LE BIL­LET DE CALIN ROVINESCU, PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DI­REC­TION D’AIR CANADA

Ap­pli­ca­tion Air Canada, ra­tio­nal­i­sa­tion des con­trôles de sûreté et du traite­ment des bagages : de telles in­no­va­tions font qu’aller du point A au point B sans rater sa cor­re­spon­dance est plus sim­ple que ja­mais.

Air Canada enRoute - - CONTENTS -

ÀAIR CANADA, LA SAINT-VALENTIN EST UN JOUR spé­cial, car nous ai­mons jouer les cu­pi­dons en aidant nos clients à at­traper leurs correspondances. Comme c’est aussi com­plexe que les af­faires de coeur, nous améliorons con­stam­ment nos pro­ces­sus.

Les pas­sagers dont l’it­inéraire com­prend au moins deux vols comptent pour en­v­i­ron le tiers de notre clien­tèle. Une cor­re­spon­dance aisée fa­cilite les voy­ages et sé­duit les clients de l’étranger, qui rem­plis­sent des vols que le trafic point à point ne saurait rem­plir à lui seul, ce qui nous per­met d’ac­croître les fréquences et les des­ti­na­tions.

Il est donc es­sen­tiel de sim­pli­fier les correspondances, ce qui im­plique de ra­tio­naliser les étapes et d’ex­ploiter la tech­nolo­gie, comme avec l’ap­pli­ca­tion Air Canada, qui four­nit d’utiles ren­seigne­ments, sur les temps d’es­cale no­tam­ment. À notre plaque tour­nante mon­di­ale de Toronto, nous of­frons le ser­vice de cor­re­spon­dance Star Al­liance aux clients du réseau Star Al­liance. Nous col­laborons aussi avec les aéro­ports et les au­torités gou­verne­men­tales pour améliorer sig­nal­i­sa­tion, traite­ment des bagages et sûreté.

Les clients des vols in­ter­na­tionaux tran­si­tant par le Canada comptent grande­ment. Ce trafic sou­tient notre réseau mon­dial et aug­mente sans cesse, surtout en rai­son de la com­mod­ité des correspondances. Actuelle­ment, les clients pas­sant par Toronto ou Van­cou­ver n’ont pas à récupérer leurs bagages et présen­tent leur passeport à une borne plutôt qu’à un douanier. Cet énorme avan­tage, bi­en­tôt of­fert à Mon­tréal, ré­duit le temps de cor­re­spon­dance d’en­v­i­ron 25 min­utes.

Nos ef­forts de coopéra­tion s’éten­dent aussi aux ar­rivées in­ter­na­tionales avec cor­re­spon­dance in­térieure. Notre but ? Que les pas­sagers n’aient plus à récupérer leurs bagages pour une in­spec­tion douanière au premier point d’at­ter­ris­sage cana­dien et à les réen­reg­istrer pour leur des­ti­na­tion fi­nale cana­di­enne. Déjà, les clients ar­rivant des États-Unis, du Roy­aumeUni, des pays de l’UE et d’Aus­tralie en cor­re­spon­dance pour Van­cou­ver, Cal­gary, Toronto et Mon­tréal gag­nent dou­ble­ment du temps, évi­tant la récupéra­tion des bagages et le con­trôle de sûreté.

Nous voulons de­venir le premier trans­porteur cana­dien dont au­cun pas­sager en cor­re­spon­dance n’a à récupérer ses bagages. L’ob­jec­tif est déjà at­teint aux deux tiers. Cet atout fan­tas­tique pour les clients fa­voris­era notre crois­sance et at­tir­era les vis­i­teurs au Canada. On ne peut qu’aimer ! ♦

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.