Lise Dion in­cite les femmes à pas­ser une mam­mo­gra­phie

Cam­pagne Mé­mo-ma­mo

Courrier Laval - - LA UNE - STÉ­PHANE ST-AMOUR ste­phane.st-amour@tc.tc

SEN­SI­BI­LI­SA­TION. C’est au Centre La­val que la So­cié­té ca­na­dienne du can­cer (SCC) a lan­cé le 25 no­vembre sa 9e cam­pagne Mé­mo-ma­mo afin de rap­pe­ler aux femmes de 50 à 69 ans l’im­por­tance de pas­ser une mam­mo­gra­phie tous les 2 ans.

«Cette cause-là me tient beau­coup à coeur», a ex­pli­qué la porte-pa­role de­puis la toute pre­mière cam­pagne, Lise Dion, dont la mère a dé­jà été trai­tée pour un can­cer du sein.

« Quand je di­sais à ma mère '' M’man, va donc pas­ser un exa­men pour tes seins '', elle me di­sait '' ben non, d’un coup qu’y m’trouvent de quoi '' » a en­chaî­né l’hu­mo­riste.

Jus­te­ment, la mam­mo­gra­phie est le moyen le plus ef­fi­cace de dé­tec­ter de fa­çon pré­coce le can­cer du sein, in­dique Dominique Cla­veau, di­rec­trice de la pré­ven­tion à la SCC-Qué­bec.

Si 87 % des femmes at­teintes sont en ré­mis­sion com­plète cinq ans sui­vant le diag­nos­tic, ce taux de sur­vie frise les 100 % quand la tu­meur est dé­tec­tée au dé­but de la ma­la­die, d’où l’im­por­tance d’une mam­mo­gra­phie de dé­pis­tage.

PORTE-CLÉS IN­CI­TA­TIF

La pré­sente cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion s’ar­ti­cule au­tour du Mé­mo-ma­mo en vente au coût de 5$ dans les phar­ma­cies Jean Cou­tu.

Il s’agit d’un porte-clés édu­ca­tif ser­ti de deux perles de tailles dif­fé­rentes.

Celle aus­si pe­tite qu’une tête d’épingle re­pré­sente le type de lé­sion pou­vant être dé­ce­lé à l’aide d’une mam­mo­gra­phie, alors que la perle grosse comme une pièce de 25 cents illustre la bosse gé­né­ra­le­ment dé­tec­tée lors d’un au­to-exa­men.

Au fil des ans, ces porte-clés ont trou­vé pre­neur au­près de 160 000 Qué­bé­coises et per­mis d’amas­ser plus de 800 000 $ que la SCC a ré­in­ves­tis en pré­ven­tion.

« Si j’offre le Mé­mo-ma­mo à mes amies pour Noël, c’est parce que je les aime, in­siste Lise Dion. Je veux prendre soin d’elles et qu’elles se sou­viennent de pas­ser leur mam­mo­gra­phie. »

PARTY

Pour Dre Ch­ris­tiane Laberge, les femmes âgées de 50 à 69 ans se doivent de par­ti­ci­per au Pro­gramme qué­bé­cois de dé­pis­tage du can­cer du sein comme le gou­ver­ne­ment les in­vite à le faire tous les deux ans lors d’un en­voi pos­tal.

Huit can­cers du sein sur dix touchent ce groupe d’âge, rap­pelle la mé­de­cin gé­né­ra­liste et chro­ni­queuse san­té bien connue.

Les sta­tis­tiques ré­vèlent qu’une femme sur dix de­vra pas­ser des exa­mens com­plé­men­taires afin de vé­ri­fier s’il y a vrai­ment ano­ma­lie. Or, dans 95% de ces rap­pels, le ré­sul­tat des exa­mens s’avère tout à fait nor­mal.

His­toire de joindre l’utile à l’agréable, Dre Laberge y est al­lée de ce com­men­taire au su­jet de la mam­mo­gra­phie : « C’est un truc de filles. Pour­quoi ça de­vrait être plate ? On y va quatre en­semble et on va ma­ga­si­ner après. Ça de­vient un party. »

(Photo 2M.Me­dia – Ma­rio Beau­re­gard)

Le lan­ce­ment de la cam­pagne Mé­mo-ma­mo a réuni sur la scène amé­na­gée dans l’atrium du Centre La­val la por­te­pa­role Lise Dion, Dre Ch­ris­tiane Laberge, l’ani­ma­trice Ma­rie-Claude Bar­rette et, ab­sente sur la photo, Ni­cole Mar­tin qui a in­ter­pré­té deux de ses plus grands suc­cès.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.