Coup de Pouce

EN­TRE­VUE AVEC

Flo­rence K

- Entertainment · Music · Niger

AVEC UN NOU­VEL AL­BUM SOR­TI EN FÉ­VRIER, FLO­RENCE K AU­RAIT ÉTÉ EN TOUR­NÉE UNE BONNE PAR­TIE DE L’AN­NÉE S’IL N’Y AVAIT PAS EU LE CO­RO­NA­VI­RUS. QU’À CE­LA NE TIENNE, LA MU­SI­CIENNE A TROU­VÉ D’AUTRES MA­NIÈRES DE PRA­TI­QUER SON ART ET DE TOU­CHER SON PU­BLIC! Par Ju­lia Hau­rio

Ex­pli­quez-nous le concept de la chan­son-ca­fé que vous avez of­fert chaque ma­tin pen­dant plus de deux mois sur votre page Fa­ce­book?

Je me lève, je fais mon ca­fé, je pense à une chan­son que j’ai en­vie de chan­ter a cap­pel­la, puis je la par­tage sim­ple­ment pour ame­ner la mu­sique aux gens, car je vois l’im­pact po­si­tif qu’elle a sur eux et ça me fait du bien aus­si.

En plus des chan­sons-ca­fés, il y a eu les concerts sur votre bal­con chaque sa­me­di. Etait-ce pour rem­pla­cer la tour­née de votre nou­vel al­bum, re­por­tée?

Au dé­part, non, même si ça m'a don­né l’oc­ca­sion de le jouer. En fait, avant la crise, je m’étais en­ga­gée avec la Fon­da­tion de l’Hô­pi­tal gé­né­ral juif pour sa cam­pagne en san­té men­tale. Nous cher­chions des idées pour col­lec­ter de l’argent dans le contexte ac­tuel. Après avoir chan­té pour la fête d’un voisin sur mon bal­con en dif­fu­sant le tout sur Fa­ce­book, j’ai vu que les gens ai­maient ça. On a donc dé­ci­dé de le faire tous les sa­me­dis afin de ré­col­ter de l’argent pour la cam­pagne.

Votre al­bum Flo­rence, sor­ti en fé­vrier, est votre pre­mier opus en­tiè­re­ment en fran­çais. Qu’est-ce qui a mo­ti­vé ce choix?

L’en­vie de faire quelque chose de dif­fé­rent ain­si que l’émis­sion de ra­dio que j’anime à CBC Mu­sique. De­puis deux ans, je fais dé­cou­vrir la mu­sique fran­co­phone à un pu­blic an­glo­phone; ça m’a don­né en­vie d’en faire aus­si.

Vous êtes ins­crite à la ses­sion d’au­tomne du bac­ca­lau­réat de psy­cho­lo­gie. Com­ment al­lez-vous conci­lier études et mu­sique?

C’est de plus en plus dif­fi­cile de réus­sir à avoir des re­ve­nus en tra­vaillant dans la mu­sique. Il y a deux ans, j’ai res­sen­ti une cer­taine las­si­tude. Je me suis de­man­dé si, à long terme, j’au­rais en­core en­vie de me battre, et j’ai donc dé­ci­dé de re­prendre mes études. Fi­na­le­ment, c’est ce qui m’a per­mis de re­nouer avec la mu­sique en tant que plai­sir!

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada