Choi­sir le bon foyer

Quoi de mieux qu'un bon coin-feu pour ra­vi­ver son chez-soi ? Comme l'achat d'un foyer re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment sub­stan­tiel, il im­porte de faire un choix éclai­ré qui tient compte de votre mode de vie.

Je Décore - - Le Foyer -

Chauf­fer l'es­pace ou ré­chauf­fer l'am­biance ? Ou les deux ? Telle est sans doute la pre­mière ques­tion à la­quelle vous de­vrez ré­pondre avant de par­tir en quête d'un foyer ! Car de la ré­ponse re­la­tive à vos be­soins réels dé­pen­dra le choix du type d'ap­pa­reil et de sa puis­sance, entre autres. De même, vous se­rez bien avi­sé de dé­ter­mi­ner la fré­quence à la­quelle vous l'uti­li­se­rez, la place qu'il oc­cu­pe­ra dans votre in­té­rieur et, en­fin, le bud­get al­loué au chauf­fage.

Les foyers

Au bois. Comme chauf­fage d'ap­point et d'am­biance, on ne fait pas plus ef­fi­cace et plus éco­no­mique. Cha­leur ra­diante et cré­pi­te­ment des flammes contri­buent a son charme. Les bé­mols : l'ali­men­ta­tion ma­nuelle du feu, l'en­tre­tien (cendres, suie), le ra­mo­nage an­nuel de la che­mi­née et le sto­ckage des bûches. Les mo­dèles cer­ti­fiés EPA (En­vi­ron­men­tal Pro­tec­tion Agen­cy) sont conçus pour ré­duire au mi­ni­mum les émis­sions de par­ti­cules pol­luantes.

À gra­nules. Mo­dèle par­mi les plus éco­los, le poêle à gra­nules (faites de ré­si­dus de bois com­pres­sés) ne pro­duit pas de fu­mée. Une fois que l'on rem­plit le ré­ser­voir, le feu peut brû­ler en toute autonomie jus­qu'à 45 heures. Les bé­mols : il faut pré­voir un es­pace d'en­tre­po­sage pour les gra­nules et l'ap­pa­reil est in­uti­li­sable en cas de panne d'élec­tri­ci­té.

Au gaz. En­cas­trable, à dé­ga­ge­ment nul ou au­to­nome, il a le mé­rite d'être simple d'em­ploi, puis­qu'il s'al­lume et s'éteint en un seul clic. Il pro­duit une cha­leur conti­nue, fa­cile à contrô­ler grâce à une té­lé­com­mande ou à un ther­mo­stat. Pas be­soin de se sou­cier des braises ! Tou­te­fois, le gaz (pro­pane ou na­tu­rel) coûte plus cher que le bois, et il faut net­toyer les brû­leurs à l'oc­ca­sion.

Élec­trique. Fa­cile à ins­tal­ler et à uti­li­ser (on le branche et ça chauffe !), le foyer élec­trique s'avère une op­tion abor­dable quand le bud­get est li­mi­té. Bon com­pro­mis quand le chauf­fage au bois ou au gaz est in­ter­dit, il n'exige pas d'en­tre­tien. On peut aus­si le dé­pla­cer d'une pièce à l'autre. Les bé­mols : la quan­ti­té de cha­leur gé­né­rée est faible (une puis­sance de 1 500 watts équi­vaut à en­vi­ron 5 000 BTU) et il ne fonc­tionne pas en cas de panne de cou­rant.

À l'étha­nol. Po­ly­va­lent, por­table et peu coû­teux, le foyer à l'étha­nol consti­tue avant tout une op­tion design in­té­res­sante dans les pe­tits es­paces. Il pro­duit très peu de cha­leur, et le temps est li­mi­té ( jus­qu'à six heures).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.