Le plein air qué­bé­cois : un rêve ac­ces­sible

Géo Plein Air - - Sommaire - Alain McKen­na am­cken­na§velo.qc.ca §mcken

Juste avant l’hi­ver, Géo Plein Air a réa­li­sé un son­dage au­près de ses lec­teurs afin de connaître leurs ha­bi­tudes de plein air. Voi­ci les ré­sul­tats. Il y a des ha­bi­tudes an­crées pro­fon­dé­ment dans la so­cié­té qué­bé­coise, et ex­plo­rer la na­ture est une de cel­les­là. À la lu­mière du son­dage me­né au cours de l’au­tomne sur notre site web, c’est la pre­mière conclu­sion qu’on peut ti­rer.

Évi­dem­ment, on s’adresse à des conver­tis, mais ceux-ci sont bien en­tou­rés: une bonne ma­jo­ri­té (plus de 60%) des ré­pon­dants af­firme ain­si connaître cinq per­sonnes ou plus dans leur en­tou­rage im­mé­diat qui sont éga­le­ment des adeptes du plein air. C’est donc dire que les ha­bi­tués des ac­ti­vi­tés en na­ture forment une com­mu­nau­té qui va au-de­là des simples mor­dus… et c’est très bien ain­si !

L’EF­FET SEN­TIER

En gé­né­ral, ce sont tou­jours les mêmes ac­ti­vi­tés qui sont les plus po­pu­laires : la ran­don­née pé­destre do­mine tou­jours, tout comme le vé­lo de route et le cam­ping. Mais cer­taines ac­ti­vi­tés gagnent en po­pu­la­ri­té. Ap­pe­lons ça l’«ef­fet sen­tier»: la course à pied, qui n’a rien de bien nou­veau, migre de plus en plus vers les sen­tiers, où cet exer­cice prend sou­dai­ne­ment un tout autre sens – l’ef­fort est dif­fé­rent, l’équi­pe­ment aus­si. Le vé­lo éga­le­ment se di­ver­si­fie, peut-être en rai­son de l’émer­gence du fat­bike. Tou­jours est-il que le vé­lo de mon­tagne (au sens très large du terme) prend de l’am­pleur cette an­née, par rap­port aux son­dages ef­fec­tués dans le pas­sé.

On re­marque aus­si que la course est une ac­ti­vi­té pra­ti­quée par un peu plus de 80% des ré­pon­dants à lon­gueur d’an­née, même l’hi­ver. Coude à coude avec la ra­quette, c’est l’ac­ti­vi­té ex­té­rieure la plus pra­ti­quée par nos lec­teurs (et j’ose­rais ajou­ter, par nos col­la­bo­ra­teurs éga­le­ment…). Viennent en­suite le ski de fond et le pa­tin, des in­con­tour­nables.

Ces ac­ti­vi­tés pos­sèdent toutes un point com­mun: elles sont très ac­ces­sibles, peu im­porte où on se trouve dans la pro­vince, et elles peuvent aus­si être très abor­dables. Pour cou­rir l’hi­ver, il suf­fit d’ajou­ter des cram­pons à 30$ à ses chaus­sures et por­ter les vê­te­ments ap­pro­priés, et le tour est joué.

S’ÉQUI­PER, COM­BIEN ÇA COÛTE?

L’as­pect éco­no­mique du plein air a aus­si été abor­dé dans ce son­dage. Comme l’a consta­té notre chro­ni­queur Jean-Sé­bas­tien Tru­del dans notre der­nier nu­mé­ro, ex­plo­rer la na­ture peut fi­nir par coû­ter cher.

Ce­la dit, les gens qui ont ré­pon­du à notre en­quête semblent contrô­ler leur bud­get. Pour la plu­part, les dé­penses es­ti­mées pour 2019 sont à clas­ser dans la ca­té­go­rie du gros nd bon sens. Les bons mots, les marques ré­pu­tées et les conseils d’ex­perts aident à prendre les bonnes dé­ci­sions… Ça nous en­cou­rage à conti­nuer de vous ai­der dans ce re­gistre !

Sans sur­prise, les pro­duits plus abor­dables, in­té­ressent le plus les ré­pon­dants, même s’ils se disent sou­cieux de la qua­li­té et la du­ra­bi­li­té. C’est bien beau con­som­mer, quand on peut ache­ter un pro­duit qui du­re­ra plus long­temps, ça vaut la peine d’y mettre le prix..

Ça tombe sous le sens. Ça cadre plu­tôt bien avec notre mis­sion, à Géo Plein Air, qui consiste à vous faire rê­ver en pré­sen­tant des ac­ti­vi­tés et des des­ti­na­tions plein air in­édites et ori­gi­nales, puis en pro­po­sant les meilleurs moyens pour y ac­cé­der. Le rêve ac­ces­sible, en quelque sorte.

Bon plein air !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.