PLACE AU VIL­LAGE par An­dré C. Passiour

Fugues - - Sommaire -

Do­mi­nique Pé­trin est une ar­tiste qué­bé­coise de ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale. L’an der­nier, à la sur­prise gé­né­rale, elle est choi­sie par l’ar­tiste ur­bain bri­tan­nique hors norme Bank­sy pour réa­li­ser une ins­tal­la­tion dans une des chambres du dé­sor­mais cé­lèbre «Wal­led Off Ho­tel», en Cis­jor­da­nie oc­cu­pée. En 2013, Do­mi­nique Pé­trin était pré­sente dans le Vil­lage à l’in­vi­ta­tion de la SDC pour Aires Libres. Elle a «ha­billé», entre autres, l’édi­cule de la sta­tion de mé­tro Beau­dry. Elle est donc de re­tour cette an­née, pour l’édi­tion 2018 d’Aires Libres, à l’es­pace de la Ga­le­rie blanc.

Do­mi­nique ex­po­sées aus­si en France, au Pé­trin Ca­na­da en a An­gle­terre, vu et au ses Qué­bec, oeuvres en mais être Bel­gique di­dacte, et aux Do­mi­nique États-Unis. Pé­trin À 41 fait ans, de au­to- la sé­ri­gra­phie de­puis l’âge de 16 ans. En 2012, elle par­ti­cipe à la Trien­nale qué­bé­coise au Mu­sée d’art contem­po­rain de Mon­tréal. Ses oeuvres sont sou­vent très co­lo­rées et géo­mé­triques dé­mon­trant à la fois créa­ti­vi­té et sou­ci s du dé­tail… Voi­ci donc l’ en­tre­vue avec Do­mi­nique Pé­trin qui était à Qué­bec au mo­ment de ré­di­ger ces quelques lignes, en pré­pa­ra­tion d’une ins­tal­la­tion au Mu­sée na­tio­nal des beaux-arts du Qué­bec….

Qu’est-ce que ce­la vous fait de re­tour­ner dans le Vil­lage gai de Mon­tréal après 5 ans, avec la So­cié­té de dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial du Vil­lage ?

L'ins­tal­la­tion Su­per­no­va que j'avais réa­li­sée en 2013 est un des pre­miers pro­jets de na­ture mo­nu­men­tale que j'ai réa­li­sé. Ce fut une des plus belles ex­pé­riences que j'ai eue à ce jour. C'était donc un hon­neur de re­tour­ner dans le Vil­lage et de col­la­bo­rer à nou­veau avec la SDC du Vil­lage. Je crois que mon tra­vail re­flète bien l'es­prit de Mon­tréal et c'est dans le Vil­lage qu'il s'y prête le mieux. FUGUES.COM

Com­ment voyez-vous, main­te­nant en ré­tros­pec­tive, ce tra­vail ac­com­pli sur l’édi­cule du mé­tro Beau­dry, sur la fa­çade de la Banque Na­tio­nale (Place Du­puis) et sur l’édi­fice au-des­sus du sau­na Oa­sis?

J'ai cette point énor­mé­ment de ex­pé­rience, vue tech­nique ap­pris tant grâce qu'au d’un à ni­veau hu­main. La sta­tion Beau­dry s'est avé­rée un suc­cès to­tal, bien que l'édi­fice du sau­na Oa­sis, que je sur­nomme de­puis ce jour «Le gâ­teau fon­dant», fut une vé­ri­table ca­tas­trophe, pour plu­sieurs rai­sons tech­niques hors de mon contrôle. Je dois sou­li­gner que la SDC du Vil­lage a été ex­tra­or­di­naire dans cette aven­ture, puis­qu'elle a été d'un grand sup­port. Ra­re­ment j'ai pu tra­vailler avec une struc­ture de cette en­ver­gure et sen­tir à quel point les ar­tistes sont res­pec­tés et ap­puyés. La prise de risque dans de tels pro­jets est réelle, et mal­gré les em­bûches, ils sont res­tés der­rière moi. Pour cette rai­son, je n'ai que le plus grand res­pect pour Ber­nard Plante [le di­rec­teur gé­né­ral de la SDC du Vil­lage] et pour son équipe.

Vous avez par­ti­ci­pé à la dé­co­ra­tion d’une des chambres du fa­meux «Wal­led Off Ho­tel» de l’ar­tiste Bank­sy, à Beth­léem, en Cis­jor­da­nie oc­cu­pée par Is­raël. Com­ment avez­vous été ap­pe­lée à y par­ti­ci­per, à faire par­tie de l’équipe de Bank­sy et com­ment s’est dé­rou­lé ce pro­jet ?

J'ai re­çu un mes­sage et j'ai cru que c'était une blague. J'ai sé­jour­né dans l'hô­tel pen­dant un mois pour le mon­tage de la chambre. C'était une si­tua­tion très par­ti­cu­lière, puisque je ne connais­sais pas le contexte dans le­quel j'al­lais faire cette ins­tal­la­tion, mis à part l'idée vague de la re­pré­sen­ta­tion d'un co­lo­nia­lisme bri­tan­nique qui tourne au vi­naigre. La ma­gie a opé­ré et mon ins­tal­la­tion s'est par­fai­te­ment bien in­té­grée au contexte de l'hô­tel et du lieu.

En par­lant d’ins­pi­ra­tion, qu’est-ce qui vous a ins­pi­ré pour ce pro­jet de créa­tion de la Ga­le­rie blanc cette an­née ? Com­ment doit-on voir vos créa­tions, qu’est-ce qu’on doit y per­ce­voir ?

Pour ce pro­jet, j'ai créé une série de ta­bleaux qui opèrent comme des fe­nêtres sur une ex­pé­rience du vir­tuel. Les oeuvres en boîtes lu­mi­neuses sont des as­sem­blages de cour­te­pointes et d'ar­chi­tec­tures mo­du­laires. Lors du mon­tage, l'es­pace a dû être clô­tu­ré pour

des rai­sons de sé­cu­ri­té. L'as­pect très so­cial du mon­tage de la sta­tion Beau­dry me man­quait. J'ai donc pro­po­sé à Ni­co­las [De­ni­court] d'ajou­ter des in­ter­ven­tions tout au long de l'été, pour pou­voir avoir un échange avec le pu­blic. L'ins­tal­la­tion va donc évo­luer tout au long de l'été. Quels sont vos pro­chains pro­jets ? J'ai une ins­tal­la­tion dans l'ex­po­si­tion « FaitMain », au Mu­sée Na­tio­nal des Beaux-Arts du Qué­bec cet été, ain­si qu'une ex­po­si­tion à la Ga­le­rie Char­lot à Pa­ris. «Nous sommes très fiers que Do­mi­nique ait ac­cep­té cette 2e in­vi­ta­tion en 5 ans à par­ti­ci­per à Aires Libres, cette fois-ci dans notre mer- veilleuse mi­nique ple mont­réa­laise, par­fait est Ga­le­rie pour qui de nous blanc. en l’ar­tiste l’exem- plus Dod’être ta­chante, très fait ta­len­tueuse rayon­ner et at- le nom monde. de J’en Mon­tréal pro­fite à tra­vers d’ailleurs le pour re­mer­cier l’ar­ron­dis­se­ment de Ville-Ma­rie, notre par-te­naire de la pre­mière heure, qui nous per­met de conti­nuer à oc­cu­per, par nos in­ter­ven­tions d’art pu­blic, le ter­rain où est si­tuée la Ga­le­rie blanc», d’ajou­ter Ber­nard Plante, le di­rec­teur gé­né­ral de la SDC du Vil­lage. 6 PASSIOUR AN­DRÉ C.

ac­pas­siour@fugues.com In­fos : Ga­le­rie­blanc.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.