Échap­pées au parc na­tio­nal du Mont-Or­ford

Géo Plein Air - - Dossierspécial -

Coup de coeur… ou coup de foudre ? Le pre­mier me semble plus une his­toire d’amour à long terme, alors que le se­cond n’est qu’un feu de paille. Quand on m’a de­man­dé quel était mon coup de coeur à la Sé­paq, j’ai pen­sé au parc na­tio­nal du Mont- Or­ford. Comme un vieil ami, ce parc a tou­jours été là pour moi. En ef­fet, dif­fi­cile de faire plus ac­ces­sible ! Tout près de l’au­to­route 10, il offre néan­moins une na­ture abon­dante, vraie. À moins de 20 mi­nutes de route de la mai­son, c’est mon coin de ver­dure pour m’échap­per, re­faire le plein d’éner­gie… tout en en dé­pen­sant un peu, bien évi­dem­ment !

À la por­tée de tous, ce parc au­then­tique brille aus­si en rai­son de sa grande di­ver­si­té. Les éco­sys­tèmes vont du plan d’eau ma­ré­ca­geux au lac de bonne di­men­sion, de la fo­rêt mixte au som­met de mon­tagne dé­nu­dé. Et que dire des ac­ti­vi­tés qu’on peut y pra­ti­quer ? Wow ! Ca­not, kayak, ran­don­née, course à pied, vé­lo de mon­tagne, ra­quette, ski al­pin ou ski de fond sont mes échap­pa­toires pré­fé­rées, et le parc Or­ford, mon ter­rain de jeu de pré­di­lec­tion. Un vieil ami, je vous di­sais. Tou­jours là pour moi (et pour plein d’autres…).

Et comme une ami­tié qui se dé­ve­loppe au fil des ans, le parc a su se re­nou­ve­ler et s’adap­ter à mes ha­bi­tudes. Il n’y a pas si long­temps, le sen­tier des Crêtes s’est re­fait une beau­té, et ce­lui du Cerf, en hi­ver, me per­met de chaus­ser mes cram­pons plu­tôt que mes ra­quettes. Le cam­ping du lac Stu­ke­ly au­ra droit aus­si à une re­fonte en pro­fon­deur pen­dant la sai­son morte, cet hi­ver. Or­ford…tu es gra­vé dans mon coeur ! « Le parc de la Jac­quesCar­tier ! Ses mon­tagnes et la ri­vière sont splen­dides en toutes sai­sons... Les nuits étoi­lées, le ca­not, les ran­don­nées. Bref, on y est di­rec­te­ment connec­té avec la na­ture ! »

– Mé­lis­sa Tré­pa­nier

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.