Le prêt REER, une bonne so­lu­tion ?

Finance et Investissement - - DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES - – ANNE GAIGNAIRE

Les avis sont mi­ti­gés sur l’uti­li­sa­tion du prêt REER – dont le taux d’in­té­rêt est gé­né­ra­le­ment mo­dé­ré – pour dé­po­ser une somme dans son épargne- re­traite, et uti­li­ser le rem­bour­se­ment d’im­pôts pour ac­quit­ter plus ra­pi­de­ment un em­prunt au taux éle­vé.

An­ge­la Ier­mie­ri, pla­ni­fi­ca­trice fi­nan­cière au Mou­ve­ment Des­jar­dins, n’y est pas fa­vo­rable. Non seule­ment le prêt REER « n’est pas fait pour ça », mais en plus, « le rem­bour­se­ment d’im­pôt est au mieux de 50 %, le plus sou­vent moindre, et il fau­dra quand même rem­bour­ser ce prêt ».

En ré­su­mé, elle consi­dère qu’il « vaut mieux gé­rer les pas­sifs plu­tôt que d’em­prun­ter pour épar­gner ».

Jean- Fran­çois Guay, pla­ni­fi­ca­teur fi­nan­cier chez BMO, reste pru­dent, mais il peut en­vi­sa­ger de pro­po­ser un prêt REER, que ses clients rem­bour­se­raient ra­pi­de­ment (sur un an par exemple), tout dé­pen­dant de leur si­tua­tion.

Quant à Gaé­tan Veillette, conseiller chez Groupe In­ves­tors, il re­con­naît que la ré­gle­men­ta­tion au­to­rise le client à uti­li­ser le rem­bour­se­ment d’im­pôt à sa guise, et donc peut- être pour le rem­bour­se­ment d’un prêt à taux éle­vé. « Tou­te­fois, il reste quand même une somme à rem­bour­ser sur le prêt REER », sou­ligne- t- il.

Ce­pen­dant, ce peut être un mon­tage fi­nan­cier à consi­dé­rer au cas par cas.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.