UNE CLI­NIQUE MÉ­DI­CALE CHERCHE DES MÉ­DE­CINS

Courrier Bordeaux-Cartierville - - LA UNE - AMINE ESSEGHIR amine.esseghir@tc.tc

Une im­po­sante cli­nique mé­di­cale a ou­vert ses portes sur le bou­le­vard Gouin Ouest, non loin de l’hô­pi­tal Sa­cré-Coeur. Les pro­prié­taires y ont ré­ser­vé 7000 pieds car­rés pour des mé­de­cins de fa­mille, mais pour le mo­ment les doc­teurs se font at­tendre.

SANTÉÉ Une im­po­sante cli­nique mé­di­cale mo­derne a ou­vert ses portes en avril sur le bou­le­vard Gouin Ouest, non loin de l’hô­pi­tal Sa­cré-Coeur. Les pro­prié­taires y ont ré­ser­vé 7000 pieds car­rés pour des mé­de­cins de fa­mille. Sauf que pour le mo­ment les doc­teurs se font at­tendre.

« Les gens me de­mandent sou­vent s’il y au­ra des mé­de­cins de fa­mille au sein de la cli­nique et je ne peux que ré­pondre que nous ai­me­rions beau­coup les avoir », in­dique Ge­ne­viève Gau­dreau, mé­de­cin et co­pro­prié­taire du Com­plexe mé­di­cal Nord-de-l’Île (CMNDI).

Ce pro­jet de 15 M$ qu’elle a ima­gi­né avec son conjoint, le Dr Be­noit Be­noit, chi­rur­gien or­tho­pé­diste, était ini­tia­le­ment des­ti­né à four­nir des bu­reaux à des mé­de­cins spé­cia­listes. Beau­coup se sont ins­tal­lés et une cli­nique de chi­rur­gie es­thé­tique fonc­tionne.

Mais au fur et à me­sure de l’avan­ce­ment des tra­vaux, lan­cés le prin­temps pas­sé, il était de­ve­nu évident que le com­plexe de­vait ac­cueillir des mé­de­cins de fa­mille.

Le quar­tier a vé­cu le drame de la Cli­nique d’ur­gence Sa­la­ber­ry l’été der­nier qui a mis la clé sous la porte après 40 ans d’ac­ti­vi­té faute de mé­de­cins.

Le Dr Gau­dreau confirme qu’avant la dé­ci­sion de fer­me­ture, des pour­par­lers ont eu lieu.

« Nous avions dis­cu­té aus­si avec trois mé­de­cins de l’uni­té de mé­de­cine fa­mi­liale qui vou­laient s’ins­tal­ler ici. Nous avions même des­si­né des plans d’amé­na­ge­ment, mais les res­pon­sables du Centre in­té­gré uni­ver­si­taire de san­té et de ser­vices so­ciaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Mont­réal ont pré­fé­ré qu’ils res­tent dans les murs du CLSC », re­grette le Dr Gau­dreau.

L’idée d’ac­cueillir un Groupe de mé­de­cine fa­mi­liale dans les lieux pa­raît évi­dente pour les ci­toyens et les pra­ti­ciens. « Il n’y au­ra ja­mais une aus­si belle op­por­tu­ni­té dans le sec­teur, ce­la tout le monde en est conscient », note le Dr Gau­dreau.

Le GMF L’en­vo­lée qui est ins­tal­lé de­puis 20 ans sur le bou­le­vard Sa­la­ber­ry pour­rait s’y dé­pla­cer.

« Il faut sa­voir qu’un GMF ne peut pas chan­ger de lo­caux sans une au­to­ri­sa­tion du Dé­par­te­ment ré­gio­nal de mé­de­cine gé­né­rale (DRMG) », in­dique Dr Odile Ko­wals­ki, mé­de­cin de fa­mille et res­pon­sable du GMF L’en­vo­lée.

Au CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Mont­réal, on se ré­jouit qu’une nou­velle cli­nique mé­di­cale vienne s’éta­blir sur le ter­ri­toire. «Toute cli­nique peut avoir pi­gnon sur rue et of­frir un ser­vice de ren­dez-vous ou de sans ren­dez-vous, pré­cise Hu­go La­rouche, conseiller aux re­la­tions mé­dias au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Mont­réal. Elle doit ce­pen­dant pos­sé­der les ef­fec­tifs mé­di­caux et les per­mis de pra­tique né­ces­saires pour of­frir le ser­vice. »

Mais voi­là, les per­mis ne sont pas oc­troyés à la de­mande et sont sou­vent liés à une ges­tion plus poin­tue des be­soins en mé­de­cins dans un sec­teur.

« Bor­deaux-Car­tier­ville n’est pas un ter­ri­toire prio­ri­taire », an­nonce le Dr Ko­wals­ki.

Est-ce que tout es­poir est fi­ni de voir un GMF s’ins­tal­ler sur Gouin Ouest ? Se­lon M. La­rouche c’est en­core pos­sible. «Il faut qu’une nou­velle de­mande soit sou­mise au Mi­nis­tère de la San­té et des Ser­vices so­ciaux , qu’une ana­lyse soit faite et qu’une nou­velle dé­si­gna­tion GMF soit at­tri­buée. »

(Pho­to Amine Esseghir)

La Dr Ge­ne­viève Gau­dreau co­pro­prié­taire du Com­plexe mé­di­cal Nord-de-l’Île tient à ce que son ins­tal­la­tion pré­ser­ver la vo­ca­tion mé­di­cale en ac­cueillant des mé­de­cins de fa­mille.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.