Fugues

Katherine Levac

prix visibilité lesbienne

- JOURNÉE DE VISIBILITÉ LESBIENNE 2021

À 31 ans, affirmer que Katherine Levac a le vent dans les voiles est pratiqueme­nt un euphémisme. Diplômée de l’École nationale de l’humour en 2013, elle remporte, deux ans plus tard le prix Découverte de l’année au gala Les Olivier. Rapidement, la Franco-ontarienne diplômée de l’Université d’Ottawa en littératur­e, s’affiche non seulement sur scène, mais à la télévision dans SNLQuébec et Like-moi, en plus d’être de la série CodeF. Puis, en janvier 2020, elle fait la couverture du ElleQuébec, avec sa copine du moment, l’actrice Karelle Tremblay. Depuis, Katherine s’affiche, avec intelligen­ce et humour. Un modèle positif de visibilité lesbienne. C’est pourquoi elle est récipienda­ire du Prix visibilité lesbienne. Entrevue avec l’humoriste qui anime L’amourestda­nslepré et qui est aujourd’hui en couple avec la réalisatri­ce Chloé Robichaud. C’est, sans conteste, le couple de l’heure au féminin/féminin.

Tu es native de St-Bernardin, un village dans l’Est de l’Ontario. Comment s’est passé ton coming-out?

J’ai eu la chance de grandir dans un milieu privilégié. Un de mes oncles est gai, et mes frères savaient que j’aimais les filles ; j’ai été avec des hommes aussi, alors je suis un peu mêlée moi-même, sans nécessaire­ment tenir à déterminer si je suis bisexuelle ou lesbienne. Je sais que ça peut être rassurant pour plusieurs, l’étiquette, mais je n’ai jamais senti le besoin de me définir et c’est simplement arrivé quand je me suis fait une blonde. J’ai dit à mes parents: voilà j’ai quelqu’un à vous présenter, j’ai un punch: c’est une fille ! Je ne me suis jamais sentie tiraillée. Quand on parle de coming-out, je me sens même imposteure, car ça s’est s est bien passé pour moi... Pourtant, j’habitais quand même en Ontario, à la campagne, sur une ferme. Il y a quelques couches… mais c’est un milieu qui s’ouvre lentement.

Tu es une personnali­té pers publique out, au même titre que ta copine, la réalisatri­ce Chloé Robichaud. As-tu/avez-vous As eu peur de devenir la lesbienne/le couple lesbien de service? J’ai énormément énorméme de demandes pour être porte-parole, mais je ne suis pas à l’aise. C’est quelque chose que j’apprends à apprivoise­r. Chloé aussi apprend à gérer ça. Avant, quand elle publiait sur su Instagram, ça ne se retrouvait pas le lendemain sur Hollywood PQ. Là, oui. Il faut prendre des décisions, mais je n’ai pas envie de me cacher. Sur scène, je parle de moi, de ma vie, je ne n peux pas me cacher. Je ne me sentirais pas bien et pas libre. C’est quoi, je vais faire un sh show en parlant de mon chum? Ça pas de bon sang! Je me sentirais tellement hypocrite. Surtout Surt que ça peut aider des gens… Et si je deviens la lesbienne de services, c’est parce qu’il n’y en a pas d’autres. Je me dis que je peux donner un break à Ariane Moffatt…

Les femmes sont so sévèrement jugées sur leur apparence, lorsqu’elles s’affichent dans les médias. Tu en sais quelque chose, puisque ta perte de poids a suscité plus de questions que ton Olivier! Olivier T’est-il déjà arrivé d’avoir des commentair­es désobligea­nts?

Par rapport à l’apparence, c’est sans fin. Mais bon, ça s’améliore… C’est plate à dire, mais c’est beaucoup les femmes qui vont en critiquer d’autres. Je généralise, mais pas tant. La vérité; c’est beaucoup les madames. On parle du poids, mais tout est critiqué. Pour moi, ça témoigne d’un grand mal-être. Je considère ça plus comme de la détresse. Surtout sur les réseaux sociaux. Souvent une madame qui chiale, struggle avec sa propre vie. J’essaie de le voir comme ça, sinon j’haïrais tout le monde!

Oui, c’est sûr que les femmes sont tellement critiquées, scrutées à la loupe. Des fois, j’ai le goût de porter telle chose, mais comme je ne veux pas qu’on m’en parle, je mets autre chose. Là, j’anime L’amourestda­nslepré, et le lendemain de la diffusion, on ne commente que mon look. Même quand c’est positif, c’est gossant! Aussi, il y a une éducation par rapport aux médias sociaux qui n’a pas été faite; les gens pensent qu’ils peuvent tout dire… Cachés derrière un écran, avec une photo d’un lapin dans un pré, avec une phrase « aimez la vie et la vie vous aimera », mais ils vont écrire à quelqu’un « t’es laide, t’es grosse et fuckyou! »

As-tu vécu de la lesbophobi­e après ton coming-out?

Des commentair­es homophobes, personnell­ement, dans ma face, non. Mais détournés. Un manque de respect. Et je pense que je vais en parler sur scène, car c’est intéressan­t/ déprimant. C’est par rapport aux gars. On ne m’a jamais autant cruisée. J’ai l’impression que quand je suis avec un homme, que je m’affiche avec un homme, les gars respectent cet homme-là. Ils ne vont pas me cruiser. Avec une femme, ils se disent: «j’ai le droit, je peux me le permettre, je vais la faire changer d’idée». Pourtant, tout le monde sait que je suis avec Chloé et on s’affiche sur les médias sociaux. Ce n’est pas pris au sérieux; je suis avec une femme donc whatever… Je vais en parler sur scène, car c’est un phénomène absolument fuckedup! Pour moi, c’est de l’homophobie.

Quel conseil donnerais-tu justement à une jeune femme LGBTQ+ qui vit ce que tu évoques? J’ai souvent un sentiment d’imposteur. J’ai 31 ans, fait mon coming-out et ma vie va bien, j’ai confiance en moi, en mes moyens, je sais ce que je veux. J’ai un bon sac à dos rempli d’outils. Mais j’ai une admiration infinie pour les gens qui ont dû faire leur coming-out et s’afficher avec un sac à dos pas rempli du tout! C’est important de dire qu’un coming-out peut être difficile, c’est un processus. Et il y a des journées où on va moins bien, il s’agit d’apprendre à s’aimer; pour moi, tout devient plus facile. Mais bon, c’est sûr que si une jeune fille de 14 ans lit ça, j’aurai aimé être plus concrète: «Désolée de te dire ça, ma chum»… JULIE VAILLANCOU­RT julievaill­ancourt@outlook.com

INFOS | KATHERINE LEVAC PARTICIPER­A À DIVERS éVèNEMENTS LORS DE LA JVL 2021 ET FIGURE DANS LE ZINE DE PORTRAITS JVL 2021. | RLQ-QLN.CA/JVL2021

À L’AUTOMNE 2021, L’HUMORISTE SERA EN RODAGE POUR SON PROCHAIN SPECTACLE KATHERINEL­EVAC.COM

 ??  ?? KATHERINE LEVAC 20
KATHERINE LEVAC 20
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada