QUÉ­BEC VER­SUS ÉTATS-UNIS

Échos vedettes - - TÉLÉVISION FLASHS -

La jeune fille de 19 ans, qu’on ver­ra dans L’Échap­pée cet au­tomne, nous parle du plai­sir de se re­trou­ver sur des pla­teaux de tour­nage, peu im­porte où ils se trouvent... «Pour moi, tour­ner au Qué­bec ou aux États-Unis, ça n’a pas vrai­ment d’im­por­tance. Ça dé­pend tou­jours des équipes avec les­quelles je tourne. Mais on est mieux or­ga­ni­sés au Qué­bec, car on a de plus pe­tits bud­gets. On est donc tout le temps prêts à tour­ner autre chose s’il y a un pépin qui sur­vient. Par exemple, on se re­trou­ve­ra à tour­ner une autre scène qui se passe à l’in­té­rieur s’il se met à pleu­voir à l’ex­té­rieur. Aux États-Unis, ils ont de plus gros bud­gets; ils sont moins stres­sés. Tou­jours pour le même exemple, s’il se met à pleu­voir et que la scène ne fonc­tionne pas dans ces condi­tions, on at­tend que la pluie cesse, c’est tout. On at­tend au lieu d’être proac­tifs comme ici. Ce sont les équipes et les pro­jets qui guident mes choix. Au Qué­bec, c’est une plus pe­tite in­dus­trie, tout le monde se connaît. Je trouve ça le fun de re­voir des gens avec qui j’ai dé­jà tra­vaillé, tan­dis qu’aux État­sU­nis, c’est tou­jours du nou­veau monde. Au Qué­bec, je me sens plus comme chez moi, c’est comme ma fa­mille.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.