On mange quoi en cam­ping d’hi­ver ?

De la tente au re­fuge chauf­fé, les ama­teurs de plein air peuvent s’en don­ner à coeur joie avec le cam­ping hi­ver­nal. À condi­tion de bien pla­ni­fier leur ali­men­ta­tion.

Géo Plein Air - - Sommaire - Julie DesG­ro­seilliers

Afin de com­bler des be­soins ca­lo­riques qui sont plus éle­vés en hi­ver tout en li­mi­tant la quan­ti­té et le poids de la nour­ri­ture à trim­bal­ler, il faut mi­ser sur des ali­ments of­frant une grande den­si­té éner­gé­tique. Le but est d’avoir le plus de ca­lo­ries par gramme d’ali­ment. Les ali­ments riches en li­pides se­ront vos al­liés: noix, graines, viandes sé­chées, pâ­tés, cre­tons, barres de cé­réales avec noix, fro­mages, plats gra­ti­nés, oeufs cuits dans le beurre, pain trem­pé dans l’huile, etc.

Pour aug­men­ter votre ap­port éner­gé­tique to­tal, pen­sez éga­le­ment à gri­gno­ter tout au long de la jour­née. Un mor­ceau de sau­cis­son, des noix avec des fruits sé­chés ou du cho­co­lat noir à 70 % de ca­cao consti­tuent des col­la­tions riches en ca­lo­ries. À l’op­po­sé, les fruits et les lé­gumes frais ne sont pas des choix à pri­vi­lé­gier, étant don­né leur faible den­si­té éner­gé­tique.

Géo Plein Air a de­man­dé à Fran­çois Ha­man, pro­fes­seur à l’Uni­ver­si­té d’Ottawa, re­con­nu mon­dia­le­ment pour son ex­per­tise sur la ré­ac­tion mé­ta­bo­lique au froid, de nous don­ner quelques conseils pour un me­nu adap­té au cam­ping hi­ver­nal. En voi­ci trois.

Des ali­ments denses en éner­gie Connais­sez-vous le pem­mi­can, cette re­cette amé­rin­dienne à base de graisse ani­male, de viande sé­chée et de pe­tits fruits ? À l’époque, cette nour­ri­ture ser­vait à ra­vi­tailler les voya­geurs de la traite des four­rures. Dans un contexte où la nour­ri­ture se fai­sait rare, sur­tout en hi­ver, on se de­vait d’avoir des ali­ments denses en éner­gie. Et c’est exac­te­ment ce qu’il faut quand on s’adonne au cam­ping d’hi­ver. « Au cours d’une ex­pé­di­tion hi­ver­nale, il faut manger plus, sim­ple­ment parce que la dé­pense éner­gé­tique est plus grande. Pour nous main­te­nir au chaud, l’ac­ti­vi­té mus­cu­laire est no­tam­ment aug­men­tée, pou­vant al­ler jus­qu’à dou­bler les be­soins ca­lo­riques de base », ex­plique Fran­çois Ha­man.

Des li­quides chauds et ca­lo­riques Pour s’hy­dra­ter et se ré­chauf­fer, rien ne bat une bonne bois­son chaude. Mais à nou­veau, pen­sez à maxi­mi­ser vos ca­lo­ries. Au lieu de boire une ti­sane, pen­sez plu­tôt au cho­co­lat chaud, par exemple. Et pour aug­men­ter le nombre de ca­lo­ries, pré­pa­rez-le avec du lait à 3,25 % M.G. ou, mieux en­core, avec de la crème. Même prin­cipe pour votre ca­fé du ma­tin.

3 Une col­la­tion riche en pro­téines avant le cou­cher Quand le corps di­gère les ali­ments, il pro­duit de la cha­leur. Ce pro­ces­sus nom­mé « ther­mo­ge­nèse ali­men­taire » va­rie se­lon les ma­cro­nu­tri­ments consom­més. Or, c’est en consom­mant des pro­téines que le coût éner­gé­tique est le plus éle­vé. Par consé­quent, si vous avez froid avant de vous cou­cher, gri­gno­tez une barre éner­gé­tique riche en pro­téines ou un mor­ceau de par­me­san. Bien em­mi­tou­flé dans votre sac de cou­chage, vous gé­né­re­rez plus de cha­leur.

L’être humain est très mauvais pour sur­vivre au froid. Pour que votre cam­ping hi­ver­nal soit agréable, as­su­rez-vous d’être bien lo­gé, bien vê­tu et nour­ri suf­fi­sam­ment. « Le corps humain fonc­tionne mieux au froid lors­qu’il pos­sède une ba­lance éner­gé­tique po­si­tive. Mieux vaut manger plus que pas as­sez », conclut Fran­çois Ha­man.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.