PO­PU­LAIRES, les piscines au sel !

Je Jardine - - CARNET PRATIQUE -

Les piscines au sel sé­duisent de plus en plus de pro­prié­taires pour di­verses rai­sons : moins d’en­tre­tien, moins d’ir­ri­ta­tion pour la peau, les che­veux et les tex­tiles, pas de pro­duits chi­miques à ma­ni­pu­ler, moins d'im­pact né­faste pour l’en­vi­ron­ne­ment… Ces piscines sont-elles pour au­tant exemptes de chlore ? Non, puisque la mo­lé­cule de sel elle-même contient du chlore. En ef­fet, com­pa­ra­ti­ve­ment aux piscines tra­di­tion­nelles trai­tées au chlore pur, les piscines au sel uti­lisent le chlore na­tu­rel­le­ment pré­sent dans le sel. Sur le plan de l’hy­giène, les deux sys­tèmes s’équi­valent. En dé­but de sai­son, il suf­fit d’ajou­ter le sel né­ces­saire dans la pis­cine pour at­teindre la concen­tra­tion vou­lue, soit 20 kg pour 10 000 litres d’eau. On ins­talle en­suite un gé­né­ra­teur de chlore qui vien­dra ex­traire le chlore du sel. Nul be­soin de ra­jou­ter du sel pen­dant la sai­son, sauf en cas d’averses ou de pé­riode de sé­che­resse in­tenses, deux élé­ments sus­cep­tibles de faire va­rier la concen­tra­tion de sel. D’un point de vue mo­né­taire, même si vous dé­bour­se­rez en­vi­ron la moi­tié moins pour du sel que pour du chlore chaque an­née, soit en­vi­ron 50 $, il faut consi­dé­rer que la pis­cine au sel re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment im­por­tant la pre­mière an­née, puisque le gé­né­ra­teur de chlore coûte entre 800 et 1 500 $. Comme le gé­né­ra­teur doit être en marche entre 18 et 24 heures par jour, il peut aus­si faire gon­fler la fac­ture d’élec­tri­ci­té. En­fin, en rai­son de la rouille qui risque de se for­mer, les trai­te­ments au sel ne sont pas adap­tés aux piscines en acier ni à celles dont les rails sont en mé­tal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.