Le vieux fou

Échos vedettes - - TÉLÉVISION SUGGESTION­S -

N’allez pas dire que je suis im­po­li, que je manque de res­pect aux soixan­te­naires ou que ces choses-là ne se disent pas… Même s’il a plus de 60 ans et qu’en réa­li­té il n’est pas fou, même pas fou du tout, c’est comme ça qu’il se dé­fi­nit quand on lui demande de par­ler de lui en en­tre­vue. C’est en re­gar­dant un re­por­tage à RDS sur la for­mule 1 cet été, alors qu’il était de pas­sage à Mon­tréal dans le cadre du Grand Prix du Ca­na­da, que je l’ai en­ten­du se qua­li­fier — non seule­ment lui, mais aus­si son partenaire de tou­jours, Marc Mont­mi­ny, in­gé­nieur mé­ca­ni­cien — de vieux fou.

Di­dier Schrae­nen, vous con­nais­sez? Pilote au­to­mo­bile et com­men­ta­teur spor­tif ori­gi­naire de Mont-Saint-Hi­laire, au Qué­bec. Il est né le 29 oc­tobre 1955, donc, dans deux mois presque jour pour jour, il au­ra 64 ans... et il court tou­jours. Je de­vrais plu­tôt dire: il course tou­jours! C’est sa pas­sion, la course, d’abord en mo­to, puis par la suite en au­to. Et ça fait 32 ans que ça dure. Chaque an­née, il s’ins­crit dans une ca­té­go­rie sur le Cir­cuit Gilles-Villeneuve et il course. Il a fait jus­qu’à main­te­nant 15 po­diums à Mon­tréal — un record, sur­tout à son âge! —, mais il n’a ja­mais ter­mi­né pre­mier — ça aus­si, c’est un record!

Le papi de la course au­to­mo­bile éprouve une pas­sion dé­me­su­rée pour ce sport; c’est dans son ADN. Pour lui, faire de la course, c’est plus que par­ti­ci­per ou ga­gner; c’est un mode de vie. Je connais Di­dier de­puis les an­nées 1980; j’ai tra­vaillé avec lui à la radio, à Mon­tréal, alors qu’il en­ta­mait une car­rière de com­men­ta­teur-ani­ma­teur. Il était dé­jà un pas­sion­né de course de mo­to, qu’il conti­nue de dé­crire et d’ana­ly­ser à la té­lé, dou­blé d’un redoutable et ta­len­tueux ani­ma­teur, ca­pable de dé­battre de tous les su­jets spor­tifs ou so­ciaux. Peu importe le dé­bat, il a une opinion sur presque tout et il sait l’ex­pri­mer.

Ce fou-là est dé­jà mon­té sur la car­lingue d’un avion en plein ciel de Mon­tréal, at­ta­ché so­li­de­ment à des an­crages, pour faire un re­por­tage en di­rect à la radio de CKMF à l’époque, juste pour re­le­ver le dé­fi. C’est de ce bois que se chauffe l’ami Di­dier! Il n’a pas peur de re­le­ver les dé­fis, même à son âge. Il a même ajou­té à la fin de son en­tre­vue à RDS que si Marc est d’accord, il s’ins­cri­ra en­core à la course de l’an­née pro­chaine, et Marc a ré­pon­du que si Di­dier di­sait oui, il se lan­ce­rait lui aus­si. Pas un, mais deux vieux fous! C’est ce qui les place dans une classe à part.

J’ai un énorme res­pect pour ces fous qui vont jus­qu’au bout de leurs rêves. Fous, oui, mais juste as­sez… Moi, je suis prêt à me le­ver à 5 h du ma­tin pour un dé­part au golf à 7 h. Di­dier, lui, est prêt à rou­ler 15 heures de nuit pour al­ler faire des tours sur une piste gou­dron­née. À cha­cun sa fo­lie!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.