Le ver­mi­com­pos­tage

Je Jardine - - TOUT SAVOIR SUR LE COMPOST -

Le ver­mi­com­pos­tage, aus­si ap­pe­lé « lom­bri­com­pos­tage », est le seul type de com­pos­tage qui pré­sente l’avan­tage de pou­voir être pra­ti­qué à l’in­té­rieur. Le ver­mi­com­post est plus riche en mi­né­raux et en nu­tri­ments que le com­post or­di­naire, sa tex­ture est plus uni­forme et il n’a pas be­soin d’être ta­mi­sé. Plus riche en mi­cro-or­ga­nismes, il contri­bue aus­si à rendre le sol meilleur.

Le ver­mi­com­pos­teur peut prendre di­verses formes, mais gé­né­ra­le­ment, il consiste en une simple boîte en plas­tique de la gros­seur d’un pe­tit bac de re­cy­clage dans le­quel on a fait des trous sur le des­sus et en des­sous dans le but de per­mettre l’aé­ra­tion. À l’in­té­rieur, on place une li­tière com­po­sée de ma­té­riaux riches en car­bone (ter­reau, pa­pier jour­nal dé­chi­que­té, etc.) et de vers à com­post (dif­fé­rents des vers que l’on trouve au jar­din) : ces der­niers se nour­rissent de ma­tières en dé­com­po­si­tion pour trans­for­mer le ter­reau et les ré­si­dus ajou­tés en fer­ti­li­sant na­tu­rel. Se­lon les condi­tions d’uti­li­sa­tion, on peut pro­fi­ter du com­post au bout de quelques mois pour en­ri­chir nos plantes in­té­rieures. S’il est pra­ti­qué dans les règles de l’art, le ver­mi­com­pos­tage ne pro­duit au­cune odeur et les vers ne peuvent pas s’échap­per du bac. Il est pos­sible d’ache­ter une ver­mi­com­pos­tière ou en­core de la fa­bri­quer soi-même.

À Qué­bec, vous pou­vez vous pro­cu­rer des vers à com­post et des en­sembles de dé­mar­rage pour le ver­mi­com­pos­tage par le biais de l’or­ga­nisme Craque-bi­tume au cra­que­bi­tume.org/com­pos­tez.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.