Des joueurs de l’Im­pact font leurs pré­dic­tions

Concen­trés sur la MLS, les joueurs de l’Im­pact de Mon­tréal suivent tout de même la Coupe du monde qui se dé­roule en Rus­sie jusqu'au 15 juillet.

Journal de Rosemont - - LA UNE - QUEN­TIN PARISIS Quen­tin.Parisis@tc.tc

Avec un ef­fec­tif com­po­sé de dix na­tio­na­li­tés dif­fé­rentes, sans comp­ter ceux dont les ori­gines sont mul­tiples, les joueurs de l’Im­pact de Mon­tréal ont des dis­cus­sions ani­mées au su­jet du pro­chain tour­noi. «On en parle tous les jours, sur­tout avec les jours qui passent et qui nous rap­prochent de l’ou­ver­ture» ex­plique Mat­teo Man­co­su.

«On va se lan­cer des pe­tites flèches, c’est sûr» s’amuse Sa­muel Piette.

Les Ar­gen­tins (Piat­ti, Ca­bre­ra), les Fran­çais (Fan­ni, Ca­ma­cho, et l’équipe tech­nique) et l’Uru­gayen (Sil­va) font par­tie des pri­vi­lé­giés qui pour­ront suivre leur na­tion en Rus­sie. Les pre­miers nom­més semblent les plus am­bi­tieux dans le ves­tiaire de l’Im­pact. «Na­cho (Piat­ti) et Vic­tor (Ca­bre­ra) sont tou­jours très, très fiers de leur pays. Même à Rol­landGar­ros, ils suivent ça de près», glisse Sa­muel Piette, qui n’a ja­mais connu le Ca­na­da en Coupe du monde et le sou­tien po­pu­laire que ce­la gé­nère. «C’est sûr que j’ai­me­rais suivre mon pays à la Coupe du monde et même y par­ti­ci­per » avoue-t-il.

Seul joueur de l’ef­fec­tif à avoir par­ti­ci­pé à une Coupe du monde, en 2014, l’Al­gé­rien Sa­phir Taï­der en garde des sou­ve­nirs mé­mo­rables. «La qua­li­fi­ca­tion, la pré­pa­ra­tion, les matchs ami­caux avant le tour­noi, l’ar­ri­vée au Bré­sil, l’hymne na­tio­nal, la qua­li­fi­ca­tion, le match contre l’Al­le­magne, le re­tour au pays… Il y a tel­le­ment d’épi­sodes po­si­tifs qu’à chaque fois, on se dit que le jour d’après ce se­ra en­core mieux, et au fi­nal, ça n’ar­rête ja­mais» ex­plique-t-il.

Pour ceux dont le pays n’est pas qua­li­fié pour le tour­noi en Rus­sie, l’in­té­rêt os­cille entre le sou­tien aux na­tions «de sub­sti­tu­tion» et l’amour du beau jeu. Une chose est sûre, tous se­ront de­vant leurs écrans au­tant que pos­sible, et des vi­sion­nages entre co­équi­piers s’or­ga­nisent, signe d’un groupe qui vit bien en­semble mal­gré des ré­sul­tats dé­ce­vants en cham­pion­nat.

«On va sû­re­ment se re­trou­ver à quel­que­suns à la mai­son, avec Na­cho et les autres» ex­plique Mat­teo Man­co­su.

«On n’a rien pla­ni­fié en­core, mais on a un très bon groupe, et c’est sûr que ça va se faire» ac­cen­tue Sa­muel Piette, qui ira «peut-être aus­si faire un tour dans un ca­fé es­pa­gnol».

Cha­cun ayant ses fa­vo­ris et ses choix du coeur, des paris entre co­équi­piers sont aus­si dans les tuyaux, comme l’ex­pliquent Sa­muel Piette et Sa­phir Taï­der. Il n’y au­ra qu’un seul ga­gnant au fi­nal, mais la so­li­da­ri­té au sein du groupe mon­tréa­lais n’en se­ra sans doute que ren­for­cée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.