«Je crois que c’est mon père qui m’a en­voyé ce pe­tit bé­bé à ai­mer» — Pé­né­lope Bour­geois

Échos vedettes - - NEWS - CA­RO­LYN RI­CHARD

À 28 ANS, PÉ­NÉ­LOPE BOUR­GEOIS VIT PRÉ­SEN­TE­MENT UN GRAND BON­HEUR, CAR ELLE EST EN­CEINTE DE SON PRE­MIER EN­FANT. AR­TISTE, EN­TRE­PRE­NEURE, AMOU­REUSE ET BIEN­TÔT MA­MAN, ELLE VIT PLEI­NE­MENT SA GROS­SESSE EN­TOU­RÉE DE SA FA­MILLE. CETTE NOU­VELLE EST VE­NUE SE­MER BEAU­COUP DE JOIE DANS LE CLAN BOUR­GEOIS APRÈS LE DÉ­PART DE PA­TRICK, QUI A ÉTÉ DÉCHIRANT.

L’été der­nier, alors qu’elle se trou­vait dans la ville de New York pour le tra­vail, Pé­né­lope Bour­geois avait le sen­ti­ment que quelque chose de dif­fé­rent l’ha­bi­tait... Et pour cause: son pre­mier en­fant naî­tra le 25 mars 2019, un gar­çon qui se pré­nom­me­ra Oc­tave. Pé­né­lope est amou­reuse de­puis deux ans de Jean-Bru­no Pi­nard, l’in­gé­nieur de son de son frère, Lu­do­vick; le couple est fou de joie à la veille de cette nou­velle étape. Bien en­ten­du, l’an­nonce de l’ar­ri­vée pro­chaine de ce bé­bé a pro­vo­qué une vague de bon­heur au sein de la fa­mille Bour­geois, après des mois dif­fi­ciles à la suite du dé­part de Pa­trick. «Ce n’était pas du tout pla­ni­fié que je tombe en­ceinte, mais c’est une très belle sur­prise. Dès mon re­tour de New York, un soir à mi­nuit, je l’ai an­non­cé à mon chum. Il a bien ac­cueilli la nou­velle même s’il a eu un choc. Le len­de­main ma­tin, j’ai pris la route pour l’an­non­cer à ma mère (Jo­sée Au­mais) et à Lu­do­vick. Ils étaient tous deux en­core en py­ja­ma et, à mon ar­ri­vée, je leur ai sim­ple­ment dit qu’il y avait une belle sur­prise dans mon ventre. Ils ont pleu­ré de joie, c’était vrai­ment un beau mo­ment!»

UNE SUR­PRISE DE SON PA­PA

Son cin­quième mois de gros­sesse est dé­jà en­ta­mé, et Pé­né­lope dit n’avoir au­cun symp­tôme désa­gréable. Elle vit plei­ne­ment cette étape en­ri­chis­sante. Et elle rayonne! «Je ne crois pas que ce soit un ha­sard si je suis tom­bée en­ceinte, je crois plu­tôt que c’est mon père qui m’a en­voyé ce pe­tit bé­bé à ai­mer. Je pense que mon père au­rait été en ad­mi­ra­tion de­vant ce bé­bé et qu’il au­rait mon­tré sa grande sen­si­bi­li­té avec lui. Chose cer­taine, il au­rait été du genre à le faire rire tout le temps.»

TOU­JOURS PRÉ­SENT

La der­nière an­née a été forte en émo­tions pour toute la fa­mille. Perdre un être cher né­ces­site une dure adap­ta­tion qui ne se fait qu’avec le temps. Pé­né­lope ap­prend ain­si à vivre sans la pré­sence de son père un jour à la fois. «Je sais que ça fait un an que mon père nous a quit­tés, mais on di­rait que, par­fois, je ne le réa­lise pas en­core. Il y a quelques se­maines, j’ai vu un ca­mion noir ar­ri­ver, exac­te­ment comme ce­lui que mon père avait, et, ins­tinc­ti­ve­ment, j’ai pen­sé que ça pou­vait être lui. En ce qui me concerne, ce n’est pas en­core concret qu’il ne soit plus là. J’ima­gine que ce se­ra un pro­ces­sus très long. Son dé­part a lais­sé un grand vide et quand j’en prends conscience, je res­sens un ver­tige. Je dois ap­prendre à vivre avec son ab­sence et ça se fait tran­quille­ment.»

AR­TISTE ET EN­TRE­PRE­NEURE DANS L’ÂME

Après avoir étu­dié en arts, Pé­né­lope a dé­mar­ré la com­pa­gnie Pé­né­lope et Ch­loë avec son amie Ch­loë Ba­ril-Chas­sé. C’est une en­tre­prise d’arts vi­suels et de vê­te­ments

réa­li­sés à par­tir de vê­te­ments usa­gés. Avant même de sa­voir que Pé­né­lope était en­ceinte, les deux créa­trices dé­ve­lop­paient une col­lec­tion de vê­te­ments pour en­fants, alors pré­sen­te­ment, Pé­né­lope est ins­pi­rée comme ja­mais! Dé­ci­dé­ment, la pas­sion ar­tis­tique est très pré­sente dans la fa­mille Bour­geois. Pour plus d’in­for­ma­tions sur les créa­tions Pé­né­lope et Ch­loë, vi­si­ter le www.pe­ne­lo­peet­chloe.com.

pour pe­tit mo­ment de fo­lie et son Ma­rie-William, pé­né­lope pi­nard. amou­reux, Jean-Bru­no

Une pro­me­nade en ba­teau entre soeurs.Pho­toS:CoLLECtIoN­PERSoNNELL­E

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.