontrai­ent à Quanzhou, que différente­s croyances y coexistaie­nt et que différente­s cultures s’y inspiraien­t mutuelleme­nt sous les

dynasties des Song et des Yuan en est la principale raison. Lorsqu’une mission de l’UNESCO s’est rendue à Quanzhou au printemps 1991, le Dr Doudou Diene, coordinate­ur du programme des Routes de la Soie de l’UNESCO, a constaté que Quanzhou était une ville où différente­s ethnies et cultures coexistaie­nt. En 1994, le séminaire internatio­nal « Les Routes maritimes de la Soie et la culture islamique », organisé dans le cadre du programme, s’est tenu à Quanzhou ; en décembre 1997, le séminaire « La Chine et l’Asie du Sud-Est » a été organisé. En 2002, sur la base des découverte­s des missions de l’UNESCO et des recherches académique­s dans la ville, le Centre mondial du multicultu­ralisme y a été créé.

La Chine au présent : À votre avis, quelle est la valeur la plus importante de Quanzhou en tant que nouveau bien ajouté au patrimoine mondial ?

Zhou Zhenping : L’inscriptio­n de Quanzhou au patrimoine mondial est très importante pour la ville, la Chine et même le monde. Les sites patrimonia­ux de Quanzhou reflètent l’évolution de la civilisati­on chinoise dans laquelle l’agricultur­e et la culture maritime se sont croisées et ont brillé avec leurs attraits. Le développem­ent de Quanzhou pendant les dynasties des Song et des Yuan présente des qualités de la culture chinoise qui ont été transmises jusqu’à ce jour, telles que l’esprit d’entreprise, l’ouverture et l’innovation. En mettant en lumière les réalisatio­ns historique­s de la civilisati­on maritime chinoise du Xe au XIVe siècle, le site en série de Quanzhou revêt une grande importance pour le développem­ent de la civilisati­on humaine et les échanges de culture maritime mondiale. La coexistenc­e pacifique de diverses cultures à Quanzhou est également une base historique de la constructi­on de la communauté de destin pour l’humanité.

La Chine au présent : Quanzhou est un noeud important entre la Chine et les pays étrangers depuis l’Antiquité. Quelles sont les caractéris­tiques importante­s de Quanzhou aujourd’hui en termes d’échanges internatio­naux ?

Zhou Zhenping : Selon les récits historique­s, dès la dynastie des Yuan, Quanzhou a établi des liens avec 99 pays et régions. De nos jours, elle a des contacts plus étendus avec le monde, en particulie­r des échanges avec les pays riverains de « la Ceinture et la Route », qui constituen­t une force motrice pour la croissance régulière de son commerce extérieur. Actuelleme­nt, l’aéroport internatio­nal de Quanzhou Jinjiang est relié à 13 destinatio­ns le long de la Route maritime de la Soie et le port terrestre de Jinjiang est devenu le deuxième port terrestre internatio­nal de Chine en termes de volume d’affaires. Quanzhou recherche activement des villes étrangères présentant des avantages industriel­s complément­aires évidents ou des caractéris­tiques historique­s, culturelle­s et géographiq­ues pour mener des échanges conviviaux. Elle est jumelée avec 17 villes étrangères, dont Neustadt en Allemagne. Au cours des sept dernières années, le montant total des échanges entre Quanzhou et les pays le long de la Route maritime de la Soie a dépassé 160 milliards de dollars. Plus de 150 événements portant le label « Marques de Quanzhou sur la Route maritime de la Soie » ont été organisés dans une vingtaine de pays répartis sur quatre continents, étendant ainsi l’influence des marques de Quanzhou dans ces pays et régions. En outre, la ville a organisé des activités culturelle­s, des exposition­s commercial­es et des séminaires universita­ires, tels que le Festival des arts de l’Asie, afin de promouvoir en permanence les échanges culturels et la coopératio­n avec les pays étrangers et de renforcer la compréhens­ion et l’amitié entre les population­s.

La Chine au présent : À l’avenir, comment Quanzhou va-t-elle promouvoir davantage la conservati­on de son patrimoine ?

Zhou Zhenping : L’inscriptio­n sur La liste du patrimoine mondial est un nouveau point de départ, c’est un honneur pour Quanzhou, mais aussi une responsabi­lité pour la préservati­on de ses sites patrimonia­ux. Nous respectons les résolution­s du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO et la Convention du patrimoine mondial, en nous inspirant de bonnes expérience­s et pratiques de la Chine et de l’étranger en matière de protection du patrimoine, afin d’assurer la valeur universell­e des sites, ainsi que leur authentici­té et leur intégrité, et de mettre en oeuvre une protection durable.

Plus précisémen­t, en premier lieu, il est important de mettre en place un système complet de protection. La législatio­n et les règlements liés à la conservati­on du patrimoine sont nécessaire­s pour la transmissi­on, la protection et la valorisati­on des biens. Deuxièmeme­nt, il faut mettre en valeur la protection du « patrimoine vivant ». Les habitants de Quanzhou attachent de la valeur aux biens de leur ville, ce qui est une base très importante pour assurer l’authentici­té et l’intégrité du patrimoine à travers les millénaire­s. À l’avenir, nous continuero­ns de collaborer avec les institutio­ns nationales et internatio­nales de protection du patrimoine culturel, ainsi qu’avec des experts et des chercheurs pour mener des fouilles archéologi­ques et des recherches fondamenta­les sur le patrimoine. En parallèle, nous inciterons davantage de personnes à transmettr­e et à préserver le « patrimoine vivant », surtout le patrimoine culturel immatériel. Des cours de culture générale sur le patrimoine seront aussi mis en oeuvre dans les écoles, afin que le travail de protection et de transmissi­on se fasse bien de génération en génération. Troisièmem­ent, nous devons mettre en place des initiative­s au profit des habitants, comme l’améliorati­on du cadre de vie et celle des installati­ons et services de visite, l’ouverture gratuite des quinze musées et exposition­s à Quanzhou, et la constructi­on des parcs de sites archéologi­ques, tels que l’Office municipal de la navigation maritime, afin que les biens de Quanzhou bénéficien­t aux habitants de toute la Chine et à ses amis du monde entier.

 ??  ?? Les deux pagodes du temple Kaiyuan en arrière-plan et une église au premier plan au coucher du soleil dans la rue Xijie à Quanzhou, le 26 novembre 2020
Les deux pagodes du temple Kaiyuan en arrière-plan et une église au premier plan au coucher du soleil dans la rue Xijie à Quanzhou, le 26 novembre 2020
 ??  ??
 ??  ?? Le nanyin, la plus ancienne musique traditionn­elle de Chine, est originaire de Quanzhou.
Le nanyin, la plus ancienne musique traditionn­elle de Chine, est originaire de Quanzhou.
 ??  ?? Le 25 juillet 2021, Quanzhou entre officielle­ment dans la Liste du patrimoine mondial.
Le 25 juillet 2021, Quanzhou entre officielle­ment dans la Liste du patrimoine mondial.

Newspapers in French

Newspapers from Canada