«JE SUIS TOM­BÉE EN AMOUR AVEC LUI ET SON TA­LENT»

Échos vedettes - - TÉLÉVISION SUGGESTION­S - — NA­NETTE WORK­MAN J.-F. B.

On se re­porte au dé­but des an­nées 1970. Na­nette est non seule­ment cho­riste de John­ny Hal­ly­day et as­sure la pre­mière par­tie de ses spec­tacles, elle en est aus­si éper­du­ment amou­reuse. Dé­sor­mais, et jus­qu’au mi­lieu de la dé­cen­nie, c’est la France qu’elle choi­sit. «Quand Harmonium a ex­plo­sé au Qué­bec, j’étais en Eu­rope, se sou­vient-elle. Je ne connais­sais pas du tout le groupe. Je suis re­ve­nue en 1975 et j’ai fait La­dy Mar­ma­lade. En­core là, je n’étais pas au cou­rant de l’im­pact qu’avaient les groupes comme Harmonium et Beau Dom­mage.»

Ce n’est qu’en 1986 que Work­man et Fio­ri ont fait connais­sance. À l’époque, elle était en­ceinte de son fils, Jesse. «C’est An­dré, son père, qui m’avait par­lé de Serge. Je vou­lais faire un nou­vel al­bum, et il trou­vait que Serge était le col­la­bo­ra­teur par­fait pour moi. J’ai écou­té Fio­ri, son pre­mier al­bum so­lo pa­ru cette an­née-là, et je l’ai ado­ré. J’ai­mais sa fa­çon de com­po­ser, ses ar­ran­ge­ments... On s’est ren­con­trés dans un res­to chi­nois dans l’ouest de la ville. Je l’avais trou­vé très sen­sible et créa­tif. Je suis tom­bée en amour avec lui et avec son ta­lent.» Mal­gré les mal­gré, leur col­la­bo­ra­tion est vite de­ve­nue une évidence. Chaque jour, Na­nette fai­sait l’al­ler-re­tour entre Orm­stown et Notre-Dame-de-Grâce, au stu­dio de Serge. «J’ai ado­ré tra­vailler avec lui. Et le fait d’at­tendre un en­fant m’ins­pi­rait tel­le­ment!»

CHAN­GE­MENT D’ADRESSE

Il a fal­lu aux par­te­naires et amou­reux trois ans pour mettre au monde Chan­ge­ment d’adresse. «Je n’ai ja­mais en­ten­du qui que ce soit jouer de la gui­tare comme il l’a fait sur l’al­bum. Chaque note qu’il jouait était ma­gique.» Le disque est pa­ru en 1989, alors que Jesse avait trois ans. Leur re­la­tion de quatre ans a été te­nue se­crète. «Ça ne re­gar­dait per­sonne. Nous étions très dis­crets.»

Na­nette ayant été ap­pe­lée à jouer un rôle dans l’opé­ra-rock La lé­gende de Jim­my, elle a fait un long sé­jour en Eu­rope, si bien que la pro­mo­tion de Chan­ge­ment d’adresse s’est trou­vée hy­po­thé­quée. «Je crois que Serge a été bles­sé que je quitte. Ç’a été une pé­riode dif­fi­cile pour moi, mais il fal­lait que je gagne ma vie. Lors­qu’on mé­lange les sen­ti­ments avec le tra­vail, ça peut fonc­tion­ner ou pas. Dans mon cas, ça n’a pas mar­ché...» Mais, en­core au­jourd’hui, l’ami­tié, la ten­dresse et le res­pect mu­tuel les unissent. «Serge est un gé­nie. Son der­nier al­bum est ex­tra­or­di­naire!»

Les an­nées ont pas­sé, mais Chan­ge­ment d’adresse tient une place par­ti­cu­lière dans le coeur de la chan­teuse. «Je suis convain­cue que c’est l’une des meilleures choses que j’ai faites. J’ai la cer­ti­tude que, tôt ou tard, on va en ré­en­tendre par­ler. J’ai­me­rais le sor­tir à nou­veau dans un ave­nir pro­chain.» L’an­née 2019 mar­que­ra le 30e an­ni­ver­saire de sa pa­ru­tion. «On pour­rait le dé­pous­sié­rer de cer­tains sons très ca­rac­té­ris­tiques des an­nées 1980. L’im­por­tant, c’est que les chan­sons sont ex­tra­or­di­naires! Rien de ce que j’ai fait n’est com­pa­rable à ça.»

Près de trois dé­cen­nies plus tard, que re­tient-elle de l’homme qu’est Serge Fio­ri? «C’est quel­qu’un d’ex­trê­me­ment sen­sible. Il est très pro­fond et a un cô­té mys­tique. Il est aus­si très mys­té­rieux. C’est dif­fi­cile de le dé­crire en quelques mots... He’s ve­ry sweet.»

NA­NETTE WORK­MAN ET SERGE FIO­RI. LA BELLE N’AVAIT JA­MAIS EN­TEN­DU PAR­LER D’HARMONIUM ET, POUR­TANT, ILS ONT ÉTÉ AMOU­REUX DU­RANT QUATRE ANS. ET L’AU­TEUR-COM­PO­SI­TEUR LUI A ÉCRIT UN AL­BUM, CHAN­GE­MENT D’ADRESSE. «LORS­QU’ON MÉ­LANGE LES SEN­TI­MENTS AVEC LE TRA­VAIL, ÇA PEUT FONC­TION­NER OU PAS. DANS MON CAS, ÇA N’A PAS MAR­CHÉ...»

Serge Lo­cat, ex-membre d’Harmonium, avait éga­le­ment col­la­bo­ré à l’al­bum de Na­nette. En 1989, au lan­ce­ment de Chan­ge­ment d’adresse, Serge et Na­nette, qui tient fiè­re­ment Jesse dans ses bras.

En mai 2006, les amis se re­trouvent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.