Des pa­rents fran­co­philes

Échos vedettes - - INTERNATIO­NAL -

Plu­sieurs le savent, et elle a d’ailleurs joué en français dans Le Sang des autres, de Claude Cha­brol, et fait un ca­méo dans le film Un long di­manche de fian­çailles, de Jean-Pierre Jeu­net. L’ac­trice et réa­li­sa­trice Jo­die Fos­ter parle un français «im­pec­cable de chez im­pec­cable» (la crème de la crème)! Cer­tains di­ront même qu’il est meilleur que ce­lui par­lé cou­ram­ment par les Français eux-mêmes. C’est qu’elle a fait ses études dans une école se­con­daire fran­co­phone de Los An­geles. Ses pa­rents l’y ont ins­crite parce qu’ils ai­maient la bonne ré­pu­ta­tion de cette école et qu’ils dé­si­raient l’im­mer­ger dans la culture fran­co­phone. Il faut dire que Jo­die était is­sue d’un mi­lieu ou­vert, in­tel­lec­tuel et fran­co­phile. La co­mé­dienne a dé­jà confié avoir vu très jeune de nom­breux films français. Elle en men­tion­nait cer­tains lors de son dis­cours d’ou­ver­ture des Cé­sars, en 2011. «Par­ler français, ça a chan­gé ma vie! De pou­voir me fondre dans une culture dif­fé­rente, m’y perdre un pe­tit peu, j’ai l’im­pres­sion que je suis quel­qu’un d’autre. J’ai une voix qui est dif­fé­rente en français. J’ai une per­son­na­li­té qui est plus lé­gère, plus douce», a-t-elle dé­jà dé­cla­ré sur le pla­teau français du Grand jour­nal.

Le sang des autres (1984).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.