Le code du tueur: 5 choses à sa­voir

Échos vedettes - - SOMMAIRE - PAR MA­RIE-CLAUDE DOYLE

EN AN­GLE­TERRE, DANS LES AN­NÉES 1980, UN GÉNÉTICIEN A PER­MIS DE RÉ­SOUDRE UN DOUBLE MEURTRE GRÂCE À SA DÉ­COU­VERTE DE L’EM­PREINTE GÉ­NÉ­TIQUE. CETTE HIS­TOIRE VRAIE EST RA­CON­TÉE DANS LA MI­NI­SÉ­RIE BRI­TAN­NIQUE DE TROIS ÉPI­SODES LE CODE DU TUEUR, DIF­FU­SÉE DE­PUIS MAR­DI À RA­DIO-CA­NA­DA. ON VOUS DÉ­VOILE CINQ CHOSES À SA­VOIR À SON SU­JET. 1 Coeurs sen­sibles, pas be­soin de s’abs­te­nir! Le Daily Mail a in­di­qué que, dans ce do­cu­fic­tion, il n’y a pas de por­no­gra­phie mor­tuaire. «On ne voit pas de corps nus sur une table à la morgue. En réa­li­té, on ne voit au­cune vic­time.»

2 Le la­bo­ra­toire qu’on voit dans la mi­ni­sé­rie est un vrai la­bo­ra­toire de chi­mie si­tué sur l’an­cien site bri­tan­nique de la com­pa­gnie phar­ma­ceu­tique Sa­no­fi, à Da­gen­ham, qui a fer­mé ses portes en 2013. De­puis, l’en­droit a été trans­for­mé en es­paces à louer. Même les images ex­té­rieures du poste de po­lice de Lei­ces­ter ont été fil­mées sur le site de Sa­no­fi. 3 Ce sont les di­ri­geants du ser­vice de fic­tion dra­ma­tique d’ITV, ré­seau de té­lé­vi­sion pri­vé au Royaume-Uni, qui ont com­man­dé la sé­rie por­tant sur les meurtres de Lyn­da Mann, 15 ans, sur­ve­nu en no­vembre 1983, et de Dawn Ash­worth, 17 ans, sur­ve­nu en juillet 1986. Au Royaume-Uni, le do­cu­fic­tion réa­li­sé par James Strong a été dif­fu­sé en deux épi­sodes en avril 2015, alors qu’en France il a été pré­sen­té en trois épi­sodes, tout comme c’est le cas au Qué­bec. Le pre­mier épi­sode a été dif­fu­sé mar­di à Ra­dio-Ca­na­da et les deux autres le se­ront les 13 et 20 août à 20 h, sur la chaîne d’État.

4 Le scé­na­riste Mi­chael Cromp­ton a écrit le scé­na­rio avec la par­ti­ci­pa­tion d’Alec Jef­freys, le généticien bri­tan­nique qui a dé­ve­lop­pé des tech­niques d’em­preinte gé­né­tique quand il tra­vaillait à l’Uni­ver­si­té de Lei­ces­ter en 1984, et du com­mis­saire Da­vid Ba­ker pour avoir des dé­tails sur les évé­ne­ments. Mi­chael Cromp­ton a aus­si ren­con­tré les mères des deux filles tuées, Kath et Bar­ba­ra. «L’un des mo­ments les plus émou­vants de ma vie d’au­teur a été la ré­ac­tion de Kath et de Bar­ba­ra lors­qu’elles ont lu le scé­na­rio. Elles ont été pro­fon­dé­ment tou­chées par la ma­nière dont leurs ex­pé­riences ont été dé­crites», a-t-il fait sa­voir en en­tre­vue. Son scé­na­rio a même été pri­mé à la Wri­ters’ Guild of Great Bri­tain.

5 John Simm, connu pour avoir joué dans la té­lé­sé­rie Doc­tor Who, a ren­con­tré du­rant le tour­nage du Code du tueur ce­lui qu’il in­ter­prète, Alec Jef­freys. «Il y avait cer­tains dé­tails que je vou­lais sa­voir. Par exemple, ce qu’il a fait au mo­ment où il a eu sa ré­vé­la­tion... A-t-il sau­té dans les airs? Était-il ex­ci­té? Nous avions dé­jà fil­mé cette scène quand je l’ai ren­con­tré, et je pense que ma ré­ac­tion a été proche de la sienne. Nous avons dis­cu­té de dif­fé­rents élé­ments du script et de la ma­nière dont il s’est in­té­res­sé pour la pre­mière fois à la science», a-t-il dit en en­tre­vue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.