Rick Hu­ghes: sou­ve­nirs de son ap­pel vers la musique

Échos vedettes - - SOMMAIRE - MARIE-CLAUDE DOYLE

APRÈS AVOIR FAIT PAR­TIE D’AMERICAN STO­RY SHOW, RICK HU­GHES RE­PLONGE DANS LE TEMPS. CETTE FOIS À L’ÉPOQUE PEACE AND LOVE GRÂCE AU SPEC­TACLE AMERICAN STO­RY 2, LES AN­NÉES WOOD­STOCK, PRÉ­SEN­TÉ JUSQU’AU 31 AOÛT À LA SALLE J.-AN­TO­NIO-THOMP­SON, À TROIS-RI­VIÈRES, AVANT DE PRENDRE LA ROUTE POUR UNE TOUR­NÉE EN 2020.

Rick Hu­ghes avait tout juste six ans quand le Fes­ti­val de Wood­stock a vu le jour, en 1969, mais il se sou­vient de cette époque comme si c’était hier. «L’al­bum Wood­stock a joué dans mon en­fance. Je me vois en­core l’ou­vrir et re­gar­der les pho­tos qu’il y avait et dire: “Wow! Ça doit être le fun: 500 000 per­sonnes qui t’écoutent chan­ter sur scène, et par­ler de paix et d’amour!” Mon pre­mier ap­pel vers la musique a été le Fes­ti­val de Wood­stock, parce que c’était gros.»

American Sto­ry 2, les an­nées Wood­stock est, pour lui, une fa­çon de re­vivre cette époque. «Le spec­tacle se passe comme à Wood­stock, où on voyait à même la scène des écha­fauds dans les­quels les ar­tistes qui at­ten­daient leur tour re­gar­daient ceux qui étaient en train de per­for­mer. On par­ti­cipe tout au long du spec­tacle. Il y a aus­si un en­tracte et je n’en ai ja­mais vu d’aus­si spec­ta­cu­laire que ça. Je ne peux pas en dire plus. Mais sou­ve­nons-nous qu’en 1969, Wood­stock a été in­ter­rom­pu à cause d’un im­mense orage pen­dant le spec­tacle de Joe Co­cker. Il y a éga­le­ment des images pro­je­tées sur l’écran. On se sert des pho­tos du pho­to­graphe of­fi­ciel de Wood­stock, El­liott Lan­dy.» Tout ça est or­ches­tré de main de maître par Mike Gau­thier, qui as­sure la di­rec­tion mu­si­cale. «Mike, c’est de l’or en barre, un coeur sur deux pattes. C’est aus­si une en­cy­clo­pé­die mu­si­cale in­croyable et un jour­na­liste hors pair.»

DES CLINS D’OEIL À 1994 ET 1999

En plus de com­mé­mo­rer les 50 ans de Wood­stock, le show fait aus­si des clins d’oeil aux 25 ans et aux 30 ans du fes­ti­val, en 1994 et 1999. Ain­si, on peut no­tam­ment en­tendre Ja­nis Jo­plin, Me­tal­li­ca, Me­lis­sa Ethe­ridge et Ae­ros­mith. Rick Hu­ghes par­tage la scène avec Pas­cal Dufour et Mi­riam Bagh­das­sa­rian, qu’on a connue à La Voix en 2018. «Ça faisait long­temps que je vou­lais tra­vailler avec Pas­cal. On a com­men­cé à tra­vailler en­semble sur le show il y a quelques mois et je l’adore. On est dé­jà de bons chums. C’est tout un mu­si­cien! Mi­riam, quelle découverte! J’ai ra­re­ment ren­con­tré une fille de 20 ans qui se fait don­ner une op­por­tu­ni­té aus­si grande et qui soit aus­si “groun­dée” qu’elle, humble, avec une voix ma­ture.»

SA SOEUR, UNE BAT­TANTE

Par­ta­geant sa vie de­puis 17 ans avec Nan­cy Langlois, Rick Hu­ghes s’est fian­cé avec elle en 2012. «On s’est dit qu’on of­fi­cia­li­se­rait le tout à nos 20 ans en­semble; ce se­ra en 2022. On va faire un gros par­ty et Lu­lu chan­te­ra à notre ma­riage!» ra­conte le chan­teur, dont la soeur a re­pris en juin des trai­te­ments de chi­mio­thé­ra­pie contre le can­cer. «Quand je parle de Lu­lu, je de­viens très émo­tif. Sans trop tom­ber dans les dé­tails, ce n’est pas fa­cile.

Il y avait une chance mi­nime que le can­cer re­vienne, et c’est ar­ri­vé. Mais Lu­lu est une bat­tante. Elle ne l’a pas fa­cile, mais on est là pour elle et elle conti­nue de chan­ter. On a fait un show en­semble ré­cem­ment à La Mal­baie avec les Porn Flakes, et elle pé­tait le feu. Le jour d’avant, elle a pas­sé toute la jour­née au lit pour prendre des forces. C’est thé­ra­peu­tique, pour elle, de chan­ter.»

SA FILLE DANS UNE TÉ­LÉ­RÉA­LI­TÉ

Il est le père de deux adultes. Sa fille, Sam­myJane, 29 ans, par­court le monde avec son amou­reux, Ro­bert Hall, alias Slob­by Rob­by. «Elle joue avec lui dans sa té­lé­réa­li­té aux États-Unis; elle est pré­sen­tée sur Net­flix et a pour titre Slob­by’s World. Il a ou­vert, à Tuc­son et à Las Ve­gas, un ma­ga­sin Ge­ne­ra­tion Co­ol où il y a, entre autres, des chan­dails de tour­nées d’ar­tistes et des fi­gu­rines des an­nées 1980. Il est d’ailleurs sur le point d’en ou­vrir un à Mon­tréal. Mon fils, William, 27 ans, m’a dit der­niè­re­ment qu’il avait écrit des textes de chan­sons et qu’il ai­me­rait bien faire de la musique. Il aime beau­coup le rap.» Un genre mu­si­cal dif­fé­rent de ce­lui de Rick, qui pré­pare avec son groupe mé­tal, Sword, un nou­vel al­bum à pa­raître avant la fin de l’an­née.

Sa fille, Sam­my-Jane, par­court le monde avec son amou­reux, Slob­by Rob­by.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.