Coup de Pouce

AU QUO­TI­DIEN

- MER­CI À DANIEL FILION, PRÉ­SIDENT DE LA FIRME D’IN­TER­VE­NANTS EN COM­POR­TE­MENT FÉLIN ÉDUCHATEUR.

On adore notre com­pa­gnon au doux pe­lage, mais on aime moins ses vo­ca­lises noc­turnes qui troublent notre som­meil. Que faire pour que le ma­nège cesse?

/// Dans un pre­mier temps, on écarte toute cause mé­di­cale. Si notre chat est âgé, il pour­rait s’agir d’un dys­fonc­tion­ne­ment cog­ni­tif. Pour en avoir le coeur net, on consulte un vé­té­ri­naire.

/// Dans la ma­jeure par­tie des cas, on a nous-même ins­tau­ré le pro­blème en ré­pon­dant aux miau­le­ments de notre chat une pre­mière fois. Il a donc com­pris qu’en agis­sant de la sorte, il ob­te­nait notre at­ten­tion. /// Pour chan­ger ce com­por­te­ment, on doit main­te­nant igno­rer notre félin quand il miaule la nuit. Il fau­dra s’ar­mer de pa­tience, car le pro­ces­sus pour­rait prendre jus­qu’à 14 jours.

/// Pour que ce­la fonc­tionne, on doit aus­si ap­por­ter quelques chan­ge­ments à sa rou­tine et son en­vi­ron­ne­ment. Par exemple, on peut chan­ger la dis­po­si­tion de notre chambre. De cette ma­nière, il com­pren­dra que, de­puis cette mo­di­fi­ca­tion, on ne ré­pond plus à ses ap­pels. On peut éga­le­ment en­ri­chir son mi­lieu de vie avec de nou­veaux jouets et un bol de nour­ri­ture in­ter­ac­tif pour qu’il se dé­pense plus en soi­rée.

/// Si, mal­gré tous nos ef­forts, le pro­blème per­siste, on n’hé­site pas à cher­cher de l’aide au­près d’un pro­fes­sion­nel.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada