Trente ans d’en­ga­ge­ment pour le bé­né­vo­lat à Mont­réal-Nord

Guide de Montréal-Nord - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

POR­TRAIT. Fi­gure bien connue du mi­lieu com­mu­nau­taire nord-mon­tréa­lais, Jo­sée Au­ber­tin vient de prendre sa re­traite. Elle au­ra pas­sé plus de trois dé­cen­nies à la di­rec­tion gé­né­rale du Centre d’ac­tion bé­né­vole (CAB).

Ar­ri­vée par ha­sard au CAB en 1987, Jo­sée Au­ber­tin n’au­rait ja­mais cru s’at­ta­cher à ce point à ce quar­tier qui lui était mé­con­nu.

«J’étais sans em­ploi, donc je suis ar­ri­vé sans être vrai­ment at­ti­rée par Mont­réal-Nord. Il y avait beau­coup de tra­vail à faire en or­ga­ni­sa­tion com­mu­nau­taire, c’est peut-être ce dé­fi que j’ai trou­vé in­té­res­sant», se sou­vient-elle.

Dès 1988, elle a pris en charge cette struc­ture avec l’in­ten­tion d’en faire un point d’ac­cueil et d’en­traide pour toute la com­mu­nau­té.

«L’an­cienne di­rec­trice avait dé­fon­cé les portes, mon tra­vail c’était que ces portes ne se re­ferment plus», illustre Mme Au­ber­tin.

Peu ha­bi­tuée de la lu­mière, cette der­nière a tou­jours pré­fé­ré le tra­vail de l’ombre, sur le ter­rain et sur­tout l’hu­main. «On ne change pas le monde, mais ce qu’on fait à un ef­fet ra­pide et du­rable. Il y a tou­jours eu quelque chose de concret qui me plai­sait», confie-t-elle.

UN QUAR­TIER CHAN­GEANT

Jo­sée Au­ber­tin a connu de nom­breux chan­ge­ments à Mont­réal-Nord. Ar­ri­vée après les vagues d’im­mi­gra­tions ita­lienne et haï­tienne, elle a connu les sui­vantes et a sur­tout été confron­tée à la trans­for­ma­tion de ce qui était une pe­tite ville à la fin des an­nées 80 en un ar­ron­dis­se­ment ur­bain dès le dé­but des an­nées 2000. Ces chan­ge­ments ont été de pair avec l’évo­lu­tion du man­dat du CAB. La créa­tion du ser­vice d’ac­cueil et d’éta­blis­se­ment des nou­veaux ar­ri­vants a no­tam­ment été un point cen­tral à la fin des an­nées 90. Au­jourd’hui en­core, près de 80 % des bé­né­voles du centre sont is­sus de l’im­mi­gra­tion.

Tous les bé­né­voles ont été im­por­tants pour moi. Il y a eu des af­fi­ni­tés dif­fé­rentes, mais leur grand coeur a par­lé.»

«Ça a été ex­trê­me­ment bé­né­fique, les gens qui ar­rivent veulent sou­vent s’im­pli­quer. Ils viennent nous ren­con­trer et au­to­ma­ti­que­ment ils ont cette en­vie de de­ve­nir bé­né­voles», sa­lue cette ré­cente re­trai­tée.

Cette der­nière voue d’ailleurs une ad­mi­ra­tion pour ces bé­né­voles et as­sure que ce­la a aus­si été un mo­teur dans sa carrière.

«Par­fois en ve­nant le ma­tin, je les voyais ar­ri­ver dans des tem­pêtes de neige. La mo­ti­va­tion de ces gens-là pour ai­der les autres, ça m’a beau­coup te­nu», pré­cise-t-elle.

RE­POS ET ES­POIRS

En quit­tant son poste, Mme Au­ber­tin s’est as­su­rée de lais­ser son or­ga­nisme «entre de bonnes mains». «On n’au­rait pas été en si bonne pos­ture, j’au­rais eu de la dif­fi­cul­té à quit­ter, mais je pars avec le sen­ti­ment du de­voir ac­com­pli, on a une très bonne équipe et j’ai très bon es­poir en l’ave­nir», sou­ligne-t-elle.

Sur Fa­ce­book, le CAB a sou­hai­té «un re­pos bien mé­ri­té et plein de nou­veaux pro­jets» à son an­cienne di­rec­trice. Jo­sée Au­ber­tin n’en manque jus­te­ment pas puis­qu’elle dé­mé­nage aux îles de la Ma­de­leine où elle a dé­jà pré­vu de s’im­pli­quer au sein d’un ré­seau l’Ac­cor­de­rie. Elle ai­me­rait aus­si tra­vailler avec les ani­maux et les en­fants.

«Je ne pour­rais pas ar­rê­ter com­plè­te­ment. Ça a été ma vie. Pour moi c’est na­tu­rel, ça va de soi», conclut-elle.

Jo­sée Au­ber­tin, an­cienne di­rec­trice gé­né­rale du CAB de Mont­réal-Nord.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Jo­sée Au­ber­tin di­ri­geait le Centre d’ac­tion bé­né­vole de­puis 1988.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.