PRÉ­SER­VER LA MÉ­MOIRE DU QUARTIER

Courrier Bordeaux-Cartierville - - LA UNE - AMINE ES­SE­GHIR amine.es­se­ghir@tc.tc

La so­cié­té d’his­toire d’Ahunt­sic-Car­tier­ville a hé­ri­té d’une masse im­por­tante de do­cu­ments his­to­riques. L’or­ga­nisme veut les dif­fu­ser au public, mais doit d’abord en faire le tri.

La so­cié­té d’his­toire d’Ahunt­sic­Car­tier­ville vient de ré­cu­pé­rer l’en­semble des ar­chives de l’an­cien or­ga­nisme Ci­té his­to­ria qui a fait faillite en 2016. Une masse im­por­tante de do­cu­ments his­to­riques qui pour­raient être dif­fu­sée et dont l’im­por­tance est en pro­ces­sus d’éva­lua­tion.

« Nous avons ré­cu­pé­ré 31 boites et nous com­men­çons à peine le tri et le clas­se­ment de ce qu’elles contiennent», in­dique Yvon Gagnon, co­pré­sident la So­cié­té d’his­toire d’Ahunt­sic-Car­tier­ville (SHAC).

À terme, le but est de nu­mé­ri­ser les pho­tos et do­cu­ments les plus si­gni­fi­ca­tifs pour les mettre à la dis­po­si­tion du public.

Ces ar­chives ont été col­lec­tées du­rant une di­zaine d’an­nées au­près des ci­toyens d’Ahunt­sic­Car­tier­ville. Ils avaient été ré­cu­pé­rés en 2017 par le Ser­vice des grands parcs de la Ville de Mon­tréal après la faillite de Ci­té his­to­ria.

Cet or­ga­nisme avait ses bu­reaux dans la mai­son du Meu­nier, ac­tuel­le­ment en ré­no­va­tion, si­tuée sur le site des mou­lins dans le parc-na­ture de l’île-de-la-Vi­si­ta­tion.

« Quand les tra­vaux ont commencé, les cols de bleus de la Ville ont ra­mas­sé les do­cu­ments qui se trou­vaient dans le bâ­ti­ment et les ont en­tas­sés pêle-mêle dans des boites», note M. Gagnon.

C’est à la suite d’une en­tente si­gnée avec la Ville au dé­but de juillet que la SHAC a mis la main sur ces ar­chives.

On y trouve de tout ; co­pies d’actes de pro­prié­té, vieilles pho­tos, cou­pures de jour­naux et pu­bli­ca­tions an­ciennes qui ont par­lé du Sault-au-Ré­col­let, d’Ahunt­sic ou de Mon­tréal.

«C’est un vé­ri­table tré­sor que nous avons entre les mains, mais gé­né­ra­le­ment les gens gardent leur tré­sor pour eux même. Nous vou­lons le par­ta­ger avec les autres », as­sure Da­nielle Daigle, co­pré­si­dente de la SHAC.

Les quelques do­cu­ments dé­jà triés sont très pro­met­teurs, no­tam­ment le fond pho­to­gra­phique.

LO­CAL IN­DIS­PEN­SABLE

Si les ani­ma­teurs de la SHAC savent ce qu’ils doivent en faire, ils sou­lignent tou­te­fois que la mis­sion est ar­due, es­sen­tiel­le­ment à cause du peu de moyens dont ils dis­posent.

La SHAC, après deux ans d’exis­tence, n’a tou­jours pas de bu­reaux. Main­te­nant qu’il faut en­tre­po­ser et trai­ter ces do­cu­ments, un lo­cal de­vient vi­tal. Les membres ne peuvent pas tra­vailler bé­né­vo­le­ment chez eux.

Cette ab­sence de lo­cal a éga­le­ment eu pour ef­fet de les pri­ver de sub­ven­tion.

« À chaque fois que nous de­vons ré­pondre à la ques­tion des or­ga­nismes sub­ven­tion­naires « avez-vous un lieu phy­sique », nous ré­pon­dons non et nos de­mandes sont re­je­tées im­mé­dia­te­ment », re­lève M. Gagnon.

Cette ab­sence de lo­cal ne per­met pas non plus de trou­ver du per­son­nel qui pour­rait prê­ter main-forte au tri et à la nu­mé­ri­sa­tion.

« On au­rait pu bé­né­fi­cier du pro­gramme Em­plois été Ca­na­da pour re­cru­ter deux ou trois étu­diants qui nous au­raient été très utiles», re­grette M. Gagnon.

S’ins­tal­ler dans des bu­reaux de­vient une né­ces­si­té vi­tale au mo­ment où la SHAC hé­rite de ces ar­chives.

(Pho­to Cour­rier Ahunt­sic - Amine Es­se­ghir)

Yvon Gagnon et Da­nielle Daigle, co­pré­si­dents de la SHAC veulent mettre à dis­po­si­tion du public les ar­chives col­lec­tées en 10 ans par le dé­funt or­ga­nisme Ci­té his­to­ria.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.