Des jeunes af­frontent des po­li­ciers au soc­cer

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS - AMINE ESSEGHIR amine.esseghir@tc.tc

Tous les mer­cre­dis, de­puis le dé­but de l’été, des jeunes de Bor­deaux-Car­tier­ville se sont re­trou­vés avec des po­li­ciers sur le ter­rain de soc­cer du parc de Louis­bourg. Une ma­nière de se connaître en de­hors du poste de po­lice ou lors des in­ter­ven­tions.

De­puis six ans, le Poste de quar­tier (PDQ) 10 de Bor­deaux-Car­tier­ville, la mai­son des jeunes du quar­tier et di­vers or­ga­nismes mettent sur pied ce tour­noi de bal­lon rond.

Dans un quar­tier mul­ti­cul­tu­rel, le soc­cer est for­cé­ment le sport le plus po­pu­laire. Il est très cou­rant de voir des jeunes ta­per dans un bal­lon dès que l’es­pace le per­met.

Cette an­née, 45 jeunes ont pris part au tour­noi.

«On va dans les écoles du quar­tier on leur pro­pose de s’ins­crire et deux mois avant le tour­noi, on les voit im­pa­tients de com­men­cer », sou­ligne Oli­vier Dra­peau, co­or­don­na­teur de la mai­son des jeunes de Bor­deaux-Car­tier­ville.

Par ailleurs, une di­zaine de po­li­ciers se sont mis en te­nues de sport pour re­joindre ces jeunes.

Des agents de la Gen­dar­me­rie Royale du Ca­na­da se sont as­so­ciés à la fête.

Le but est de faire connaître le rôle de la po­lice au­près de per­sonnes qui dans leur culture d’ori­gine, le re­pré­sen­tant de l’au­to­ri­té est souvent aus­si l’ins­tru­ment de la ré­pres­sion.

Après la sai­son de soc­cer, les jeunes re­con­naissent les po­li­ciers dans la rue et les sa­luent quand ils les voient en au­to­pa­trouille.

« Nous l’avons vu, face à deux po­li­ciers, le jeune ira vers ce­lui qu’il a ren­con­tré sur un ter­rain de soc­cer », An­nie Prud­homme, policière dans le quar­tier.

IMAGE

Par­mi ces jeunes qui par­ti­cipent au tour­noi, Ikram Ter­rak. À 15 ans, elle s’est ins­crite quatre an­nées de suite à l’évé­ne­ment. Outre le sport qu’elle adore, elle a dé­cou­vert quel est le rôle des po­li­ciers.

« J’ai com­pris que ce n’est pas vrai qu’ils sont ra­cistes ou sé­vères », note-t-elle.

Ces ren­contres spor­tives ont même ré­vé­lé chez elle une vo­ca­tion.

« J’es­père vrai­ment de­ve­nir policière ou suivre la fi­lière cri­mi­no­lo­gie. J’aime l’action et je me vois très bien pa­trouiller dans une voi­ture de po­lice. »

Les jeunes qui prennent part au tour­noi sont dans leur grande ma­jo­ri­té des ama­teurs de soc­cer qui ne sont pas ins­crits dans des clubs ou des as­so­cia­tions.

« Leurs par­ti­ci­pa­tions à ces ren­contres leur ap­prennent la dis­ci­pline et l’or­ga­ni­sa­tion», as­sure Mme Ber­nier

Le tour­noi bé­né­fi­cie du sou­tien de plu­sieurs par­te­naires pri­vés ain­si que de l’ar­ron­dis­se­ment. Le jour de clô­ture, les jeunes re­çoivent des bal­lons, des sacs à dos, ou des équi­pe­ments spor­tifs pour ré­com­pen­ser leur as­si­dui­té ou leur es­prit spor­tif.

SPORT. «échappe,

Il y a par­fois des jeunes qu’on

qui font des bê­tises et qui ont des dé­mê­lés avec les forces de l’ordre. Le contact à ce mo­ment­là est plus fa­cile. »

Ca­ro­line Ber­nier, agente so­cio com­mu­nau­taire au PDQ 10.

(Pho­to Amine Esseghir – Cour­rier Ahunst­sic/Bor­deaux-Car­tier­ville)

La pas­sion du soc­cer d’Ikram Ter­rak a été aus­si la dé­cou­verte du mé­tier de po­li­cier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.