Par­fum ou fra­grance ?

Decorhomme - - STYLE DE VIE | FRAGRANCES - PAR KARL MAYER

Ces deux mots ont plus ou moins la même si­gni­fi­ca­tion. Ce­la va­rie se­lon les pays. En An­gle­terre, on uti­lise le mot per­fume tan­dis qu’au Ca­na­da, on em­ploie plus sou­vent fra­grance. Et pour la France, c’est par­fum. Ce­la dit, en par­fu­me­rie, on a ten­dance à dé­si­gner par le terme par­fum la plus forte concen­tra­tion d’une sen­teur, par op­po­si­tion à, par exemple, eau­de­toi­lette ou eau­deCo­logne, moins concen­trées. Les par­fu­meurs, quant à eux, dé­si­gnent par le terme par­fum leur propre créa­tion ol­fac­tive. Comment se re­trou­ver dans tous ces pro­duits qui à la pre­mière vu semblent tous pa­reils? Ce­la est très simple, c’est une ques­tion de do­sage. La dif­fé­rence entre une eau de par­fum et une eau de toi­lette est que l’une est plus concen­trée en es­sences de par­fum que l’autre. Chaque es­sence est dis­soute dans un mé­lange d’eau et d’al­cool. Le monde de la par­fu­me­rie est donc com­po­sé de plu­sieurs fra­grances qui sont di­vi­sées en 4 types de pro­duits : eau de Co­logne, eau de toi­lette, eau de par­fum et l’extrait de par­fum.

EAU DE CO­LOGNE

Il s’agit d’une so­lu­tion do­sée avec une concen­tra­tion al­lant de 3 à 6% de mé­lange de par­fum sur une base d’al­cool. Ce type de com­po­si­tion manque sou­vent de té­na­ci­té et qu’il a ten­dance à s’éva­po­rer très ra­pi­de­ment. L’eau de Co­logne est beau­coup plus fa­cile à réa­li­ser qu’un par­fum con­cen­tré et de­meure un pro­duit des plus abor­dable.

EAU DE TOI­LETTE

Il s’agit d’une so­lu­tion do­sée avec une concen­tra­tion al­lant de 7 à 12% de mé­lange de par­fum sur une base d’al­cool. C’est un sillage frais et lé­ger per­met­tant à son odeur de te­nir entre 3 à 5 heures. Elle est idéale le ma­tin après la douche ou le soir avant le cou­cher. Son odeur sub­tile au­ra une ac­tion vi­vi­fiante au contact de votre peau. Sa faible concen­tra­tion de par­fum la rend par­ti­cu­liè­re­ment agréable lors des chaudes jour­nées d’été, elles sont moins opu­lentes et en­tê­tantes que les ex­traits de par­fum ou les eaux de par­fum. L’eau de toi­lette de­meure moins oné­reuse qu’une eau de par­fum ou un par­fum et un très bon choix pour la sai­son es­ti­vale.

EAU DE PAR­FUM

Il s’agit d’une so­lu­tion do­sée avec une concen­tra­tion odo­rante di­luée à la hau­teur de 12 à 25% de mé­lange de par­fum sur une base d’al­cool. La du­rée de vie est as­sez consé­quente avec une meilleure te­nue sur la peau qui tient pen­dant 4 à 6 heures. C’est une concen­tra­tion par­faite à uti­li­ser au quo­ti­dien car elle se vo­la­ti­lise moins ra­pi­de­ment qu’une eau de toi­lette mais plus vite que l’extrait de par­fum.

EXTRAIT DE PAR­FUM

Il s’agit d’une so­lu­tion do­sée avec une concen­tra­tion odo­rante di­luée qui contient un mi­ni­mum de 20% et peut même mon­ter jus­qu’à 40% de con­cen­tré de par­fum sur une base d’al­cool. Plus la concen­tra­tion d’un pro­duit est pure, plus il est te­nace et odo­rant. Plus per­sis­tant qu’une eau de par­fum, quelques gouttes suf­fisent pour une odeur en­ivrante qui dure plu­sieurs heures, voire plu­sieurs jours. Plus dis­pen­dieux dû à sa com­po­si­tion for­te­ment concen­trée. L’al­cool éthy­lique est un com­po­sant qui ne coûte pas cher. En re­vanche, l’huile es­sen­tielle odo­rante peut par­fois coû­ter une vé­ri­table for­tune. Il est conseillé de le ré­ser­ver pour les oc­ca­sions par­ti­cu­lières afin de par­faire une te­nue spé­ciale.

Cer­taines peaux re­tiennent mieux cer­taines fra­grances que d’autres. Il est donc re­com­man­dé de faire des es­sais sur des en­droits chauds de votre peau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.