On n’en­ten­dra ja­mais le concierge de son cé­gep dire… ............................

Délire - - SOMMAIRE -

De­voir net­toyer après qu’un élève

a été ma­lade dans le cor­ri­dor, c’est vrai­ment le mo­ment le plus

gra­ti­fiant de ma jour­née.

La re­la­tion que j’en­tre­tiens avec ma moppe, ce n’est PAS que

pu­re­ment pla­to­nique. La seule chose qui ne fait ja­mais la grève dans un cé­gep, ce sont des gars qui visent à cô­té lors­qu’ils sont à

l’uri­noir.

On ne se tanne pas de net­toyer la sloche dans l’en­trée quand ar­rive

l’hi­ver. Au­jourd’hui, je sors les vi­danges... Et ça, ça com­prend votre prof de

math! Cette flaque

de vo­mi mé­rite de se re­trou­ver sur

Ins­ta­gram. L’eau brune de mon seau d’eau

a l’air plus co­mes­tible que ce que l’on sert à la ca­fé­té­ria. Ça coule dans une classe? Pis? Les élèves avaient juste à ap­por­ter leurs maillots. Voyons, les jeunes, ce n’est pas comme ça qu’on bouche une toi­lette. Je vais vous mon­trer

com­ment...

Quand vient le temps de la­ver les vitres des classes,

j’aime mieux uti­li­ser ma sa­live. J’ai dé­jà ci­ré des plan­chers en uti­li­sant ma

cire d’oreille.

Quoi? Je pen­sais qu’es­pion­ner les gens qui se changent dans

les ves­tiaires, ça fai­sait par­tie de la job. Si vous sa­viez le sa­laire qu’on me donne pour vous ra­mas­ser quo­ti­dien­ne­ment, ma bande de jeunes crot­tés, vous aus­si

vous au­riez la ba­boune à lon­gueur

de jour­née. La moi­sis­sure que vous voyez sur les murs, ça ajoute au dé­cor, vous ne

trou­vez pas?

Quand j’ai un conflit avec mon su­pé­rieur, je ne laisse ja­mais re­tom­ber la

pous­sière.

J’ai une maî­trise en «pous­seux de ba­lais-ogie».

Du dé­odo­rant?

Pas be­soin. De l’am­mo­niaque, ça fait pa­reil.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.