Si­mon Si­card, qui es-tu ?

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS - PAR SO­CIÉ­TÉ D’HIS­TOIRE D’AHUNT­SIC-CAR­TIER­VILLE

CHRO­NIQUE. Dans le contexte des grands tra­vaux de ré­fec­tion du mur de sou­tè­ne­ment du bar­rage Si­mon-Si­card, voi­ci un bref portrait de cet illustre per­son­nage.

La fa­mille Si­card pos­sède une longue tra­di­tion d’en­tre­pre­neur toutes ca­té­go­ries confon­dues. Nous re­trou­vons dans leur gé­néa­lo­gie des construc­teurs de mou­lins, des meu­niers, des fa­ri­niers, des ma­çons, des char­pen­tiers et même l’in­ven­teur de la souf­fleuse à neige.

La riche his­toire re­la­tive aux mou­lins, qu’ils soient mus par la force du vent ou de l’eau, est étroi­te­ment re­liée aux Si­card. En ef­fet, ces der­niers ex­ploi­te­ront au cours des XVIIe et XVIIIe des mou­lins tout le long de la rivière des Prai­ries, du Sault-au-Ré­col­let à la Pointe-aux-Trembles.

Nous les re­trou­vons éga­le­ment à Pointe-Claire avec un mou­lin à vent et à La­chine avec un mou­lin à eau. Leur ré­pu­ta­tion a fran­chi les li­mites de la sei­gneu­rie de Mon­tréal puis­qu’ils ont construit un mou­lin à Ver­chères. D’ailleurs, les ec­clé­sias­tiques du Sé­mi­naire de Qué­bec les avaient en­ga­gés pour ré­pa­rer leur mou­lin de l’île Jé­sus.

Les pa­rents de Si­mon, Jean Si­card et Ca­the­rine Lau­zon ont eu quinze en­fants entre 1681 et 1709 : sept filles et huit gar­çons. Mal­heu­reu­se­ment, seule­ment quatre gar­çons ont vé­cu jus­qu’à l’âge adulte.

L’aî­né Jean-Bap­tiste a été agri­cul­teur tan­dis que les trois autres, Bar­thé­le­my, Si­mon et Jo­seph le ca­det sont de­ve­nus maîtres-meu­niers.

Si­mon vint au monde le 10 oc­tobre 1697. À peine âgé de 16 ans en 1713, il a ob­te­nu la conces­sion d’une terre. Il a tra­vaillé à mettre sa terre en va­leur jus­qu’en 1719. Ain­si, il fut en me­sure le 8 jan­vier de l’an­née sui­vante d’épou­ser An­gé­lique De­sau­tels dite La­pointe, qui don­ne­ra nais­sance à quatre gar­çons et six filles.

La date exacte de l’en­trée de Si­mon Si­card dans l’his­toire du Sault-au-Ré­col­let est ap­proxi­ma­tive. Elle se si­tue vrai­sem­bla­ble­ment entre 1724 et 1726 au mo­ment où le Sé­mi­naire de Mon­tréal lui a adres­sé une re­quête pour la construc­tion d’un mou­lin à scie et d’une digue entre Mon­tréal et l’île de la Vi­si­ta­tion. Le mar­ché de construc­tion qui pour­rait pré­ci­ser le mo­ment pré­cis a été per­du.

Un ou­vrage tout de même cos­taud pour les moyens tech­niques de l’époque. Ini­tia­le­ment, le bar­rage avait une lar­geur de 27 mètres (90 pieds) et 100 mètres de long (330 pieds).

À cet en­droit, le cou­rant est puis­sant et pour être en me­sure de construire l’ou­vrage les pieds au sec, un sys­tème de ba­tar­deaux a pro­ba­ble­ment été uti­li­sé. Il ne suf­fi­sait pas de stop­per le cou­rant, il fal­lait être en me­sure de le maî­tri­ser.

Sans au­cune for­ma­tion autre que celle que son père lui a trans­mise, il a réus­si à construire un ou­vrage d’in­gé­nie­rie ci­vile qui per­met de contrô­ler la force hy­drau­lique afin d’ali­men­ter les fu­turs mou­lins du site. Si­mon Si­card est de­meu­ré le meu­nier du site pen­dant qua­rante-deux ans jus­qu’au mo­ment de son dé­cès, en 1768.

(Pho­to : Ar­chives-Hy­dro Qué­bec)

Le mur de sou­tè­ne­ment a été construit la même an­née que la cen­trale élec­trique ri­viè­redes-Prai­ries, en 1929.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.