Des arbres qui se font dé­si­rer

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS -

«Notre pro­jet tor­tue avance dou­ce­ment», plai­sante De­nis Le­mieux, dont la mai­son sur la rue du ruis­seau est mi­toyenne du ter­rain tra­ver­sé par des câbles de très haute ten­sion, sou­te­nus par d’im­po­sants py­lônes.

Il fait par­tie de ceux qui ont dé­plo­ré la coupe d’arbres ma­tures en­ta­mée en 2013 par Hy­dro-Qué­bec pour contrô­ler la vé­gé­ta­tion et pour­sui­vie les an­nées sui­vantes. Au printemps 2015, la so­cié­té d’État avait mis à terre 70 arbres.

À force d’in­sis­tance et d’ar­gu­men­ta­tion, la com­pa­gnie d’élec­tri­ci­té a ac­cep­té de fi­nan­cer un pro­jet pi­lote, me­né par un or­ga­nisme ci­toyen pour com­pen­ser les abat­tages ef­fec­tués.

Un ac­cord a été si­gné en mars 2015 avec la Ville de Montréal et les arbres de­vaient être plan­tés ce printemps.

« L’ap­pel d’offres se­ra lan­cé cet été, as­sure Ga­brielle Fon­taine-Gi­roux, re­la­tion­niste à la Ville de Montréal. Le dé­but des tra­vaux est pré­vu pour l’au­tomne 2018. »

Les ré­ponses conte­nues dans un cour­riel la­co­nique ne pré­cisent pas pour­quoi le pro­jet a pris un tel re­tard.

« À l’hi­ver et au printemps 2017, il y a eu des coupes d’arbres in­com­pa­tibles de sorte à pré­pa­rer le ter­rain pour le fu­tur amé­na­ge­ment, ex­plique pour sa part Jean-Fran­çois Ga­gné, conseiller – re­la­tions avec le mi­lieu, chez Hy­dro-Qué­bec. Par la suite, les plans d’amé­na­ge­ment ont été ré­vi­sés et ana­ly­sés par Hy­dro-Qué­bec pour que la vé­gé­ta­tion et le mo­bi­lier ur­bain pro­po­sés soient com­pa­tibles à long terme avec l’ex­ploi­ta­tion sé­cu­ri­taire des lignes de trans­port d’élec­tri­ci­té. »

C’est l’or­ga­nisme Ville en vert qui est char­gé de la mise en oeuvre du pro­jet.

« Il s’agit d’un pro­jet me­né par la ville-centre plus spé­ci­fi­que­ment par l’équipe du Ser­vice des grands parcs, du ver­dis­se­ment et du Mont-Royal. Le pro­jet est tou­jours en cours », in­dique Élyse Ré­mi, di­rec­trice de Ville en vert nous re­voyant elle aus­si au 311 pour avoir plus d’ex­pli­ca­tions.

Lors de l’an­nonce en 2015, le coût glo­bal du pro­jet n’était pas en­core pré­ci­sé, mais il de­vait at­teindre 70 000 $ uni­que­ment pour sa phase 1, c’est-à-dire la concer­ta­tion ain­si que la concep­tion des plans et de­vis.

Deux ren­contres avec les ci­toyens ont eu lieu en juin 2016. De­puis c’est le si­lence to­tal.

Ces dé­lais et ces dif­fi­cul­tés pour ob­te­nir des in­for­ma­tions sont aus­si dé­plo­rés par Ef­fie Gian­nou, conseillère de Bor­deaux-Car­tier­ville.

«Je com­prends que M. Le­mieux veuille en sa­voir plus, mais il y a sû­re­ment des ex­pli­ca­tions aux re­tards ob­ser­vés », dit-elle.

Au­jourd’hui, M. Le­mieux et ses voi­sins

On nous main­tient dans l’igno­rance. On re­fuse de nous mon­trer les plans et quand on pose des ques­tions, on nous dit d’ap­pe­ler le 311. »

De­nis Le­mieux, voi­sin de l’em­prise de Hy­dro Qué­bec au Bois-de-Liesse.

comptent sur­tout les souches res­tées à terre. « Avant on pou­vait ob­ser­ver des oi­seaux, pro­fi­ter de l’ombre et de l’am­biance fo­res­tière juste sous nos fe­nêtres », dé­plore-t-il.

Une perte de qua­li­té de vie qui ne se­ra re­trou­vée qu’après de longues an­nées, quand les arbres nou­vel­le­ment plan­tés at­tein­dront leur ma­tu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.