COS­TA RI­CA, PA­RA­DIS VERT

PION­NIER EN MA­TIÈRE D’ÉCOTOURISME, LE COS­TA RI­CA PRO­TÈGE 30 % DE SON TER­RI­TOIRE ET NE COMPTE AU­CUN ZOO. UN VÉ­RI­TABLE ÉDEN POUR LES AMOU­REUX DE LA NA­TURE.

Coup de Pouce - - SOMMAIRE - Par Ma­rie-Ju­lie Ga­gnon

QUOI FAIRE:

/// RAN­DON­NÉES, vi­sites de vol­cans, surf, re­pos sur des plages de rêve… ce ne sont pas les pro­po­si­tions qui manquent. Sans ou­blier les ani­maux qu’on peut ob­ser­ver dans leur ha­bi­tat na­tu­rel: du pa­res­seux à la rai­nette aux yeux rouges, en pas­sant par dif­fé­rentes es­pèces de tor­tues et de singes. Les ma­gni­fiques aras mul­ti­co­lores et les tou­cans ne laissent pas non plus in­dif­fé­rents.

/// LE TRÈS DÉ­PAY­SANT

PARC NA­TIO­NAL RINCON

DE LA VIEJA, où l’on peut voir d’énormes fi­guiers étran­gleurs, ces arbres aux ra­cines im­pres­sion­nantes, et des fu­me­rolles, ces co­lonnes de gaz s’échap­pant d’un vol­can. Se bai­gner à la plage iso­lée de San Jo­se­ci­to, dans la baie de Drake, alors que des per­ro­quets rouge vif sur­volent la scène, nous donne par ailleurs en­vie de croire au pa­ra­dis (sou­pir).

QUOI MAN­GER:

/// ICI, LE RIZ ET LES HA­RI­COTS SONT À L’HON­NEUR. Du cô­té des Ca­raïbes, la cui­sine a des sa­veurs créoles et afro-ca­ri­béennes. À San Jo­sé, Sobre las Olas, qui tire son nom d’une valse, est l’en­droit tout in­di­qué pour man­ger du pois­son grillé ou des fruits de mer en contem­plant la côte de Ca­hui­ta. Le ca­fé étant l’une des spé­cia­li­tés du Cos­ta Ri­ca, vous en trou­ve­rez par­tout. On craque pour les grains en­ro­bés de cho­co­lat!

OÙ DORMIR:

/// ON TROUVE TOUS LES NI­VEAUX DE CONFORT DÉSIRÉS au Cos­ta Ri­ca. Pour se sen­tir en pleine com­mu­nion avec la na­ture, Ad­ven­tures Tent Camp, près du parc Cor­co­va­do, sur la pé­nin­sule d’Osa, cô­té Pa­ci­fique, pro­pose la for­mule «prêt-à-cam­per». At­ten­tion aux singes vo­leurs de nour­ri­ture! In­fo: cor­co­va­do.com

LES PLUS:

/// LA VA­RIÉ­TÉ DE CLIMATS et d’ex­pé­riences à vivre. Au cours d’un même voyage, on peut pas­ser de la cha­leur aride à la cha­leur hu­mide, avoir l’im­pres­sion de se perdre dans la co­hue et celle d’être seul au monde. À San Ge­rar­do de Do­ta, en­droit de pré­di­lec­tion pour ad­mi­rer le my­thique quet­zal au plu­mage pourpre, vert éme­raude et bleu vif, on pro­fite de la fraî­cheur des mon­tagnes. Si le Cos­ta Ri­ca est la des­ti­na­tion fa­mi­liale par ex­cel­lence, il convient tout au­tant aux voya­geurs en so­lo ou en couple. Le très tou­ris­tique parc na­tio­nal du vol­can Poás, ac­ces­sible aux pous­settes et aux fau­teuils rou­lants, vaut vrai­ment le dé­tour.

LES MOINS:

/// LA CRI­MI­NA­LI­TÉ est sans doute la prin­ci­pale ombre au ta­bleau. Il ne faut ja­mais lais­ser ses ba­gages sans sur­veillance dans la voi­ture pen­dant une ran­don­née. Si vous louez un vé­hi­cule, mé­fiez-vous des ar­naques! »»

Le Cos­ta Ri­ca pro­duit presque 100 % de son élec­tri­ci­té à par­tir de sources d’éner­gie re­nou­ve­lables.

DU­RÉE IDÉALE DU SÉ­JOUR:

/// LE PLUS LONG­TEMPS POS­SIBLE! Pour bien en pro­fi­ter, mieux vaut res­ter au moins une di­zaine de jours, idéa­le­ment deux se­maines et plus.

QUAND PAR­TIR:

Consi­dé­rant que, se­lon les cli­ma­to­logues, il existe 150 mi­cro­cli­mats au pays, à peu près n’im­porte quand! On re­com­mande tout de même la sai­son sèche, qui s’étend de dé­cembre à avril.

Dans le parc na­tio­nal Rincon de la Vieja

Le quet­zal au plu­mage pourpre et vert éme­raude. Ran­don­née dans le parc Cor­co­va­do.

Des singes ca­pu­cins à tête blanche qui pa­ressent au so­leil.

Une plage sau­vage à Cor­co­va­do. En bas: San Jo­sé; ci-contre en mé­daillon: le vol­can Poás.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.