L’AMOUR EST UN VOYAGE

«L’amour est un voyage». Ce sous-titre du film «Grímsey», pre­mier long mé­trage écrit, réa­li­sé et joué par Richard García et Raúl Por­te­ro, en ré­sume bien la trame.

Fugues - - Sortir - MI­CHEL JOANNY-FURTIN

Les pay­sages na­tu­rels d'Is­lande y semblent li­bé­ra­teurs et ef­frayants à la fois. Ils sont le dé­cor de ce drame in­time, mais aus­si le mi­roir in­té­rieur et sym­bo­lique de la fin d’une re­la­tion amou­reuse. Bruno ( Richard García) veut déses­pé­ré­ment re­trou­ver No­ber­to, qui s'est en­fui d’Es­pagne en Is­lande après leur rup­ture. Vi­vant une his­toire si­mi­laire, Ar­nau ( Raúl Por­te­ro), un com­pa­triote qui tra­vaille comme guide lo­cal, l’ac­com­pa­gne­ra dans cette aventure exis­ten­tielle, un road-mo­vie dé­pay­sant à la dé­cou­verte, à la fois lit­té­rale et per­son­nelle, de soi. Leur voyage se trans­for­me­ra en pro­ces­sus de deuil jus­qu'au cercle Arc­tique, sur l'île de Grímsey. Là, Bruno de­vra ap­prendre ce que si­gni­fie vrai­ment l'amour pour pou­voir conti­nuer sa vie. Les mes­sages sans ré­ponse, les oi­seaux, le bruit, les sons ou même la mu­sique et le si­lence, bref la bande son, très belle, ex­priment ce que Bruno vit dans sa tête, en­tou­ré de pay­sages à l’image de ses émo­tions. Des cas­cades re­montent leur lit, les va­peurs re­tournent au gey­ser: Bruno avance à re­cu­lons vers ce deuil qu’il sait de­voir faire. La beau­té brute du pay­sage is­lan­dais pro­pose ain­si une contem­pla­tion si­len­cieuse de la ma­nière dont cha­cun par­vien­dra à faire face à la perte et au cha­grin. Le mon­tage met en ca­dence une pro­gres­sion ryth­mique des images qui évoquent ce que les mots ne peuvent pas dé­crire. En pas­sant du plan amé­ri­cain, par­fois fac­tuel, au plan rap­pro­ché, plus in­time, puis au gros plan, presque in­dis­cret, pour re­ve­nir au plan large des pay­sages où le per­son­nage semble se perdre, et re­com­men­cer ce pro­ces­sus ponc­tué de plans de coupe et de plans fixes comme au­tant d’in­ter­mèdes, Grímsey com­pose un vo­ca­bu­laire ci­né­ma­to­gra­phique ri­gou­reux, un lan­gage par l’image qui per­met de li­mi­ter les dia­logues. Le film peu à peu fas­cine et sé­duit. Loin des sté­réo­types LGBT, ce film ra­conte une his­toire émou­vante, et uni­ver­selle. GRÍMSEY se­ra pré­sen­té au Cinéma de l’uni­ver­si­té Con­cor­dia, H110 / SGWU Alum­ni Au­di­to­rium, le di­manche 2 dé­cembre, à 15h, dans le cadre du festival Image+nation, qui se tient du 22 no­vembre au 2 dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.