Brèves

Parc na­tio­nal des Hautes-Gorges-de-la-Ri­vière-Mal­baie

Géo Plein Air - - Sommaire -

> Parc ré­gio­nal du Mas­sif du Sud : ski hors-piste au pa­ra­dis de la neige > Parc na­tio­nal des Hautes-Gorges-de-la-Ri­vière-Mal­baie : l’hi­ver au coeur du pays de Me­naud > Rac­coon Skis : des skis bien de chez nous > Yo­ga : l’ac­ti­vi­té com­plé­men­taire nu­mé­ro un

C et hi­ver, c’est au parc na­tio­nal des Hau­tesGorges-de-la-Ri­vière-Mal­baie que ça se passe. Pour la pre­mière fois de­puis sa créa­tion of­fi­cielle, au dé­but des an­nées 2000, le ter­ri­toire pro­té­gé de 225 km2 main­tient ses portes ou­vertes pour la sai­son froide. Ra­quette sur neige, ski hors-piste, fat­bike et pa­ti­noire sur la ri­vière Mal­baie fi­gurent par­mi les ac­ti­vi­tés qui sont pro­po­sées au creux de la Val­lée des glaces, le nom re­te­nu par la Sé­paq pour dé­si­gner ce nou­veau pro­duit. En outre, une na­vette sur che­nilles offre une « croi­sière des neiges » qui re­lie le centre de ser­vices du Dra­veur au sec­teur éloi­gné de l’Équerre.

Cette ou­ver­ture quatre sai­sons est pos­sible grâce à des in­ves­tis­se­ments sub­stan­tiels dans les in­fra­struc­tures du parc, ex­plique Si­mon Boi­vin, res­pon­sable des re­la­tions avec les mé­dias pour la Sé­paq. « Une nou­velle ligne élec­trique a été éri­gée dans la der­nière an­née. Grâce à elle, le centre de ser­vices du Dra­veur est dé­sor­mais élec­tri­fié, de même que 10 nou­veaux cha­lets Écho qui ont été construits dans le sec­teur du Cran des Érables », sou­ligne-t-il. Ces fonds ont éga­le­ment per­mis la construc­tion de nou­veaux re­fuges, dont ce­lui de l’Équerre, d’une ca­pa­ci­té de huit per­sonnes et ac­ces­sible de­puis dé­cembre der­nier. Le re­fuge du Lac-Noir le se­ra l’au­tomne pro­chain.

Pour l’ins­tant, le sen­tier L’Acro­pole des Dra­veurs n’est pas ac­ces­sible aux ama­teurs de plein air d’hi­ver. Une ré­flexion est néan­moins en cours à ce su­jet dans les quar­tiers gé­né­raux de la Sé­paq. « Le noeud du pro­blème est la sé­cu­ri­té : du­rant l’hi­ver, ce sen­tier abrupt peut de­ve­nir dan­ge­reux pour ses uti­li­sa­teurs. On se ques­tionne beau­coup là­des­sus en ce mo­ment », avoue Si­mon Boi­vin. En at­ten­dant, les ran­don­neurs sont in­vi­tés à dé­cou­vrir les autres sen­tiers du parc, quelque peu oc­cul­tés par l’ar­chi­po­pu­laire Acro­pole des Dra­veurs pen­dant la sai­son es­ti­vale. www.se­paq.com/pq/hgo

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.