SES FRASQUES LUI COÛTENT DES RÔLES

Échos vedettes - - WEB LU, VU, ENTENDU -

La vague de dé­non­cia­tions sur les ré­seaux so­ciaux avec le mot-clic #MeToo a mis l’ac­teur de House of Cards, Ke­vin Spacey, dans l’eau chaude. Dans la fou­lée de l’af­faire Har­vey Wein­stein, l’un des co­mé­diens du film

Star Trek Au-de­là, An­tho­ny Rapp, a al­lé­gué qu’en 1986, alors qu’il n’avait que 14 ans, Spacey, qui en avait alors 26, lui au­rait fait des avances sexuelles. Ils jouaient tous deux dans des spec­tacles de Broad­way quand le plus vieux au­rait in­vi­té le plus jeune à une fête chez lui. Une fois tous les autres par­tis, l’adulte au­rait ame­né l’ado dans sa chambre et se se­rait cou­ché sur lui. Le jeune homme se se­rait alors dé­fait de son em­prise, au­rait quit­té la pièce et se­rait al­lé s’en­fer­mer dans la salle de bains. Après quelques mi­nutes, il se­rait sor­ti et se se­rait en­fui de la mai­son. Spacey l’au­rait pour­sui­vi en lui de­man­dant s’il dé­si­rait vrai­ment par­tir.

Rapp af­firme n’en avoir ja­mais par­lé à qui que ce soit avant et n’avoir pas re­croi­sé l’ac­teur, mais il dit avoir consu­mé sa rage et sa frus­tra­tion. D’au­tant plus après que Spacey eut connu le suc­cès dans les an­nées 1990 et 2000 et, plus ré­cem­ment, avec la sé­rie House of Cards.

Ces al­lé­ga­tions ont non seule­ment for­cé Spacey à sor­tir du garde-robe — même si le fait qu’il était gai était un se­cret de Po­li­chi­nelle à Hol­ly­wood —, mais elles ont en­ta­ché une car­rière jusque-là im­ma­cu­lée. Une plainte a été dé­po­sée par An­tho­ny Rapp, mais les dé­lais de pres­crip­tion étaient dé­pas­sés.

30 oc­tobre 2017: Un ac­teur mexi­cain a lui aus­si ac­cu­sé Spacey de har­cè­le­ment sexuel sur les ré­seaux so­ciaux. Sans en­trer dans les dé­tails, Ro­ber­to Ca­va­zos a dé­non­cé «plu­sieurs ren­contres désa­gréables» avec la ve­dette de

House of Cards, «proches du har­cè­le­ment». «Si j’avais été une femme, je n’au­rais sans doute pas hé­si­té à les qua­li­fier ain­si», a écrit le co­mé­dien sur sa page Fa­ce­book.

D’autres al­lé­ga­tions ont sui­vi. Le bar­man ir­lan­dais Kris Nixon, le ci­néaste To­ny Mon­ta­na et le fils de l’ac­teur Ri­chard Drey­fuss, Har­ry Drey­fuss, ont tous dé­non­cé des at­tou­che­ments ou même des ten­ta­tives de viol de la part du co­mé­dien dé­chu. L’une des pré­su­mées vic­times, un ar­tiste ano­nyme qui au­rait sui­vi des cours de théâtre dis­pen­sés par l’ac­teur, l’a qua­li­fié de pé­do­phile dans les mé­dias. Spacey a en­tre­pris une cure pour les ac­cros au sexe dans le même centre de dés­in­tox que Har­vey Wein­stein.

22 dé­cembre 2017: Le film Tout l’ar­gent du monde sor­tait ce jour-là. Le pro­blème, c’est qu’au dé­part, il met­tait en ve­dette Ke­vin Spacey. Le réa­li­sa­teur Rid­ley Scott a donc chan­gé son fu­sil d’épaule à la suite du scan­dale en­tou­rant l’ac­teur et a tour­né à nou­veau ses scènes, cette fois avec Ch­ris­to­pher Plum­mer.

Spacey a éga­le­ment été vi­ré de la sixième sai­son de la sé­rie House of Cards. Les au­teurs ont ré­écrit le scé­na­rio en le cen­trant au­tour de Claire Un­der­wood (Ro­bin Wright), la fai­sant de­ve­nir pré­si­dente des États-Unis à la place du per­son­nage de Spacey, Fran­cis Un­der­wood!

4 juillet 2018: On ap­pre­nait que l’ac­teur fait l’ob­jet d’une nou­velle en­quête pour trois autres accu­sa­tions: deux pré­su­mées vic­times ont fait une dé­po­si­tion en fé­vrier, une autre en

avril. Les al­lé­ga­tions portent sur des faits qui se se­raient pro­duits à West­mins­ter en 1996, à Lam­beth en 2008 et à Glou­ces­ter en 2013. En outre, un homme dé­si­rant gar­der l’ano­ny­mat avait dé­jà por­té plainte en dé­cembre pour une agres­sion sexuelle qui au­rait eu lieu à Londres en 2005. L’uni­té po­li­cière bri­tan­nique contre la mal­trai­tance in­fan­tile, Child Abuse and Sexual Of­fences Com­mand, a lan­cé une en­quête, et une autre plainte a été dé­po­sée en août der­nier contre l’ac­teur. En tout, il y en a une quin­zaine aux États-Unis et à Londres.

29 sep­tembre 2018: La der­nière ac­cu­sa­tion en lice à l’en­contre du co­mé­dien dé­chu vient d’un mas­seur ca­li­for­nien. Le plai­gnant, iden­ti­fié sous le nom de John Doe de­vant la Cour su­pé­rieure de Los An­geles, a ra­con­té que Ke­vin Spacey lui avait fait des at­tou­che­ments du­rant une séance de mas­sage, il y a deux ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.