LE QUAR­TIER AU­RA SA «PLACE DE L’ES­POIR»

10 ans après la mort de Fre­dy Villa­nue­va PRO­JET RASSEMBLEUR POUR LES UNS, «INSULTANT» POUR LES AUTRES

Guide de Montréal-Nord - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

Mon­tréal-Nord va créer une place pu­blique au parc Hen­ri-Bou­ras­sa, l’en­droit où Fre­dy Villa­nue­va a été abat­tu par un po­li­cier. La «place de l’Es­poir», un lieu qui se veut com­mé­mo­ra­tif et pro­pice au re­cueille­ment, ne fe­ra tou­te­fois au­cune ré­fé­rence ex­pli­cite au drame qui a se­coué le quar­tier en 2008; une dé­ci­sion qui a été sa­luée par cer­tains dans le mi­lieu com­mu­nau­taire, mais dé­criée par des proches de la fa­mille du dis­pa­ru.

MéMOIRE.Dix ans après la mort de Fre­dy Villa­nue­va et les émeutes qui ont se­coué Mon­tréal-Nord, l’ar­ron­dis­se­ment va créer la place de l’Es­poir. Elle ne fe­ra au­cune ré­fé­rence ex­pli­cite aux évé­ne­ments tra­giques de 2008, ce qui en frustre plu­sieurs.

La place de l’Es­poir se­ra amé­na­gée au parc Hen­ri-Bou­ras­sa, lieu où le jeune homme avait été abat­tu par un po­li­cier le 9 août 2008. Le pro­jet se veut un lieu de « mémoire col­lec­tive, de ren­contre et de co­hé­sion so­ciale ».

Au centre de la nou­velle place pu­blique, l’ar­ron­dis­se­ment compte amé­na­ger une oeuvre ar­tis­tique qui pour­rait prendre la forme d’une mo­saïque. Au­cun dé­tail ne fe­ra tou­te­fois men­tion de Fre­dy Villa­nue­va ou des émeutes.

«Au­jourd’hui, en 2018, Mon­tréal-Nord a be­soin d’un pro­jet qui ras­semble ses ci­toyens, et non un choix qui les di­vi­se­rait », a fait va­loir la mai­resse de Mon­tréal-Nord, Ch­ris­tine Black.

Cette place rem­place donc le pro­jet de mu­rale du cen­te­naire, dans les car­tons de­puis 2015, mais aus­si ce­lui d’une mu­rale com­mé­mo­ra­tive ré­cla­mée no­tam­ment par les re­pré­sen­tants de la fa­mille Villa­nue­va. Des voix comme celles de la Fra­ter­ni­té des po­li­ciers de Mon­tréal s’y étaient tou­te­fois op­po­sées.

Mme Black dit s’être en­tre­te­nue avec toutes les par­ties pre­nantes de ce dos­sier, dont la fa­mille Villa­nue­va, sans pou­voir ob­te­nir de consen­sus. Elle dit com­prendre que cer­tains se­ront pro­ba­ble­ment dé­çus par cette an­nonce, mais in­vite néan­moins au ras­sem­ble­ment.

« Ce­la va nous ai­der à ne pas ou­blier, tout en nous en­cou­ra­geant à re­gar­der vers l’ave­nir », pré­cise l’élue.

Une place dans le parc

La place de l’Es­poir, d’une su­per­fi­cie d’en­vi­ron 11 000 pieds car­rés, se­ra si­tuée à l’ex­tré­mi­té sud-est du parc Hen­ri-Bou­ras­sa, au car­re­four avec la Mai­son cultu­relle et com­mu­nau­taire et les écoles Hen­ri-Bou­ras­sa et Ge­rald McS­hane. Sa réa­li­sa­tion s’ins­crit dans le cadre du pro­jet de ré­amé­na­ge­ment du parc. Les ter­rains spor­tifs de l’école se­con­daire vont no­tam­ment bé­né­fi­cier d’une ré­no­va­tion.

Plu­sieurs re­pré­sen­tants du mi­lieu com­mu­nau­taire nord-mon­tréa­lais sou­tiennent pour leur part cette dé­marche.

« C’est à cha­cun de nous de vou­loir se sou­ve­nir. Il faut que ça de­vienne un sym­bole d’es­poir pour la jeu­nesse, pas un sym­bole de mal­heur. C’est pas une photo qui va nous faire nous sou­ve­nir, c’est plus que ça», sou­ligne Bru­nil­da Reyes, fon­da­trice des Four­chettes de l’es­poir.

Membre du co­mi­té qui a tra­vaillé sur la mu­rale, Mme Reyes as­sure par ailleurs qu’il était de­ve­nu dif­fi­cile de trou­ver un ter­rain d’en­tente sur ce pro­jet. Elle pense que cette place pu­blique est la meilleure so­lu­tion à ap­por­ter à ses op­po­si­tions.

Va­lé­rie Plante ap­porte aus­si son ap­pui à ce pro­jet, même si lors de la cam­pagne mu­ni­ci­pale, elle s’était pro­non­cée en fa­veur de la réa­li­sa­tion d’une mu­rale comme « geste de ré­con­ci­lia­tion ».

« Je sa­lue le geste qui est po­sé. […] Pour pas­ser à autre chose, la com­mu­nau­té a be­soin de lieux d’ex­pres­sion», in­dique la mai­resse de Mon­tréal.

« UNE PLACE DU DÉSESPOIR »

L’ab­sence du nom de Fre­dy Villa­nue­va sur la fu­ture place de l’Es­poir est qua­li­fiée d’« af­front » pour la fa­mille Villa­nue­va et ceux qui de­man­daient la mu­rale.

« Nous sommes frus­trés, je n’en re­viens pas qu’ils fassent cette pro­po­si­tion, confie Will Pros­per, le co­fon­da­teur de Mon­tréal-Nord Ré­pu­blik, un mou­ve­ment né des émeutes d’août 2008. Ça fait dix ans qu’on fait la même de­mande et là on a un exemple fla­grant de fer­me­ture com­plète. Ce qui est sup­po­sé être une place de l’Es­poir est une place de désespoir. »

Membre du Co­mi­té de sou­tien à la fa­mille Villa­nue­va et proche de la mère de Fre­dy, l’ar­tiste Ri­car­do La­mour qua­li­fie lui cette an­nonce d’« in­sulte ».

« La fa­mille vit ce­la très dif­fi­ci­le­ment, car on nous de­mande d’être com­plices d’une dé­marche qui vien­dra étouf­fer la mémoire de Fre­dy. Sa mère ne de­man­dait pas autre chose qu’une trace de mémoire. Si nous sommes pri­vés même de ce­la, alors notre so­cié­té est ma­lade », se dé­sole-t-il.

Faute de men­tion des évé­ne­ments tra­giques sur­ve­nus le 9 août 2008, l’ad­mi­nis­tra­tion nord-mont­réa­laise a pro­mis qu’une cap­sule tem­po­relle se­ra in­té­grée à la fu­ture place. Elle ras­sem­ble­ra des mes­sages de tous ceux qui ont été mar­qués par ces évé­ne­ments.

« On veut ba­layer sous le ta­pis cette pro­blé­ma­tique des vio­lences policières. C’est une pi­lule pour faire dor­mir pen­dant les 47 pro­chaines an­nées. Il n’y a rien de po­si­tif à res­sor­tir de cette idée», es­time Alexandre Po­po­vic, porte-pa­role de la Coa­li­tion contre la ré­pres­sion et les abus po­li­ciers (CRAP).

Il est pré­vu que la cap­sule soit ou­verte en 2065, soit dans 47 ans, pour les 150 ans de l’ar­ron­dis­se­ment.

(Photo Guide de Mon­tréal-Nord — Ni­co­las Ledain)

La place de l’Es­poir annoncée par Ch­ris­tine Black s’ins­crit dans le cadre du pro­jet de ré­amé­na­ge­ment du parc Hen­ri-Bou­ras­sa.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.