Faire vieillir la bière : un art et un plai­sir à dé­cou­vrir !

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS -

À LA VER­TI­CALE

Contrai­re­ment aux bou­teilles de vin, les bou­teilles de bière doivent de­meu­rer de­bout lors de leur conser­va­tion, même celles qui sont scel­lées avec un bou­chon de liège. En ef­fet, il est pré­fé­rable d’évi­ter le contact pro­lon­gé entre le li­quide et le bou­chon et de ne pas lais­ser une grande sur­face de bière ex­po­sée à l’air.

À la noir­ceur La lu­mière est l’en­ne­mie ju­rée de vos bières de garde. En­tre­po­sez-les dans un en­droit sombre ou en­ve­lop­pez-les dans des sacs en pa­pier pour évi­ter qu’elles dé­ve­loppent une odeur in­fecte de « mou­fette » !

AU FRAIS

Vos bou­teilles ne de­vraient pas être pla­cées près d’une source de cha­leur. Cher­chez un lieu où la tem­pé­ra­ture est fraîche et constante (vi­sez en­vi­ron 15 °C). Une pe­tite pièce in­oc­cu­pée dans le sous-sol est gé­né­ra­le­ment un choix in­té­res­sant.

À L’HU­MI­DI­TÉ

Les bières de mi­cro­bras­se­ries vieillissent à mer­veille dans un en­vi­ron­ne­ment hu­mide, soit à un taux d’en­vi­ron 65 %. Pour mettre toutes les chances de votre cô­té, vous pou­vez vous pro­cu­rer un cel­lier à bières et pro­gram­mer les condi­tions de conser­va­tion op­ti­males.

À re­te­nir: les bières plus al­coo­li­sées vieillissent mieux — pro­cu­rez-vous des stouts im­pé­riales, des vins d’orge ou des belges fortes (plus de 7 %), par exemple. De plus, sauf ex­cep­tion, évitez les bières très hou­blon­nées, qui sont meilleures jeunes. En­fin, pour ob­te­nir des conseils éclai­rés, de­man­dez à un ex­pert de votre ré­gion !

La plu­part des bières com­mer­ciales se conservent le temps d’une sai­son à peine. Mieux vaut les boire ra­pi­de­ment !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.