BIEN- ÊTRE SI­GNÉ GWY­NETH PAL­TROW

Elle est pas­sée de reine du grand écran à grande gou­rou du mieux-être. Elle fait cou­rir les adeptes de mé­di­ta­tion comme elle fait sour­ciller les plus scep­tiques. Gwy­neth Pal­trow était de pas­sage à Mont­réal pour an­non­cer la te­nue pro­chaine de la confé­rence

ELLE (Québec) - - Sommaire - texte JU­LIE BU­CHIN­GER

Les femmes tendent à se mettre beau­coup de pres­sion, tant pro­fes­sion­nel­le­ment que per­son­nel­le­ment. Par- des­sus le mar­ché, on les in­cite à être en forme, bien dans leur corps... Dans ce contexte, quelle est votre dé­fi­ni­tion du «bien- être» ? À mes yeux, il est l’an­ti­dote à tout ça! Ce qu’on ap­pelle «well­ness» est une pe­tite feuille de route pour ame­ner les femmes à s’ac­cep­ter telles qu’elles sont, se sen­tir bien phy­si­que­ment et men­ta­le­ment. Ça peut être aus­si simple que de faire une marche, suivre un cours de yo­ga, boire plus d’eau, éteindre son cel­lu­laire...! Ce sont ces pe­tits gestes qui contri­buent au bien-être. De­puis que j’ai lan­cé Goop, il y a 10 ans, j’ai vu les femmes em­bras­ser l’idée du self­care. Il est de plus en plus ac­cep­té de tra­cer ses li­mites, d’ap­prendre à dire non, de s’ai­mer et de prendre soin de soi. C’est ex­ci­tant d’être té­moin de cette pro­gres­sion! Jus­te­ment, puis­qu’il en est ques­tion, par­lez- nous da­van­tage de l’ADN de Goop. La mis­sion de Goop est d’ai­der les gens à prendre des dé­ci­sions qui ap­portent une va­leur ajou­tée à leur vie. Ça peut être «Où dé­ni­cher le meilleur cock­tail en ville», comme «Com­ment trou­ver la meilleure rou­tine d’exer­cice à faire n’im­porte où»... Quant aux pro­duits que nous pro­po­sons sur notre site web, nous avons une po­li­tique stricte en ce qui a trait à leur pro­ve­nance: ils sont non toxiques, et pro­duits en Amé­rique, à l’ex­cep­tion de nos vê­te­ments, confec­tion­nés en Ita­lie. Que ré­pon­dez- vous aux gens qui re­mettent en ques­tion l’as­pect scien­ti­fique de cer­tains des conseils que vous pro­di­guez? Chaque fois qu’on ren­contre de la ré­sis­tance, j’ai le sen­ti­ment que nous al­lons dans la bonne di­rec­tion. Je me dis: «C’est bien, on en­tame une dis­cus­sion!» La mé­de­cine oc­ci­den­tale évo­lue, mais je crois que les nou­velles idées ne sont pas tou­jours les bien­ve­nues au sein des sys­tèmes exis­tants. Lorsque je fai­sais du yo­ga dans les an­nées 1990, on croyait que j’étais une sor­cière! (rires) Quelle est votre rou­tine bien- être? Que faites- vous en vous le­vant le ma­tin? Très peu de choses! Je me fais un ca­fé, puis je tire mes en­fants du lit. Pour le reste... Je ne porte pas vrai­ment de ma­quillage dans la vie de tous les jours, parce que je ne sais tout sim­ple­ment pas com­ment l’ap­pli­quer! Le soir, par contre, j’ai mon ri­tuel: je prends un bain avec des huiles et des sels, me sers un grand verre de vin, ferme la porte... c’est mon pe­tit mo­ment à moi! Si vous pou­viez re­tour­ner dans le temps et don­ner un conseil à la Gwy­neth de ja­dis, quel se­rait- il? Oh, mon Dieu! Par où com­men­cer? Il y au­rait tant de choses à lui dire! En même temps, je crois que la per­sonne que je suis au­jourd’hui a été for­gée au fil des er­reurs com­mises par le pas­sé... Si je pou­vais re­mon­ter le temps, je me conseille­rais sim­ple­ment de ne pas être trop dure en­vers moi-même et de me rap­pe­ler qu’au bout du compte, tout ira bien. Après Los An­geles et New York, la confé­rence In Goop Health se pose à Van­cou­ver, le sa­me­di 27 oc­tobre pro­chain. Au pro­gramme, trois tables rondes d’ex­perts, qui abor­de­ront des thèmes al­lant de l’an­xié­té à la san­té in­tes­ti­nale, ain­si que des ate­liers dé­diés à l’es­prit, au corps et à la beau­té. goop.com/in­goo­phealth/

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.