Elle s’ouvre sur sa dé­pen­dance aux opioïdes

Échos vedettes - - INTERNATIO­NAL - Li­sa Marie Pres­ley

La fille du King y va tout de go, sans dé­tour, dans sa pré­face du nou­veau livre de Harry

Nel­son, Les États-Unis d’opioïdes: une re­cette pour la li­bé­ra­tion d’une na­tion en peine, en s’ou­vrant sur sa dé­pen­dance aux opioïdes. «Je ne suis pas par­faite, mon père n’était pas par­fait, per­sonne n’est par­fait; c’est ce que vous faites avec ça après l’avoir ap­pris et vous es­sayez en­suite d’ai­der les autres», a écrit Li­sa Marie

Pres­ley. Tout comme El­vis Pres­ley, son père, elle a tou­ché aux drogues. «Je n’ai ja­mais par­lé pu­bli­que­ment de ma propre dé­pen­dance aux opioïdes et aux anal­gé­siques. Je n’étais pas sûre de vou­loir par­ler d’un su­jet aus­si per­son­nel.» Pro­fi­tant de cette tri­bune pour le faire, elle a avoué être de­ve­nue toxi­co­mane après avoir re­çu une or­don­nance à court terme du­rant son ré­ta­blis­se­ment à la suite de la nais­sance de ses ju­melles, Vi­vienne et Fin­ley, en 2008. «Par­tout en Amé­rique et dans le monde, les gens meurent d’un nombre im­pres­sion­nant de sur­doses d’opioïdes et autres drogues. Beau­coup plus de per­sonnes souffrent si­len­cieu­se­ment et sont dé­pen­dantes aux opioïdes et à d’autres sub­stances, et j’écris ce­la dans l’es­poir de pou­voir ap­por­ter une pe­tite contri­bu­tion pour at­ti­rer l’at­ten­tion sur cette terrible crise.» Elle es­père ain­si que son mes­sage se­ra en­ten­du et por­te­ra ses fruits.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.