Re­née Mar­tel: en trai­te­ment contre le can­cer

− Re­née Mar­tel

Échos vedettes - - SOMMAIRE - SA­MUEL PRADIER

EN JUIN DER­NIER, RE­NÉE MAR­TEL A AN­NON­CÉ QU’ELLE AVAIT RE­ÇU UN DIAG­NOS­TIC DE CAN­CER DU SEIN ET QU’ELLE ANNULAIT TOUS SES EN­GA­GE­MENTS POUR LA PRO­CHAINE AN­NÉE. TOUS, SAUF SON SPEC­TACLE PRÉ­VU AU FES­TI­VAL WES­TERN DE ST-TITE LE 14 SEP­TEMBRE. AVANT DE SE RE­TROU­VER SUR SCÈNE, RE­NÉE MAR­TEL NOUS DONNE DE SES NOU­VELLES.

De­puis l’an­nonce de la ré­ci­dive de son can­cer, Re­née Mar­tel a pris du re­cul pour se concen­trer sur le plus im­por­tant: ses trai­te­ments et sa san­té. «Ma san­té va bien dans les cir­cons­tances. Ça se passe cor­rec­te­ment. Je n’ai pas eu l’été que je rê­vais d’avoir, mais ça va. Je suis en trai­te­ment et ça suit son cours. J’ai tou­jours eu un ex­cellent mo­ral, peu im­porte ce que je vi­vais. Mon mo­ral est donc bon, et je me dis que, quand tout se­ra ter­mi­né, je vais être en forme et je vais conti­nuer en­core quelques an­nées. J’ai hâte de re­voir le pu­blic. À Saint-Tite, c’est tou­jours par­ti­cu­lier. On m’a vue gran­dir à ce fes­ti­val, de­puis que j’ai com­men­cé avec mon père. Les gens sont tou­jours au ren­dez-vous et j’ai très hâte.»

Entre deux trai­te­ments, la chan­teuse de 72 ans a quand même tra­vaillé sur le seul spec­tacle qu’elle a gar­dé à son ho­raire. «Je ne me sen­tais pas ca­pable d’an­nu­ler le spec­tacle de Saint-Tite; il fal­lait que je le fasse. Ça fait plu­sieurs an­nées que je pré­pare des spec­tacles ori­gi­naux pour le Fes­ti­val wes­tern de St-Tite. C’est im­por­tant pour moi, car j’aime beau­coup cet évé­ne­ment. Ça fait quand même plus de 52 ans qu’il existe, et j’y ai été très sou­vent. Je pense même avoir été au pro­gramme du pre­mier fes­ti­val avec mon père. Pour moi, ç’a tou­jours été un mo­ment par­ti­cu­lier. J’ai une af­fec­tion spé­ciale pour ce fes­ti­val. Quand j’y vais, j’ai l’im­pres­sion que les gens me disent: «Bien­ve­nue chez toi!»

UN SPEC­TACLE UNIQUE

Pour La fête à St-Tite!, le 14 sep­tembre, Re­née Mar­tel a vou­lu or­ga­ni­ser un vé­ri­table par­ty. «Cette an­née est as­sez par­ti­cu­lière, parce que j’avais en­vie de faire une grande fête. On va pré­sen­ter un mé­lange de chan­sons folk­lo­riques, de coun­try et d’autres styles, mais ça res­te­ra tou­jours fes­tif. Par­mi mes in­vi­tés, il y au­ra Paul Da­raîche, An­nie Blan­chard, Lau­rence Jalbert, Yves Lam­bert, Ma­non Bé­dard, Les Frères à ch’val, Marc Her­vieux et Lau­rie Leblanc. Je veux un mé­lange de styles, mais tout le monde va être là pour fê­ter.»

Re­née Mar­tel s’est en­tou­rée prin­ci­pa­le­ment d’amis proches qui la connaissen­t bien: «J’ai une liste d’amis que j’in­vite chaque an­née à SaintTite. Ce sont des gens que j’aime. Ça me prend des ar­tistes pro­fes­sion­nels sur qui je peux comp­ter, et c’est im­por­tant aus­si qu’il y ait un lien entre nous en de­hors de la scène. Cette com­pli­ci­té doit se res­sen­tir quand on fait un spec­tacle.»

La chan­teuse pré­cise qu’elle se­ra pré­sente et qu’elle chan­te­ra plu­sieurs chan­sons. «Mais c’est sur­tout un spec­tacle col­lec­tif. C’est une belle gang; on va avoir du plai­sir en­semble et avec le pu­blic.» Par­lant de pu­blic, l’émo­tion risque d’être in­tense lors de son ar­ri­vée sur scène, où elle se re­trou­ve­ra pour la pre­mière fois de­puis l’an­nonce de ses trai­te­ments contre le can­cer au prin­temps der­nier. «Peut-être, ad­met-elle hum­ble­ment. Je pense sur­tout que ça va être ré­ci­proque. Dans le contexte ac­tuel, pou­voir mon­ter sur scène pour ren­con­trer le pu­blic, ça va re­pré­sen­ter beau­coup pour moi.»

DES PRO­JETS POUR 2020

Ce spec­tacle ne si­gni­fie tou­te­fois pas un re­tour au tra­vail im­mé­diat pour Re­née Mar­tel. «Je n’ai rien à l’ho­raire après ça. Je vais d’abord me concen­trer sur ce que je vis en ce mo­ment. Je pense re­prendre le tra­vail vers l’été 2020.» Si la tour­née Cow­girl do­rée a été com­plè­te­ment aban­don­née, la chan­teuse ré­flé­chit à d’autres pro­jets, no­tam­ment une tour­née — et éven­tuel­le­ment un al­bum — avec Paul Da­raîche. «Ça fait tel­le­ment long­temps que j’ai un pro­jet avec lui! On y a vrai­ment pen­sé en même temps et de la même fa­çon! C’est nor­mal: on est des «ju­meaux», on pense pa­reil. (Par un heu­reux ha­sard de la vie, ils sont tous deux nés le 26 juin 1947.) Main­te­nant, il s’agit juste de mettre sur pied ce pro­jet, mais c’est mon ob­jec­tif. Dans les cir­cons­tances, je trouve que les pro­jets donnent beau­coup d’es­poir. Avoir des pro­jets m’aide à te­nir le coup.»

Re­née Mar­tel peut comp­ter sur son en­tou­rage pour l’ai­der dans l’épreuve qu’elle tra­verse ac­tuel­le­ment. «J’ai des en­fants ado­rables qui sont très proches. Ils s’oc­cupent très bien de moi. Je suis ex­trê­me­ment bien en­tou­rée, et c’est très ré­con­for­tant.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.