L’abc D’une ren­trée Sco­laire Sans Stress… ou presque!

De­puis quelques jours, tu te sens ner­veuse, agi­tée, ton es­to­mac se noue, ton coeur dé­bat et le som­meil n’est pas tou­jours au ren­dez-vous… Soit tu as chop­pé un ma­lin vi­rus, soit tu com­mences dé­jà à ap­pré­hen­der le re­tour en classe! Dans le pre­mier cas, je t

Full Fille - - SOMMAIRE - par Vir­gi­ny

Re­tour à l’heure nor­male

Une se­maine avant le dé­but des cours, com­mence à chan­ger tes heures de cou­cher et de le­ver pour qu’elles re­joignent gra­duel­le­ment celles aux­quelles tu de­vras te sou­mettre du­rant l’an­née sco­laire. Tu peux par exemple te le­ver et te cou­cher une de­mi-heure plus tôt tous les deux jours afin que ton corps s’ha­bi­tue pro­gres­si­ve­ment à ton fu­tur rythme de vie.

Ton agen­da: ton BFF

Si tu as un em­ploi, fais du bé­né­vo­lat ou par­ti­cipes à cer­taines ac­ti­vi­tés spor­tives ou cultu­relles, ins­cris-les dans ton agen­da. Si tu t’aper­çois que ton ho­raire est sur­char­gé, ap­porte les mo­di­fi­ca­tions né­ces­saires avant le dé­but des classes. Ain­si, tu n’au­ras pas à su­bir le stress de de­voir an­nu­ler à ré­pé­ti­tion ton cours de chant ou de feindre une cin­quième gas­tro pour jus­ti­fier tes ab­sences au tra­vail!

Dors!

Ce con­seil peut te pa­raître évident, pour­tant, la plu­part des gens, ado­les­cents comme adultes, ne dorment pas suf­fi­sam­ment. Les consé­quences du manque de som­meil ne sont pas à ba­na­li­ser: perte de concen­tra­tion, an­xié­té, gain de poids, perte de mé­moire, manque de mo­ti­va­tion… Il n’y a rien de mal à dor­mir neuf heures chaque nuit si c’est ce dont on a besoin. Au contraire: mieux on dort, plus on ac­croît ses chances de réus­site.

Trouve la ou les sources exactes de ton stress

Y a-t-il quelque chose de lié à l’école qui te tra­casse par­ti­cu­liè­re­ment? Si tu te sens an­xieuse ou mé­lan­co­lique à l’ap­proche de la ren­trée, mais que tu n’ar­rives pas à mettre le doigt sur la rai­son exacte de ton stress, prends un long mo­ment de ré­flexion et cherche la cause de ton état. Ha­bi­tuel­le­ment, il n’y a qu’un ou deux trucs qui nous an­goissent et qui prennent tant de place dans notre es­prit qu’on fi­nit par croire que tout, mais ab­so­lu­ment tout cloche dans notre vie. Si c’est la peur de ne pas réus­sir ton cours de ma­thé­ma­tiques ou plu­tôt la crainte de te re­trou­ver dans la classe de ta pire en­ne­mie, cherche la per­sonne qui pour­ra t’ai­der à sur­mon­ter ces obs­tacles. Ce peut être un an­cien pro­fes­seur, un pa­rent, une tante ou une voi­sine: trouve quel­qu’un qui pren­dra ton pro­blème au sé­rieux et ignore ceux qui pré­ten­dront que tes peurs ne sont pas fon­dées. Il y a tou­jours plu­sieurs so­lu­tions à un pro­blème!

Tiens un car­net de listes

Si tu es du genre à pen­ser sans cesse à ce que tu dois ac­com­plir dans une se­maine, garde un pe­tit car­net à por­tée de main dans le­quel tu no­te­ras tout ce qui te passe par la tête. Un coup la tâche écrite, ton cer­veau se­ra ras­su­ré et ces­se­ra d’y pen­ser constam­ment. Tu n’au­ras qu’à consul­ter ta liste une fois ou deux par jour et à rayer les choses qui au­ront été ef­fec­tuées. On a ten­dance à voir les grandes pre­mières comme des mo­ments ma­giques, par­faits, mé­mo­rables… La vé­ri­té, c’est que le pre­mier jour d’école est presque aus­si ba­nal que les autres. Peut-être se­ra-t-il fan­tas­tique, mais les chances sont très minces qu’un mi­racle s’y pro­duise. Si tu traites cette jour­née comme n’im­porte quelle autre dans ta vie, ton an­xié­té de per­for­mance et ton dé­sir d’épa­ter la ga­le­rie s’es­tom­pe­ront pour lais­ser place au calme. Et si la ren­trée ne se passe pas aus­si bien que tu l’au­rais es­pé­ré, ne te dé­cou­rage pas: il te res­te­ra neuf mois pour te re­prendre!

Mal­gré ton ho­raire char­gé et l’an­goisse re­lié aux exa­mens, il est pri­mor­dial de t’amu­ser! Et ce, même en fai­sant des tra­vaux de fran­çais ou de sciences! Es­saie de mettre le doigt sur ce qui t’an­goisse et trouve en­suite de l’aide au­près d’un proche ou d’un pro­fes­sion­nel de l’école afin de ré­gler ce pro­blème.

Avoir de bonnes nuits de som­meil t’ai­de­ra à res­ter concen­trée tout au long de la jour­née en classe.

Tout de­vrait bien al­ler au cé­gep si tu fais tes lec­tures et tes tra­vaux à temps.

Entre le tra­vail et les cours, il est im­por­tant de te gar­der du temps pour étu­dier et aus­si pour t’amu­ser. Un bon équi­libre de vie as­sure une meilleure réus­site sco­laire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.