ELLE (Québec)

PRISON (BIS)

-

Suzanne Clément avait quitté la distributi­on d’Unité pour faire carrière en France. L’ironie a voulu qu’un des tout premiers rôles qu’on lui a confiés là-bas soit celui d’une détenue dans un pénitencie­r pour femmes. Dans LA TAULARDE (21 octobre), d’Audrey Estrougo (produit par Julie Gayet), la comédienne joue avec brio une force de la nature au coeur généreux, qui vient en aide à une codétenue (Sophie Marceau), enseignant­e incarcérée pour avoir aidé son amoureux à s’évader de prison. Vive le dépaysemen­t! M. B.

Du 3 au 13 novembre, à Montréal, l’événement Cinémania rassemble sous un même chapiteau le meilleur du cinéma francophon­e mondial. L’ATTENTE, de Piero Messina, fait partie des films au programme. Une très jolie curiosité, inspirée de deux pièces de Pirandello, avec la star montante du cinéma français, LOU DE LAÂGE ( Respire, Les innocentes). La jeune actrice joue Jeanne, une Française de passage en Sicile pour y retrouver Giuseppe, son amoureux, parti rendre visite à sa mère, Juliette (Juliette Binoche). Cette dernière l’accueille, mais Giuseppe est absent. Tout indique qu’il est mort, mais Juliette esquive les questions. Et Jeanne fait le pari de l’attendre. Entrevue éclair avec la belle. Qu’est- ce qui motive votre personnage à c roire que son amoureux va revenir? Le refus de le croire mort. Il est plus doux de s’imaginer que l’autre vagabonde, même si tout nous prouve le contraire. Et puis, pourquoi Juliette lui cacherait-elle la vérité? Le mystère qui plane la fait rester. Ce film repose davantage sur le non-verbal que sur ce qui est dit. Y avez-vous vu un défi? Oui. Ce film possède un rythme rare dans le cinéma contempora­in. Il nous invite à prendre le temps... de ressentir, de contempler, de s’abandonner et même de s’impatiente­r. Je trouvais très beau de défendre cette distorsion du temps. Vous partagez l’écran avec Juliette Binoche, dont le parcours au cinéma est exemplaire. Quelle impression vous a- t- elle faite? J’ai découvert une femme simple et généreuse. Le réalisateu­r ne voulait pas que je la rencontre avant le premier jour de tournage, ce qui n’est pas forcément très rassurant. Je suis arrivée sur le plateau fragile et impression­née, mais c’est exactement ce qu’il recherchai­t. Quand j’ai commencé à jouer avec elle, toute la pression est retombée. J’ai oublié Binoche et j’ai rencontré Juliette. Quel grand rôle du répertoire aimeriez-vous jouer, sur scène ou à l’écran? Je ne fantasme pas sur des rôles. Les rencontres me transporte­nt beaucoup plus. Je préfère me laisser cueillir par des propositio­ns qui vont me faire rêver plutôt que de rêver à une éventuelle propositio­n qui pourrait ne jamais venir. M. B.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ?? Lou de Laâge et Juliette Binoche, dans L’attente
Lou de Laâge et Juliette Binoche, dans L’attente

Newspapers in French

Newspapers from Canada